Accueil Médias Cameroun > Médias: Le Conseil national de la communication(Cnc) suspend des patrons de presse et des journalistes.

Cameroun > Médias: Le Conseil national de la communication(Cnc) suspend des patrons de presse et des journalistes.

Cette instance de régulation du secteur de la communication sociale au Cameroun à décidé de la suspension de certains journalistes dont principalement ceux de la chaîne de télévision privée "Vision4". Parmi les journalistes épinglés, figurent Owona Thaddée Martial , Seme Ekong Mathieu Berthand et Bidjang Bruno.

Par panorama
0 commentaire 232 vues

Par Pierre Laverdure OMBANG

Une suspension qui arrive alors que le Conseil national de la communication(Cnc) tenait  sa  31ème session extraordinaire hier(28 juillet 2022). L’ordre du jour de ces travaux a porté sur divers sujets parmi lesquels l’examen de dix-sept (17) plaintes adressées au Conseil national de communication. Depuis la dernière session extraordinaire du Conseil, tenue le 05 mai 2022, les rapports de veille mis au point par les services compétents de l’instance ont fait état d’une prolifération de dérives médiatiques et de fautes professionnelles portant essentiellement sur :

– de nombreuses carences dans la tenue d’antenne et la conduite des émissions interactives ;

– le discours de haine ;

– la diffusion des atteintes aux bonnes mœurs ;

– des atteintes à la cohésion sociale et à la dignité des personnes, des incitations à la violence.

Par ailleurs, une pratique émergente donne à observer des cas récurrents « de viol des foules » qui consistent en la publication de titres pompeux à la Une, ne correspondant à aucun article dans le contenu du journal concerné.

Certains professionnels des médias, pour justifier les fondements de leur publication, font mention d’informations puisées à la source des services de renseignement, alors même que la mission desdits services ne les destine guère statutairement à alimenter les médias en information.

Sur un tout autre point, la pratique des articles non signés est devenue régulière, conduisant le Conseil à attribuer la responsabilité des contenus aux Directeurs de publication.

Dans d’autres cas de figure, le Conseil a été amené, face à des chefs d’accusations présentant un aspect pénal, à circonscrire sa compétence aux exigences professionnelles qui sous-tendent la profession journalistique en matière d’éthique et de déontologie.

D’autre part, certains Directeurs de publication, dans une approche souhaitable de corégulation, ont, à chaque fois, pris l’initiative de mesures conservatoires suite à des dérives imputables à leurs préposés, toute chose qui est de nature à susciter l’assouplissement subséquent des mesures du Conseil à l’égard des collaborateurs mis en cause.

Dans le traitement de ces différentes situations, le Conseil fait savoir que il a régulièrement mis en œuvre une approche préalablement pédagogique, en adressant des lettres d’observation à une dizaine d’organes médiatiques. Au-delà de ces mesures préalables, le Conseil a été amené à examiner dix-sept (17) plaintes, qui ont abouti aux décisions suivantes :

La première concernant l’affaire Mangan  Richard Olivier Contre la chaîne de télévision privée dénommée « Vision 4 » et les nommés Owona Thaddée, Seme Ekong Mathieu Berthand et Bidjang Bruno, des journalistes en service au susdit organe. 

Rappelons que le  plaignant a saisi le Conseil contre l’organe susnommé, pour diffusion, au cours du programme intitulé “Tour d’horizon » des 16 et 17 mai 2022, de propos prétendument offensants et insinuants de nature à porter atteinte à son honorabilité, l’impliquant notamment dans des scandales de mœurs liés aux pratiques homosexuelles.

Le Conseil, après avoir établi la responsabilité de l’organe en cause pour manquement à l’exigence professionnelle d’investigation et d’équilibre dans le traitement de l’information diffusée à l’encontre du requérant, a décidé :

  • d’appeler l’attention du Directeur de publication de l’organe en cause sur la récurrence des dérives médiatiques dans le cadre de l’émission “Tour  D’horizon” 
  • Le conseil a pris la décision de suspendre les nommés Owona  Thaddée, Seme Mathieu Berthand et Bidjang  Bruno, de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun pour une durée d’un (01) mois.
  • Dans l’affaire Mvogo Emeline, Chef de Centre des Impôts du Centre I contre la chaîne de télévision privée dénommée “Vision 4” le Conseil a décidé de la  suspension du journaliste Bia Nnama Christophe Bienvenu, de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun pour une durée de deux (02) mois.

Des sanctions pour des journalistes et Directeur de publication  allant de 1 mois à la suspension définitive de l’exercice de la profession de journalisteau Cameroun, dont notamment cette décision rendue dans l’affaire Mvogo Emeline, Chef de Centre des Impôts du Centre I contre l’organe de presse écrite dénommé “L’Information”, son Directeur de publication, Serge Bertrand Mbolo, et la nommée Vanessa Inelle  Kengne, journaliste en service au susdit organe . 

