Home Société Afrique Cameroun > Mendo Zé est Mort: Un ancien gestionnaire de la Crtv casse son microphone.
Afrique - Médias - Trajectoire - 9 avril 2021

Cameroun > Mendo Zé est Mort: Un ancien gestionnaire de la Crtv casse son microphone.

L’ancien Directeur général de la Crtv(Cameroon radio and television) est décédé, cet après-midi, des suites de longue maladie.

L’ancien ministre délégué au ministère de la Communication a combattu contre la pathologie qui l’a rongé, amoindri et affaibli ces dernières années. Ces derniers mois, G. Mendo Ze a véritablement lutté contre la mort si bien que de fausses indiscrétions sur la grâce présidentielle ont circulé, l’enjeu étant de mettre un peu du baume au cœur de ce dernier. Il y a eu, à vrai dire, la désinformation, la manipulation et trop d’enfumage autour de la souffrance de Mendo Ze. La grâce présidentielle annoncée par certains activistes des réseaux sociaux n’était qu’une chimère ayant créé une espèce d’emballement médiatique au sein de l’Agora. Alors qu’un décret présidentiel n’a jamais été, dûment, signé par Paul Biya à ce sujet. Ces faits divers de mauvais aloi ont, d’ailleurs, participé à dégrader la santé physique et morale de l’homme tant cela a généré encore plus de stress et plus de dépression dans cet environnement marqué du sceau du traitement déshumanisant dont l’universitaire a été victime durant sa captivité dans le milieu carcéral.

L’homme que j’ai connu!

Quand j’intègre la rédaction centrale de la Radio tiemeni Siantou(Rts), en octobre 2006, Benjamin Fouda Effa, alors chef de chaîne, m’avait donné l’opportunité de présenter “Sapientia”, émission consacrée à la réflexion sur les faits sociaux atemporels. Prostitution, délinquance juvénile, trafic des organes humains, crise de l’urbanisation, crise de l’école camerounaise, sorcellerie en Afrique, santé mentale, etc étaient, entre autres, des sujets à coloration sociale que j’abordais dans cette émission. Nul n’entrait dans cet espace médiatique s’il n’était Géomètre. Seuls les enseignants d’universités d’ici et d’ailleurs étaient mes invités et croisaient le verbe dans une communion d’interactivité et d’interchangeabilité d’arguments et de contre-arguments éminemment scientifiques. Étaient régulièrement conviés à cette émission, de 2006 à 2011, les universitaires tels que Hubert Mono Ndjana, Jacques Philippe Tsala Tsala, Claude Abe, Chandel Ebale Moneze, Armand Leka. Essomba, Daniel Anicet Noah, Véronique Penlap, Désiré Manirakiza, Marcelin Manga Lebongo, Rodrigue Ngamaleu, etc. Le dessein d’une émission d’une telle essence était de sortir des sentiers de la politique politicienne et du traitement de l’actualité courante de la presse locale pour tenter de disséquer les faits sociaux ambiants au sens durkheimien du terme sans avoir, naturellement, la prétention à l’exhaustivité.

En septembre 2008, je décide de m’intéresser aux sonorités populaires mondaines fulgurantes dans l’industrie de l’art musical, je formule la thématique articulée autour des chansons de Sodome et Gomorrhe: Et si Mono Ndjana était mort? Le Philosophe Mono Ndjana y avait, d’ailleurs, consacré un ouvrage au début des années 90, à l’époque où K.Tino ascenseur, Mbarga Soukouss de regrettée mémoire, etc faisaient des émules au Cameroun. Au départ, dans l’optique de la préparation de cette émission, je m’assigne l’objectif dinviter H. Mono Ndjana qui a commis, justement, un livre à cet effet et G. Mendo Ze, qui, à l’époque où il fut patron de la Crtv, avait animé le programme “Déviance”. Vu l’indisponibilité de Mono Ndjana au cours de cette période, j’avais jeté le dévolu sur le Linguiste. Quand je m’investis à appeler au téléphone le Prof Mendo Ze, c’est avec beaucoup de réticence que je le fais surtout que je ne connaissais pas l’homme dans sa multidimensionnalité, ne l’ayant jamais abordé. C’est un homme affable, jovial et convivial qui accepte, sans gêne, mon invitation au téléphone et me demande de me rendre à son domicile à Nkol Eton. Question de lui expliquer, de fond en comble, les principes et objectifs du programme “Sapientia”. Je le fais, d’ailleurs, avec une certaine célérité et je lui apporte même la copie de quelques émissions que j’avais déjà faites tant l’émission avait déjà deux ans. Il est intéressé et m’apprécie positivement. Sur le champ, nous préparions l’émission durant des heures de temps. Avec une rigidité incommensurable, G. Mendo Ze me demande de me livrer à l’exercice de dresser, de manière holistique, le fichier des chansons de Sodome et Gomorrhe et leurs titres. Après lui avoir présenté une liste d’une dizaine d’artistes-musiciens locaux, il en avait ajouté une autre dizaine avec des titres qu’il avait pris soin de traduire en Français facile. Les chansons de Lady Ponce, Majoie Ayi, Coco Argentée, Mani Bella, Letis Diva, Cabel, K-Tino, Bisso Solo, Messi Martin, Mbarga Soukouss, Jocelyn Bizzar, etc étaient au cœur de la présente émission que le Linguiste avait, de manière minutieuse, interprétées, en illustrant une litanie d’obscénités dans la littérature musicale.

Une heure d’émission n’avait pas suffi pour faire cette besogne de l’herméneutique de l’art musical local. Une émission que j’avais présentée avec la participation de Nadège Nzali, qui signait, régulièrement, ses chroniques. Le Prof avait donc, dans une simplicité remarquable, honoré cette invitation à la Rts et avait subjugué l’auditoire. En témoigne le flot de dithyrambes qu’il avait alors reçues. C’était à l’honneur de la chaîne des majors. Depuis lors, je n’hésitais plus à recourir à Mendo Ze jusqu’au moment où il avait été interpellé, écroué et condamné à une peine privative de liberté à la prison centrale de Yaoundé. Je retiens de cet universitaire un homme simpliste, généreux, affable et sympathique. C’est l’homme que j’ai connu physiquement pendant quelques années à la faveur des randonnées médiatiques.

Paix à ton âme Gervais Mendo Ze!

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Yaoundé : Encore Grève du personnel à Lanacome

Pancartes à la main , les  personnel du Laboratoire National de Contrôle de qualité d…