Home Politique Afrique Cameroun > Prison de Kondengui: Mbombock Mbock Matip livre le Colonel Bamkoui à Paul Biya
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Prison de Kondengui: Mbombock Mbock Matip livre le Colonel Bamkoui à Paul Biya

Dans une correspondance adressée au Chef de l’Etat, l’homme révèle que le Commandant de la Semil s’est allié avec Oswald Baboke pour assassiner Biya Bi Mvondo.

« Non je n’ai pas fait un mal, au contraire j’ai dénoncé ceux qui voulaient vous tuer et prendre le pouvoir par les armes et donc votre colonel Emile Joël Bamkoui le commandant de la sécurité militaire est complice, et aussi j’ai dénoncé Oswald Baboke votre directeur du cabinet civil adjoint avec aussi preuves, après mes investigations approfondies comme le commanditaire des braqueurs de la nationalité camerounaise arrêtés au Togo pour braquage d’une Mercedes de classe au mois de mai 2020, »

martèle Mbombock Mbock Matip.

Selon le Président de la Ligue Nationale de Défense des Droits des Personnes Défavorisées soutient qu’il est privé de sa liberté depuis le 17 août 2020 à 10h. Ce jour-là, Emile Joël Bamkoui commandant de la sécurité militaire (Semil), l’a enlevé à son domicile sis à Yaoundé. Le patron du Semil était accompagné avec ses six éléments non identifiés lourdement armés. Ceux-ci n’avaient ni convocation, ni mandat d’emmener encore un mandat d’arrêt. Mbock Matip a été d’abord torturé par Bamkoui de 11h à 22h au Ministère de la Défense.

Ensuite, on l’a conduit à 22h au Secrétariat d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie (Sed). Mbombock Mbock Matip été gardé à vue pendant trois semaines, abusivement et illégalement dans les conditions animales, dans ces sombres cellules construites pour les détenus politiques. Sans plainte déposée et sans un plaignant. J’avais été forcé d’être auditionné sans la présence d’un avocat au service centrale des recherches judiciaires au (Sed).

« Le motif retenu là-bas était la diffamation en complicité. J’ai diffamé qui alors que je n’ai pas de plaignant ? »

S’interroge le Directeur de Publication du journal ‘’Climat social’’.

Le 07 septembre 2020, Matip a été présenté à 22 h avec ce motif devant un juge d’instruction militaire en service au Tribunal Militaire de Yaoundé. Il s’agit du lieutenant-colonel Jacques Baudouin Misse None, qui sans interrogatoire a signé une ordonnance de mise en détention provisoire pour une durée de six mois, allant du 07 septembre 2020 au 07 mars 2021. Dans la nuit du 07 au 08 septembre 2020, le motif de diffamation a été transformé en propagation des fausses nouvelles.

« J’apprends que vous êtes le plus renseigner de tous les camerounais, je veux savoir pourquoi vous me laissez en détention abusivement et Illégalement à la Prison Centrale de Yaoundé Kondengui au Cameroun, ma liberté et mes droits bafoués depuis huit(8) mois aujourd’hui que j’ai abandonné mes pauvres qui ne comptent que sur moi et n’ont pas pu fréquenté cette année ? J’ai des preuves d’avoir saisi plusieurs de vos collaborateurs pour les informer de ma situation, mais personne ne veut rien faire alors qu’il s’agit d’une affaire sensible pour notre pays, »

hurle Matip.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Mœurs: Le commerce du sexe gagne du terrain sur internet

C’est un secret de polichinelle pour de nombreux abonnés  sur internet .Depuis quelq…