LA UNE Opinion Société panorama 2 août 2020 (0) (102)

Cameroun > Owona Nguini : “Stephen Tataw se plaignait de ne pas avoir été suffisamment reconnu”

Partager

Le vice-recteur de l’université de Yaoundé I, estime que le Cameroun perd une très grande figure du football camerounais.

Mathias Eric Owona Nguini salue à sa manière la mémoire de Stephen Tataw, l’ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun, décédé vendredi 31 juillet 2020 à Yaoundé.  

Il vint au Tonnerre Kalara Club, un géant issu de Cammark de Kumba. C’était Eta Stephen Tataw. Ce milieu défensif avait une grande puissance d’abattage qui lui valut le grand honneur d’entrer dans la tanière entre 1987 et 1988. Il fut alors de la grande expédition de la Can 1988 au Maroc où il révéla à l’Afrique, ce jeu fait de détermination et de puissance”, 

déclame l’universitaire dans son texte.

La suite du texte de l’enseignant est un récit de l’excellent parcours du joueur. 

Bientôt Stephen Tataw fut capitaine des Lions indomptables, s’imposant finalement comme défenseur latéral. Ce fut l’un des héros de la campagne du mondiale 1990 qu’il mena comme capitaine, avec beaucoup de sérieux jusqu’à ces quarts de finale où « captain Tataw » et ses coéquipiers furent potentiellement en demi- finales jusqu’ à cette fatidique 84ème minute“,

indique-t-il.

François Omam Biyik

De l’avis de Mathias Eric Owona Nguini, Stephen Tataw

Fut un joueur qui montra toujours engagement, volonté, détermination et combativité autant que puissance durant toute sa présence dans la tanière. Sa marque de fabrique fut ses longues touches au cours desquelles il déployait sa puissance pour en faire de véritables centres que François Omam Biyik transformait souvent en buts. Stephen Tataw fut un joueur aussi dévoué qu’il fut un homme humble“,

indique-t-il.

Tataw,  comme la quasi-totalité de ses coéquipiers du mondial 1990, n’a pas bénéficié d’une attention particulière du gouvernement camerounais. Néanmoins, il reste une gloire nationale écrit Owona Nguini.

Il se plaignit souvent comme bien des lions de ne pas avoir été suffisamment reconnu. Qu’il sache sur la route de l’éternité que les filles et fils de la nation footballistique lui seront toujours reconnaissants d’avoir été le brave capitaine de ces lions indomptables qui surent nous rendre fiers tout au long du mondiale 1990″, 

se félicite celui-ci.

Armand Djialeu 


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *