Home Société Afrique Cameroun-preparatifs Can 2021:Les charlatans entrent dans la danse
Afrique - 23 août 2021

Cameroun-preparatifs Can 2021:Les charlatans entrent dans la danse

A quelques mois de la grande messe du football africain, la Mairie de la ville de Douala suscite la curiosité en désignant un imposteur pour reguler la publicité dans la métropole économique.

Douala métropole économique sera le pôle d’attraction de la 33e édition de la coupe d’Afrique des nations de football dont le coup d’envoi sera donné le 9 janvier 2022.La ville porte d’entrée et de sortie du Cameroun accueille notamment la poule E constituée de l’Algerie, la Sierra Leone, la Guinée équatoriale, et la côte d’ivoire. Elle devra de ce fait se parer de ses plus beaux atours.

Mais contre toute attente et à la surprise générale des professionnels de la publicité, la mairie de la Ville a décidé de confier la gestion de la régulation de la publicité à un charlatan.
Brice Melio puisqu’il s’ agit de lui , est le directeur général de Quartum A. A.Il est devenu comme par miracle, le régulateur de la publicité à la mairie de ville. S’ appuyant sur ses pre supposées relations avec la haute sphère administrative, celui -ci impose aux régisseurs en publicité de lui verser sur son compte personnel 29% des recettes publiques publicitaires de la ville.Une exigence qui s’ étend même jusqu’au niveau des annonceurs.

Ces pratiques peu orthodoxes, salissent l’action du maire de ville le Docteur Roger Mbasa Dine qui au moment de sa prise de rênes dans la métropole économique, avait pris l’engagement d’ouvrir la ville aux actions des fils et aux filles du terroir.

L’arrivée de Brice Melio à la régulation publicitaire de la ville, va à coup sûr inscrire un but contre son camp, à l’équipe du maire de ville , à l’approche de la coupe d’Afrique des Nations au Cameroun attendue depuis 50 ans.

Armand Soussia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…