Home Politique Afrique Cameroun > Multiplier pour distraire: 11 nouveaux partis politiques agréés au Cameroun
Afrique - 5 mai 2021

Cameroun > Multiplier pour distraire: 11 nouveaux partis politiques agréés au Cameroun

Par un agrément signé du  Ministère de l’administration territoriale , de nouveaux partis politiques viennent compléter la liste de plus de 300 autres partis politiques déjà existant au Cameroun .

Cameroun: Quid  de la quantité …pour quoi faire alors que l’utile et l’urgent sont ailleurs . La réforme électorale plus que une urgence , une priorité.

Avec le foisonnement de partis politiques au Cameroun , le pays aujourd’hui compte plus de 300 partis politiques.11 derniers viennent de naître et ont reçu leur agrément du ministère de l’administration territoriale qui dans son communiqué informe que ceci découle de la volonté du grand chantre de la démocratie le président Paul Biya.

Comme une aumône donnée au peuple camerounais afin d’enrichir et de  » contribuer à l’animation du débat Politique et contradictoire et constructif « . va écrire Paul Atanga Nji dans son communiqué.

Ce sont donc 11 autres nouveaux partis politiques qui vont animer le débat politique. Comme les 317 autres qui le font depuis les années 90 jusqu’à nos jours et où les changements apportés sont à peine visibles.

Déjà 328 partis politiques , avec les 11 nouveaux venus pour qu’elle contribution ? 

 Le pluralisme politique est nécessaire pour laisser aux électeurs une certaine liberté de choix. Si la loi garantit les expressions pluralistes des opinions. Il faut croire que au Cameroun , la pluralité des partis politiques est à l’évidence différente  de la notion de pluralisme politique qui veut que les électeurs aient le libre  choix à partir des programmes qu’ils proposent.

Les difficultés de l’ouverture démocratique au Cameroun perdurent , car la démocratie ne se mesure pas au nombre de partis politiques agréés mais a l’expression même de cette démocratie qui est garantie par le respect des droits et libertés des citoyens. Ce qui au Cameroun n’est pas encore très évident.

Le gouvernement devrait au lieu de multiplier les partis politiques devrait plutôt s’attaquer aux défaillances du système électoral  revendiquer par les partis politiques déjà existant et qui discréditent  les  scrutins .

Il y ‘a mieux à faire pour voir une véritable démocratie s’installer au Cameroun donc notamment cette proposition de l’Ong crisis group qui pense que en tout premier lieu  le gouvernement camerounais devrait amorcer un dialogue avec l’opposition hors du parlement afin d’établir un consensus autour de la réforme électorale. C’est là le plus important à faire.

Le président Biya et son parti sont pourtant peu favorables à une telle réforme, mais c’est le seul moyen de dépasser les antagonismes entre eux et leurs rivaux. Sans cela, les frustrations de l’opposition ne feront que croître et alimenter les divisions au sein des formations politiques elles mêmes ,  ethniques ensuite .

Une boîte de Pandore qu’il deviendra difficile de refermer. Les réformes pourraient inclure l’introduction d’un bulletin de vote unique, plutôt que le système à bulletins multiples actuellement utilisé au Cameroun, qui se prête aux manipulations ; une commission électorale plus indépendante ; et des résultats d’élections plus transparents et publiés dans de meilleurs délais.

selon crisis group

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…