Rappelons que la plaignante a saisi le Conseil suite à la publication, dans le numéro 044 de l’organe susnommé, de déclarations prétendument non fondées de nature à porter atteinte à son image.

Le Conseil, après avoir établi la responsabilité de l’organe en cause, a respectivement décidé de suspendre, pour une durée d’un (01) mois, de sa fonction de Directeur de publication et de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun le Directeur de publication de l’organe en cause pour défaut d’encadrement de son personnel ; et la nommée Vanessa Inelle  Kengne, journaliste en service au susdit organe, de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun pour insuffisance professionnelle.

Entre autres décisions l’affaire Maurice Kamto, Président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) contre les organes de presse écrite dénommés “L’expression” ; “La République” ; “L’Elite”; “LePelican” ; “Perspectives d’Afrique” ; “Le Quotidien” et “Le national”.

Maurice Kamto  a saisi le Conseil suite aux publications, dans les organes susnommés, des déclarations et accusations présumées non fondées, le présentant, ainsi que le parti politique qu’il  dirige, comme des conspirateurs visant à déstabiliser le Cameroun.

Le Conseil, après avoir établi la responsabilité des organes en cause pour manquement aux exigences professionnelles d’investigation et d’équilibre de l’information portée à la connaissance du public, a décidé de suspendre, pour une durée d’un (01) mois, de leur fonction de Directeur de publication et de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun les Directeurs de publication des organes de presse écrite dénommés « “L’expression” “La République” ; “L’Elite” ; “Le Pelican” ; “Perspectives  d’Afrique” ; “Le Quotidien” et “Le national”.

Le journaliste Sismondi Barlev Bidjocka a été  suspendu de sa fonction de Directeur de publication de « Ris  Radio » et de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun pour une durée de trois (03) mois dans l’affaire l’opposant au Conseil national de la communication(Cnc) suite à la diffusion, dans le programme intitulé “l’Editorial” du 07 juin 2022 sur les antennes de la radio susnommée,  d’une séquence révélant une conversation à caractère érotique dans une relation intime, entre un professeur d’un établissement scolaire de Yaoundé et son élève,

Le Conseil, après avoir établi la responsabilité de l’organe en cause pour diffusion de propos se rapportant à une scène obscène portant atteinte à la pudeur et aux bonnes mœurs, a décidé de suspendre Monsieur Sismondi Barlev Bidjocka .

Et pas que , pour le Conseil national de la communication(Cnc) qui a, entre autres, décidé de suspendre dans l’affaire Koah Songo Gabriel, Député à l’Assemblée Nationale et Président du Bureau de Section Rdpc Lékié Sud/Okola contre l’organe de presse écrite dénommé “Le national”. Le plaignant ayant saisi le Conseil, suite à la publication dans le numéro 032 de l’organe susnommé, de déclarations prétendument non fondées le soupçonnant d’avoir empoisonné le maire de la Commune d’Okola, le Conseil, après avoir établi la responsabilité de l’organe en cause pour publication de déclarations non fondées et offensantes à la charge du requérant, a décidé, d’une part, de suspendre le Directeur de publication de l’organe en cause de sa fonction de Directeur de publication et de l’exercice de la profession de journaliste au Cameroun pour une durée de deux (02) mois et, d’autre part, l’organe de presse écrite dénommé “Le national” pour une durée d’un (01) mois.

Bien de cas et bien d’autres étudiés par le Conseil national de la communication(Cnc) lors de la tenue de la 31ème session extraordinaire, qui a décidé de sanctionner des journalistes sur certaines dérives enregistrées. Mais très souvent boudés . Dans son édition de “Tour d’horizon” du vendredi 29 juillet 2022, le quatuor ”suspendu” au lendemain de la prise de ces décisions du Cnc, a continué calmement à vaquer à ses occupations avec, au menu du jour, un espace dedié au sieur Olivier Mangan qui avait, pourtant, saisi l’instance de régulation des médias. Une saisine qui a abouti à la ”suspension” de Martial Thaddée Owona, Bruno Bidjang et le sémillant présentateur Mathieu Ekong Sème.

Un conseil à tête chercheuse ? 

C’est l’un des griefs retenu par certains journalistes qui pensent que la majorité des sanctions prises à l’encontre des journalistes est souvent tournée vers  la presse à capitaux privés du Cameroun. Un journaliste confiait encore, pour justifier sa position sur le Conseil national de la communication(Cnc) qu’il trouve ” partial ” que dans une sorte de chronique, il y a quelques mois sur la chaîne nationale, le journaliste François  Marc Modzom avait pratiquement insulté le journaliste de la chaîne Rfi Jean Baptiste Placca à la suite d’une publication sur le Cameroun et son chef de l’État, Paul Biya . Mais le Cnc n’a, jusqu’ici, jamais pu s’auto-saisir”.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie