Accueil PolitiqueAfrique Cameroun > Minusca: Le bréviaire de Beti Assomo au 9ème contingent camerounais en route pour la Rca

Cameroun > Minusca: Le bréviaire de Beti Assomo au 9ème contingent camerounais en route pour la Rca

Le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, en remettant l’étendard national ce 14 septembre 2022 aux casques bleus leur a rappelé l’essentiel lors des opérations de maintien de la paix.

Par panorama
0 commentaire 194 vues

Par Léopold DASSI NDJIDJOU de retour de Motcheboum.

«

En vous réitérant tout notre appui et nos encouragements pour votre prestigieuse mission en Rca, je vous demande donc à nouveau et avec insistance, de rester toujours dignes de l’aura du Cameroun et de son étendard que nous vous confions ce jour », déclare le Mindef, résumant par-là toutes les instructions prodiguées pour une mission sans anicroches en terre centrafricaine.

A Motcheboum, c’est un Joseph Beti Assomo prévenant, prévoyant, qui s’est adressé au 9ème contingent camerounais, entre encouragements et mises en garde aussi bien au commandement qu’à la troupe.

Pour que le séjour soit excellent au sein de la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca), le sermon était à la hauteur des attentes d’une symbiose auprès des troupes venues de 16 pays à travers le monde. Au chapitre de la discipline, le patron de la Défense a regretté qu’on a parfois par le passé, relevé comme un hiatus entre l’excellent rendement opérationnel des personnels camerounais, hautement appréciés, et quelques comportements déviants attribués à certains des hommes mis en mission au sein de la Minusca.

Il a de ce fait indexé les actes d’abus sexuels qui seront particulièrement visés et feront l’objet de sanctions vigoureuses et exemplaires.

« C’est pourquoi j’engage ici, solennellement le colonel le du commandant du 9ème bataillon camerounais, les différents chefs en partance pour la Rca, à appliquer la politique de tolérance zéro en la matière. Les Nations unies et le haut commandement camerounais suivront de très près cet aspect des exigences onusiennes ».

a-t-il martelé.

En plus des abus et exploitations sexuelles, il a également pointé les trafics de tous genres, susceptibles de ternir les performances opérationnelles et l’image de marque, non seulement de l’Armée mais également du Cameroun en général. Il leur a par ailleurs invité « à prendre conscience de l’évolution de l’environnement opérationnel, marqué par la présence des nouveaux acteurs bilatéraux du pays hôte sur le terrain et dont les missions sont différentes des vôtres », avant de poursuivre qu’ils doivent également prendre en compte l’état d’esprit des populations locales pour certains acteurs dans ce pays voisin dans lequel semble poindre comme une appréciation tiède de la présence des forces internationales leur territoire. « Soyez donc professionnels ! Soyez solidaires et entièrement focalisés sur vos missions et par-dessus tout, respectez les règles d’engagement. Restez vigilants et ne cédez à aucune provocation, d’où qu’elle vienne », a prescrit le Mindef qui tient à ce que le 9ème contingent rentre de la Rca blanc comme neige.

Aux responsables, il a les engagés à exercer un « leadership rigoureux, étroit », dans l’encadrement des hommes placés sous leur responsabilité. Ils doivent de ce fait rendre toujours compte, promptement à la hiérarchie, de toute situation incommode, pouvant porter atteinte à la crédibilité du Cameroun. La troupe, c’est connu, a-t-il rappelé, est à l’image de son chef. « Une indiscipline de vos hommes, non sanctionnée, pourrait être considérée comme de la complaisance ou alors comme une carence ou une aptitude au commandement et traité comme tel », a-t-il solennellement explicité, une mise en garde.
Le 9ème contingent en question Les casques bleus du 9ème contingent en route pour la Rca, forment un bataillon de 1070 hommes, dont 750 militaires et 2 unités de «Formed police units (Fpu) », Chacune formée de 160 hommes. Le contingent est placé sous le commandement du colonel Clément Garanssou qui a livré à la presse que l’état d’esprit de son bataillon est au beau fixe.

Parlant du 9ème contingent, le Mindef a rappelé que les hommes et femmes ont été sélectionnés méthodiquement, conformément aux exigences onusiennes et à la politique de tolérance zéro à l’égard de la fraude en cours au ministère de la Défense. Par ailleurs, ils ont été formés par des instructeurs nationaux, triés sur le volet, et ayant des certifications onusiennes dans leurs domaines de compétence respectives. « Ils ont bénéficié d’une formation complète sous la panoplie d’équipements qu’ils vont retrouver sur le théâtre centrafricain. Ils ont été dupliqués sur ce nouveau site à la faveur d’un contrat d’acquisition de matériels de formation », a précisé le ministre. Il a ajouté que la certification de leurs aptitudes professionnelles par l’Onu a donné lieu à un impressionnant déploiement de compétences techniques et opérationnelles très appréciées par les évaluateurs onusiens, lesquels ont jugé et déclaré in sito, le contingent apte au déploient en Rca.

Seulement, en dépit de cette aptitude reconnue, Joseph Beti Assomo a tout de même prévenu. « Tout usage abusif du matériel, ou irresponsable de ce coûteux matériel pourrait inéluctablement donner lieu à de fâcheuses conséquences où des sanctions pécuniaires pourraient être appliquées en cas de négligence avérée, après enquêtes appropriées », a-t-il déclaré in extenso. En présence du ministre de la Fonction publique et de la réforme administrative, Joseph Anderson Le, du gouverneur de de la région de l’Est, du préfet du Haut Nyong,

des sous-préfet et du maire de Doumé, il a annoncé la construction effective du Centre d’instruction des sous-officiers (Ciso) de Lomié, créé il y a près de 15 ans par le chef de l’État. Il fonctionnait dans les installations de fortune à Koutaba. Il y a lieu d’indiquer pour terminer que le ralliement de Bangui se fera par vagues selon un programme arrêté d’accord-parties avec l’Onu. Les casques bleus camerounais y rencontreront leurs frères d’armes du Bangladesh, du Burundi, du Cambodge, de l’Égypte, de l’Indonésie, du Maroc, de la Mauritanie, du Népal, du Pakistan, du Pérou, du Portugal, du Rwanda, du Sénégal, de la Serbie, de la Tanzanie et de la Zambie.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 05 10 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie