Home Société Afrique Cameroun > Plaques d’immatriculation fantaisistes: Une semaine pour se mettre en règle
Afrique - 20 août 2021

Cameroun > Plaques d’immatriculation fantaisistes: Une semaine pour se mettre en règle

Ce n’est pas la première fois que les autorités camerounaises essaye de réguler ce problème qui implique des personnalités de la République.

Dans un communiqué récent du ministre des transport, il est rappelé que les véhicules circulant avec des plaques d’immatriculation non conformes (plaisirs diplomatique, Cemac. immatriculation temporaire, châssis ) seront désormais conduits immédiatement en fourrière.
Les propriétaires des dits véhicules ont en effet une semaine pour se conformer.

Au Cameroun, si il y a une règle affichée c’est l’anormalité des choses. Par milliers dans la seule ville de Yaoundé, il circulent des véhicules aux plaques d’immatriculations fanfaronnes. Un laissez-aller qui serait devenu pour certains la norme et avec pour acteurs principaux des personnalités bien connus de la scène politique, des affaires que de la culture.
Une gangrène qui s’est laissée grandir et est arrivé chez le tout dernier camerounais ayant acheté un véhicule.

Il n’est plus étonnant de lire dans les villes de Yaoundé, Douala, Garoua ou comme partout ailleurs au Cameroun sur une plaque d’immatriculation  »Chairman »  »Le lion blanc  » ou encore la  »Miss des Caraïbes  ». Chacun allant de son bon vouloir et de la fantaisie qui lui sied. Une habitude loufoque devenu pour certains une marque certaine de prestige.

Déjà en , faut-il le rappeler le gouvernement de la République du Cameroun semblait avoir lancé une chasse aux sorcières après une campagne du même type que celle de 2021. Une démarche qui n’aura duré que le temps d’un communiqué et très vite allée aux oubliettes.

Car en 2009, et bien même avant certaines plaques d’immatriculation étaient même juste placardées à l’arrière des véhicules et écrits au Bic bleu. A l’évidence donc, le communiqué du ministre Gounoko Haounaye afin de stopper le phénomène qui prenait déjà de l’ampleur. Il faut dire qu’à cette époque déjà les plaques fantaisistes étaient en vogue ,malgré le fait qu’elles étaient irrégulières et non conformes.

Les automobilistes, selon le communiqué du ministre des transport en 2021, qui revient sur ce qui était déjà combattu en 2009 par son prédécesseur, les invite à se conformer aux règles de la loi 1994 sur l’importation des véhicules au Cameroun. Celle -ci dispose que tout véhicule arrivé au Cameroun à trois mois pour se mettre en règle.

Et pour cette dernière interpellation, les propriétaires des véhicules aux plaques d’immatriculation fantaisistes ont une semaine pour se conformer. Comment y arriver ? Attendons de voir.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…