Home Politique Afrique Cameroun > Questions reponses: Joseph Beti Assomo vente le Géni militaire devant les députés
Afrique - 29 novembre 2021

Cameroun > Questions reponses: Joseph Beti Assomo vente le Géni militaire devant les députés

Ils sont les sapeurs aux différents fronts sur le territoire national et participent à la construction des multiples ouvrages pour l’épanouissement des populations.

Invité à l’Assemblée nationale la semaine dernière par La commission de la Défense nationale et de la Sécurité, pour exposer sur la thématique

« Statut et contributions du Génie militaire aux objectifs de développements »,

le patron du ministère de la Défense (Mindef) n’a pas tari d’éloges pour ce bras séculier de l’Armée en termes de réalisations d’ouvrages tout autant que son intervention dans le champ du privé avec l’accord express du chef de l’Etat, chef des forces armées. Il a dit in extenso que

« le Génie militaire est non seulement une arme de combat, mais aussi un outil d’appui au développement du pays ».

En ce concerne sa dimension militaire, le Génie est une mission d’appui au combat pour faciliter le mouvement des hommes en opération, notamment sur le terrain où la mobilité des combattants n’est pas aisée, par exemple sur les routes endommagées ou abandonnées, dans la forêt dense, sur les sols sablonneux, argileux ou marécageux, les itinéraires minés par l’ennemie avec des bombes, des explosifs conventionnels, des engins explosifs improvisés, des bombes artisanales et autres. Le ministre en a profité pour expliciter le caractère périlleux des missions de ces hommes qui sont d’abord des combattants de tête sur des terrains à risque, voire dangereux.

Les militaires du Génie, encore appelés « sapeur », comme l’a indiqué Joseph Beti Assomo, à ne pas confondre avec « sapeurs-pompiers », sont au cœur du développement du Cameroun parce qu’ils contribuent avant tout à défendre efficacement le patrimoine national partout où besoin se fait sentir sur toute l’étendue du territoire. On ne saurait de ce fait parler de développement tant que la Patrie qui est le bien de tous les citoyens camerounais est spoliée par les puissances de toutes sortes.

Le Génie militaire auprès des populations.

Créé en 1962, le Génie militaire du Cameroun est dirigé par le colonel Jackson Kamgain. Avec ses hommes, les réalisations des ouvrages pour le bien-être des populations se comptent plus. En partenariat avec les Administrations publiques, on peut citer les chefs d’œuvre comme les Parcours vita de Yaoundé, de Douala ou de N’Gaoundéré ; la réfection des routes et autres équipements. Le Mindef a rappelé aux députés que c’est le Génie militaire qui a réhabilité en son temps la route Sangmélima-Djoum-frontière Cameroun-Congo. Il a aussi indiqué que le premier échangeur du pays a été réalisé par le Génie au niveau de Zamengoué, non loin de Yaoundé.

La liste des ouvrages du Génie, a reconnu le patron de la Défense est incommensurable. S’exprimant du partenariat avec le privé, personne morale ou personne physique, il a avoué que l’institution ploie sous ses demandes de toutes sortes, aussi variées les unes que les autres. Ainsi, pour rester coller à l’actualité, il a confié que le Génie vient de construire 20 salles de classe pour le compte du collège de la Retraite pour sa section anglophone. Il a pris le soin d’indiquer que ce n’est pas son ministère qui a financé les travaux.

C’est bien l’Archidiocèse de Yaoundé comme il en est allé dans la construction il y a quelques temps d’une chapelle à Olezoa. Sur ce point, Joseph Beti Assomo s’est offusqué que beaucoup pensent à tort que le Génie militaire est une agence de charité, doté des moyens spéciaux. Il n’en est rien car il est affecté un budget au Génie chaque année pour l’accomplissement de ses missions. Pour accompagner le Mindef devant la Commission que dirige le député Djibrilla Kaou, il y avait les Secrétaires d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie et celui chargé des anciens combattants et des victimes de guerre.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Vivre ensemble: L’unité en péril ?

Par Eric Boniface Tchounkeu Le 20 mai 1972 en effet, sur décision du Président Ahmadou Ahi…