Home Economie Afrique Cameroun > Nouvelle taxation sur les transferts mobiles: La polémique enfle au sein de l’opinion publique
Afrique - 4 janvier 2022

Cameroun > Nouvelle taxation sur les transferts mobiles: La polémique enfle au sein de l’opinion publique

C’est devenu viral sur l’espace public. Les Camerounais s’interrogent encore sur cette nouvelle taxe de 0,2% sur les transactions via le Mobile ou Orange money.

Par Serge Aimé Bikoi

Alors que certains s’indignent, d’autres approuvent. Mais au-delà des jugements positifs et négatifs sur cette question, quelques clarifications méritent d’être faites.

Depuis l’évocation, dès le 1er janvier 2022, de la nouvelle taxation sur les transferts d’argent, des spécialistes des sciences économiques et des Fiscalistes n’accordent pas leurs violons sur les différents opérateurs concernés. Cette nouvelle taxation de 0,2% sur les transactions financières via le téléphone portable revêt des interprétations diverses et présente des analyses scientifiques diamétralement opposées. Par conséquent, cela traduit la matérialisation d’une loi plombeuse. Sur ces entrefaites, il est impérieux que tout citoyen attende les explications concrètes du Directeur général des impôts (Dgi). Question de clarifier la procédure de transaction, les montants de la taxation à l’envoi et au retrait, ainsi que les scénarii éventuels de cette imposition.

Relativement au 3ème déterminant, il est question de savoir ce qui va être taxé. Plusieurs personnes disent, par exemple, que la grand-mère au village devra payer un impôt pour retirer de l’argent envoyé par son fils. Et c’est avéré au regard de l’approche interprétative de cette disposition fiscale. En général, les transactions des opérateurs de téléphonie mobile sont les suivantes :
*** Dépôts/ Paiements de facture/ Transfert d’argent/ Achats de crédits. En outre, il y a les retraits en cash/ retraits en transférant sur son compte bancaire et les transferts internationaux.

Eu égard à cette catégorisation, le Directeur général des impôts (Dgi), dans sa prise de parole publique, devra spécifier s’il s’agit du transfert électronique et définir de quel support il s’agit (téléphone, ordinateur ou porte-monnaie). Dans la même veine, Modeste Mopa devra circonscrire le montant des frais de retrait et d’envoi en fonction du capital de ressources pécuniaires transférées ou perçues.

En faisant une analyse macro-économique, cette nouvelle taxation sur les transferts d’argent entraîne une privation énorme pour les Camerounais. Selon la Banque des États de l’Afrique centrale(Beac), la valeur des transactions via le mobile a atteint 12.151 milliards de Fcfa en 2020 avec une progression annuelle moyenne de 111% depuis 2016. Si l’on applique cette moyenne, l’on peut estimer que les transactions via Om/Momo atteindront 15.300 milliards de Fcfa en 2022. Toute chose qui fera plus de 30 milliards de Fcfa d’impôts collectés. Il s’agit là d’une somme exorbitante soustraite de la capacité des Camerounais à consommer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Magouille autour des visas: L’Ambassade d’Allemagne décline toute responsabilité

Par Antoine Bivana En cas de paiement, l’Ambassade d’Allemagne invite les usagers à faire …