Home Opinion Politique Cameroun > NOSO: Que Reconstruire, les infrastructures ou la citoyenneté ?
Politique - 29 novembre 2021

Cameroun > NOSO: Que Reconstruire, les infrastructures ou la citoyenneté ?

H. Samuel Moth, Député Rdpc du Nkam a violemment critiqué le plan de reconstruction des régions du nord Ouest et du sud-ouest Cameroun dans une séance de travail à la session parlementaire en cours dans le pays. Reconstruire quoi? Seulement les édifices et les villages alors que la la citoyenneté a été érodée ? Son propos en Intégralité.
Très honorable Président de l’assemblée nationale Merci de m’avoir donné la parole.

Monsieur le Ministre, dans cet environnement où l’Etat est de manière constante mis en jugement, en accusation, merci de nous rappeler que même en temps de tempête l’Etat sait trouver des ressorts nécessaires pour pouvoir avancer.
En prélude à l’organisation du grand dialogue national, le Gouverneur de la Région nous avait réunis pour réfléchir sur la contribution de notre Région à cette rencontre républicaine.
Au bout de deux heures de discussion il était apparu que de manière majoritaire les interventions allaient dans le sens de ce que l’Etat n’a pas fait, de ce qu’il aurait dû faire dans tel ou tel secteur, de la mise en relief des insuffisances supposées ou réelles de l’action publique.

Dans ce flot de critiques, de yaka (Y a qu’à faire ça) et de faucons (faut qu’on fasse ça) qui étaient balancés de part et d’autre, un citoyen s’est modestement levé pour dire ceci : « Dans votre cérémonie de Yaoundé-là, qui s’annonce à vous entendre comme une mise en accusation de l’Etat, j’espère que ceux qui parmi vous, qui auront l’occasion de nous représenter là-bas, il y aura une ou deux personnes qui rappelleront que sans la République, nous serons dans une situation d’extrême fragilité ».

Je voudrais ajouter à la suite de ce modeste citoyen que la défense de la République n’est pas un acte isolé, mais une œuvre commune dans laquelle on sait taire les querelles. Nous devons admettre que nous n’avons pas su le faire collectivement, tout au moins dans le cadre de la crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

De ce point de vue, je pense que le plan de reconstruction que vous nous présentez aujourd’hui est incomplet Monsieur le Ministre, car un volet important n’a pas été retenu. Ce volet concerne la reconstruction de la citoyenneté.
La reconstruction de la citoyenneté nous semble être un élément clé de succès de la reconstruction des choses matérielles que vous envisagez. Elle nous permettrait en effet d’aiguiser notre sens de la responsabilité et de sortir de ce sentiment d’irresponsabilité collective qui nous emmène à mettre sur le dos de l’Etat nos échecs collectifs et même individuels. Elle nous permettrait également de nous rappeler nos devoirs envers la République. Elle nous amènerait enfin à plus de pondération, de modération loin de toute idée de surenchère.

Dans cette démarche, le corpus idéologique est important. Quand j’entends que certains de mes collègues ici présents font fi des idéologies et des principes, bafouent toutes les règles de civisme pour s’arc bouter sur l’insulte y compris de leurs propres collègues, je me dis que le chemin à parcourir est long.
Parlant d’idéologie, je voudrais que soient salués ici certains fils de ce pays qui malgré nos divergences politiques n’ont jamais perdu de vue que la République est au-dessus de tout et qu’avant tout il fallait la défendre. Je veux parler de mes amis Anicet Ekane, Denis Kwebo et Banda Kani.
Pour revenir au thème de cette session spéciale, je voudrais dire que, nous sommes tous conscients de ce qu’une reconstruction ne peut se dérouler que dans un environnement apaisé ; Vous-même vous l’avez reconnu en page 14 de votre document. Ce constat appelle donc de notre part les préoccupations suivantes :
1ère Préoccupation : Quelles sont les actions qui sont ou qui restent à mener actuellement pour retrouver un environnement propice à l’investissement ?

2ième Préoccupation : Quelles sont les perspectives en matière de sortie de crise ?
3ième Préoccupation : Pourquoi l’Etat a de la peine à mobiliser les financements pour cette activité de reconstruction ?

Merci Monsieur le ministre.
Merci Très honorable Président de l’Assemblée nationale.

Honorable Samuel Dieudonné MOTH
Député Rdpc Nkam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Fête de la jeunesse: ce sera avec le défilé contrairement aux 2 dernières années.

L’annonce a été faite hier, 27 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse conjointe,…