Afrique LA UNE Politique panorama 2 avril 2020 (0) (29688)

Cameroun > Présidentielle anticipée: Franck Emmanuel Biya déjà positionné par la France

Partager

Après avoir exploré toutes les pistes possibles notamment un coup d’Etat à la togolaise qui a permis de mettre Faure Eyadema le fils de feu le Président Eyadema au pouvoir en 2005, ensuite une vacance sous contrôle, mais dirigée par Niat Njifendji comme le préconise la constitution, il est apparu que ces deux stratégies ne permettraient d’assurer une union des Rdpcistes et autres pontes du régime autour de la candidature de Franck Biya.

Des défections, dissidences et autres oppositions peuvent surgir et faire capoter le plan dès que la démission, l’incapacité permanente ou totale de Paul Biya serait acté avant la tenue de l’election presidentielle.

Selon notre source, les conseillers français du quai d’Orsay en visio conférence avec le cercle très fermé d’Etoudi ce jour, ont conseillé plutôt l’organisation d’une élection présidentielle anticipée qui n’entrenerait pas officiellement et dans l’opinion la démission prealable de Paul Biya.

Étant entendu que personne, faute de certitude officielle sur l’incapacité de Paul Biya à gouverner ne pourrait prendre le risque d’une dissidence. Ce d’autant plus qu’il restera dans les esprits la possibilité d’invalidation de cette nouvelle èlection et le maintien de Paul Biya au pouvoir.

Il s’agit dès lors de maintenir dans l’opinion que Paul Biya est encore là, mais entend lui-même passer le pouvoir à son successeur.

L’avantage ici est que ce Paul Biya que personne ne verra, mais maintenu par le doute et l’incertitude du fait de l’absence de preuve de son incapacité à gouverner, sera vu comme l’organisateur des élections, même si en réalité ce ne sera pas lui.

Les élections se tiendront donc comme celles du 07 octobre 2018.

Franck Biya jouissant auprès de l’opinion et du Rdpc de l’onction de Paul Biya qui serait alors là et pourrait revenir à tout moment.

Les camerounais doivent donc s’attendre à un communiqué de la présidence de la République annonçant une élection anticipée, une réunion du bureau politique du Rdpc convoquée par consultation écrite de ses membres et qui va designer Franck Biya comme le candidat du Rdpc à cette élection.

La voie du congrès du Rdpc avec des milliers de participants n’est pas envisageable du fait des candidatures concurrentes qui pourraient s’annoncer.

Elecam et le conseil constitutionnel, dans le doute et l’incertitude ne prendront aucun risque de s’opposer au fils, alors qu’il reste une probabilité que le père est là et pourra même annuler cette election si elle ne correspond pas à son plan de succession par son fils.

L’enjeu est donc de maintenir ce Paul Biya dans les esprits comme étant présent et actif, même si on ne le verra pas jusqu’à la fin de l’élection présidentielle. Il sera comme un avatar ou un épouvantail dont personne ne saura exactement s’il est là ou pas.

Frank Biya, dont le nom est cité partout, est en voie d’être positionné. Biya accepter a-t-il ? Wait and see!


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *