Afrique LA UNE Société panorama 9 janvier 2020 (0) (1016)

Cameroun > Poussière de Nkolmesseng: Vers la fin du calvaire des populations riveraines?

Partager

Comme en 2019 ou comme les années précédentes, les riverains du quartier Nkolmesseng vivent le martyr. En pleine capitale du pays, il est impossible pour ces derniers de respirer de l’air pur en saison sèche et de se mouvoir facilement en saison pluvieuse. Pour cause, le mauvais état de la route subit les conséquences désastreuses des intempéries avec notamment la poussière en saison de soleil ardent et la boue quand les pluies tombent au quotidien. Mais depuis sa nomination à la tête du ministère de l’Habitat et du développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtès promettait des lendemains meilleurs à la population de Yaoundé 5 qui ployait sous une poussière insoutenable, lors de sa toute première visite le 16 janvier 2019.

Même si le Minhdu a réalisé et finalisé les études techniques de bitumage du tronçon routier, Carrefour lycée bilingue d’Essos – Carrefour safari (Nkolmesseng) – Carrefour Mont Belinga (Nkolmesseng) – Carrefour Ottou – Carrefour Tradex Eleveur, d’une longueur de 5 km, avec une autre voie de desserte de 1,8 km qui relie le Carrefour Safari (Nkolmesseng) – Chefferie Nkolmesseng – Carrefour Tradex Eleveur, l’une des zones les plus précaires de ce quartier populeux, faisant ainsi un total de 6,8 km de route bitumée, pour 11,717 milliards de Fcfa TTC, avec un bitumage réparti en deux itinéraires : le premier de 5 km évalué à  8, 957 milliards de Fcfa TTC et le second qui est la voie de desserte de 1,8 km, estimé à 2,760 milliards de Fcfa TTC et un financement dévolu à 100% à la Banque mondiale mais dont l’Etat du Cameroun se chargera des taxes y relatives et des indemnisations de la population la riveraine, tout reste maintenant de passer à la pratique.

Car la consistance des travaux la route de Nkolmesseng présente une chaussée imposante et innovante, de 2×2 voies, avec 2m de trottoir, une bande de stationnement et d’arrêt taxi, 50 cm de caniveau, 1m de banquette et des aménagements connexes, 50 cm de bordures accolées, l’éclairage public, la signalisation routière, la sécurité, y compris les ouvrages d’art, de drainage et des carrefours, etc… Sans oublier les travaux préparatoires, les terrassements et les revêtements en enrobés denses. La contractualisation dudit marché est en cours. Le début effectif des travaux est prévu en avril 2020, pour une période de 18 mois, à compter du 1er juin 2020 jusqu’au 23 novembre 2021. Dans cette veine, Célestine Ketcha Courtès, avait signé lors de sa première descente sur les lieux en janvier 2019, un contrat avec les comités de quartier et les chefs, pour l’arrosage permanente de cette route, à travers les contributions citoyennes de tout un chacun. Une organisation particulière devrait être mise en place à cet effet. Et pour montrer l’exemple, le ministre avait fait arroser cette route pendant 3 jours, à l’aide d’un camion hydro-cureur, à ses frais. Mais malheureusement les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Les comités de quartier n’ont pas réussis à prendre le relais, même pas avec l’accompagnement du maire de Yaoundé 5ème, Yvette Claudine Ngono. C’est donc dans l’optique de poursuivre et de parachever ces travaux que Célestine Ketcha Courtès, va effectuer une nouvelle descente sur ce chantier de Nkolmesseng, samedi 11 janvier 2020. Vivement l’implémentation effective des travaux pour mettre fin au supplice des riverains de ce quartier de la capitale.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *