Accueil PolitiqueAfrique Cameroun Opération épervier: L’audit monstre et l’ombre de la guerre des clans

Cameroun Opération épervier: L’audit monstre et l’ombre de la guerre des clans

Derrière la plus grande enquête jamais organisée par l’administration du pays se cache la rivalité entre le ministre des Finances, Louis-Paul Motaze, et l’un de ses principaux rivaux Ferdinand Ngoh Ngoh, le puissant secrétaire général de la présidence.

Par panorama papers
0 commentaire 457 vues

Avec Franck Foute (Jeune Afrique)

C’est la plus importante opération d’audition d’agents publics jamais menée par les autorités camerounaises. Depuis le 5 octobre, 1 790 employés du ministère des Finances défilent devant les services du Contrôle supérieur de l’État, à Yaoundé, pour rendre compte de l’utilisation des fonds qui leur ont été alloués durant la période allant de 2010 à 2021. Les enquêteurs de l’État cherchent ainsi à faire la lumière sur les frais engagés et adossés à la ligne 65, celle dédiée aux « dépenses communes de fonctionnement » non prévues par le budget de l’État.

Règle souvent bafouée

Les dénonciations d’entorses aux prescriptions réglementaires sont légions au sein de l’administration camerounaise, et il ne fait aucun doute que des dysfonctionnements devraient être révélés au grand jour. Selon les textes en vigueur en effet, un agent de l’État ne peut effectuer plus de 100 jours de mission au cours du même exercice budgétaire. La réglementation prévoit également que seuls 60 % des frais de mission peuvent être perçus avant le départ en mission, les 40 % restants devant être reçus après le dépôt d’un rapport de mission.

Mais cette règle est très souvent bafouée. « Les cas de missions fictives sont notoires au sein de notre administration, affirme à Jeune Afrique le responsable d’un cabinet d’audit privé sous couvert d’anonymat. Cela prend la forme de jours de missions qui se cumulent à l’infini, ou de missions qui ne sont soutenues par aucun justificatif. »

Si elles étonnent par leur ampleur, les auditions menées par le Contrôle supérieur de l’État sont en fait le prolongement d’une vaste enquête lancée, en début d’année, par la présidence de la République sur la gestion des lignes de souveraineté 65 et 94 du budget de l’État. La première est logée au ministère des Finances, l’autre à l’Économie. Une opération banale si l’on s’en tient aux pratiques managériales modernes mais qui, au Cameroun, revêt un caractère exceptionnel tant il est difficile de la dissocier des luttes politiques qui ont actuellement cours dans le pays, et qui dictent la météo de l’action administrative.

À l’origine de cette affaire, on retrouve la diffusion sur les réseaux sociaux d’un document faisant état de l’utilisation de la ligne 94 – dédiée aux « interventions de l’État » non prévues au budget – pour financer les activités de l’homme d’affaires Jean-Pierre Amougou Belinga. Selon ce document, Louis-Paul Motaze, à l’époque ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, lui a accordé une subvention de 680 millions de Fcfa au titre de subvention, pour la construction de l’Institut supérieur des sciences, arts et métiers. L’affaire a suscité un tollé et soulevé une batterie de questions, si bien que le ministre a été sommé de s’expliquer devant le Parlement lors de la session de novembre 2021.

Coïncidence ?

L’amitié que se portent Amougou Belinga et Motaze est de notoriété publique à Yaoundé. Le ministre n’a d’ailleurs jamais contesté les faits. Tout aussi connue est l’inimitié que se vouent ledit Motaze et le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh – les deux hommes lorgnent, chacun à leur manière, la succession de Paul Biya, et autour d’eux gravitent des clans rivaux. Or c’est précisément Ngoh Ngoh qui, dès le 18 janvier 2022, transmettait au Contrôle supérieur de l’État les instructions du président pour « procéder à l’audit de la gestion des ressources issues des chapitres budgétaires 65 et 94 sur la période de 2010 à 2021 ».

Coïncidence ? Louis-Paul Motaze a été ministre de l’Économie de 2007 à 2011, puis de 2015 à 2018, avant d’être affecté aux Finances. De ce fait, il a été le gestionnaire des lignes 65 et 94 pendant sept des onze années sur lesquelles porte l’audit.

Ngoh Ngoh compte-t-il se servir de cette opération, plutôt bien accueillie dans par l’opinion, pour porter l’estocade à son adversaire et à ses proches ? Le Contrôle supérieur de l’État est en tout cas placé sous l’autorité directe de la présidence de la République et donc, du secrétaire général. Le fait qu’il ait été choisi pour mener la charge en lieu et place d’institutions judiciaires comme la Cour des comptes n’est sans doute pas un hasard : ladite cour est en effet placée sous l’autorité du ministre de la Justice, Laurent Esso, lequel est aussi réputé proche d’Amougou Belinga.

À l’issue de l’audit, le Contrôle supérieur de l’État devrait adresser un rapport à Paul Biya, qui décidera des suites à donner, si jamais les soupçons de malversations et fautes de gestion étaient avérées. Rien ne garantit qu’il décidera de déclencher une procédure judiciaire, mais l’opacité qui entoure la gestion de ces fonds publics, pour un montant total de près de 500 milliards de Fcfa par an, pourrait bien déclencher une nouvelle tempête médiatique et sceller l’avenir de certains ambitieux.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 02 02 2023

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen