Home Société Afrique Cameroun > Partouze: Steve Monthe, le Pasteur porno interpellé
Afrique - 8 juillet 2021

Cameroun > Partouze: Steve Monthe, le Pasteur porno interpellé

De nouvelles révélations arrivent. Selon le lanceur d’alerte et journaliste Boris Berthold .

Son nom c’est Steve Monthe, Pasteur auto proclamé résidant aux États-Unis au Cameroun depuis 4 mois. Dans la vidéo, il est debout en casquette bleue, un gendarme lui demande de se déshabiller et il commence à enlever son polo. Le pasteur Steve Monthe a été arrêté comme les autres.

Steve Monthe au cours d’un direct ce jour, il parle de montage et de piège. Il affirme avoir été invité un samedi soir par une fille qui devait lui présenter d’autres pour un projet sur lequel il travaille. Il affirme que c’est à peine arrivé que les gendarmes sont entrés qu’il n’a rien fait.

Cependant, des jeunes femmes qui connaissent Steve Monthe à Douala et Yaoundé affirment qu’il s’agit d’un menteur et d’un bonbon pasteur.

Des camerounaises témoignent:

“ Vous n’avez pas reconnu Steve Monthe? On était dans un groupe de sexe tous et il a commencé à se faire passer pour un pasteur. Demandez à Stone ce que le gar là lui a fait. Il avait un snack à Bepanda. Il présentait les garçons aux filles. Pendant que vous êtes dans la chambre, il vous filme et après il fait le chantage. Il a fait ça à Bree”.

Une autre enfonce le clou:

“ Depuis près de deux ans j’ai sensibilisé les gens par rapport à ce soit disant pasteur. Ne venez pas dire que c’est un piège. Vous même vous avez vu dans ce groupe comment Steve Monthe dès qu’il finissait de coucher avec une fille il publiait ses photos avec les filles montrer qu’il a couché avec la fille. Vous savez combien de mariage il a fait rater à ces filles? On t’invite à une partouze tu dis que c’était un piège. Il était consentant. Et il y a plusieurs groupes”.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…