Afrique Société panorama 22 octobre 2020 (0) (150)

Cameroun > Publicité illicite et outrangeante: René Sadi donne 48h à Carine Mongoue pour arrêter son délire

Partager

Le ministre de la Communication a mis en garde cette promotrice des produits décapants de la peau, ce 22 octobre 2020 à travers un communiqué qu’il a publié à cet effet. 

Le ministre de la Communication porte à la connaissance de l’opinion, qu’une campagne publicitaire de promotion des produits d’éclaircissement de la peau a été lancée depuis quelque temps par une entreprise de fabrication des produits cosmétiques dénommée Carimo, et ce par voie d’affichage et sur les réseaux sociaux”,

informe le ministre de la Communication dans sa sortie épistolaire de ce 22 octobre 2020.

Et de poursuivre

à l’observation, l’affiche publicitaire au centre de cette campagne comporte des jugements de valeur sur les personnes, fondées sur la couleur de leur peau et susceptibles par conséquent de porter atteinte à leur dignité “.


Par ailleurs,

les messages référentiels qui s’en dégagent suggèrent des atteintes à l’éthique et à la morale publique “.

En conséquence, le ministre de la Communication relève que ladite campagne promotionnelle est en totale violation de la loi N° 2006/018 du 29 décembre 2006 régissant la publicité au Cameroun qui en son article 23, prescrit

la conformité des messages publicitaires aux exigences de décence et de moralité » et dispose en son article 24 que les messages publicitaires doivent étre exempts de toute discrimination raciale.”

loi N° 2006/018 du 29 décembre 2006 article 23

En outre, la loi sus-indiquée engage en son article 57

la responsabilité pénale de celui qui fait diffuser un message publicitaire contenant des éléments de nature à porter outrage à une race ou à une religion.”

loi N° 2006/018 du 29 décembre 2006 article 57

Au regard de ce qui précède, le ministre de la Communication a enjoint la promotrice de l’entreprise “Carimo“, de mettre un terme à cette activité publicitaire illicite et outrageante, en retirant toutes les affiches de cette campagne, tant sur les panneaux d’affichage que sur les comptes de sa société dans les réseaux sociaux, dans un délai de 48 heures à compter de la date de signature du présent communiqué, faute de quoi, l’intéressée s’exposera aux sanctions prévues par la réglementation en vigueur.

Rostand TCHAMI


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *