Home Politique Afrique Cameroun > Réforme du Système électoral: Des partis d’opposition unissent leurs forces pour la bataille
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Réforme du Système électoral: Des partis d’opposition unissent leurs forces pour la bataille

Des leaders de sept (07) partis politiques de l’opposition ont signé un communiqué conjoint le 31 mars 2021 et ont donné une conférence de presse le 01er avril 2021 à Yaoundé pour informer l’opinion qu’ils travaillent ensemble pour une réforme consensuelle du système électoral Camerounais.

“Nous, partis politiques signataires du présent communiqué,…avons décidé de travailler ensemble dans un cadre républicain inclusif, avec toutes les parties prenantes du jeu démocratique, afin de mettre en place un système électoral nouveau ou amendé pour la stabilité et la prospérité de notre pays”,

peut-on lire dans le document remis aux journalistes.

Ils appellent dès lors “tous les autres partis politiques, organisations ou personnalités de la société civile désireux de participer à cette dynamique, à travailler ensemble, dans le cadre du Secrétariat Technique mis en place à cet effet.”

Ce Secrétariat Technique est chargé de recevoir, aux fins d’exploitation, toutes les contributions venant des acteurs suscités au plus tard le 15 avril 2021 à l’adresse e-mail : revisionconse@gmail.com ou aux numéros Whats’App : 696742113/651576797.

Les partis signataires du communiqué “assurent le peuple camerounais de leur engagement à aller jusqu’au bout de leur démarche”, peut-on encore lire dans les deux dernières lignes du document parafé par : Maurice Kamto, Président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), candidat arrivé officiellement en 2ème position à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 ;

le député Cabral Libii, Président du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (Pcrn), 03ème à la présidentielle de 2018 ; le député Joshua Osih ,04ème à la même présidentielle et 01er Vice-Président National du Social Democratic Front (Sdf) ; Hermine Patricia Tomaino Ndam Njoya, Présidente Nationale de l’Union Démocratique du Cameroun (Udc) et Maire de Foumban ;le député Pierre Kwemo, Président National de l’Union des Mouvements Socialistes (Ums); Hilaire Dzipan, Leader du Mouvement Progressiste (Mp); et Prince Ekosso, Président National de l’United Socialist Democratic Party (Usdp), absent à la conférence de presse.

Pierre Kwemo insiste sur le fait qu’il s’agit du coup d’envoi d’un processus, et Madame Ndam Njoya souligne que c’est pour la première fois dans l’histoire politique du Cameroun depuis le retour au multipartisme, que des partis d’opposition s’accordent sur un point déterminant.
Il est donc question ici et contrairement au passé d’une alliance sur une problématique claire et de portée générale, et non d’une quelconque alliance électorale entre les partis signataires du communiqué.

Ils affirment d’entrée être

“conscients qu’un système électoral accepté et partagé par tous est garant d’un jeu démocratique crédible, juste, équitable, transparent et pacifique dans une nation ; et qu’il existe de nombreux désaccords sur plusieurs dispositions du code électoral en vigueur ,ainsi que des dispositions obsolètes, des contradictions et des vides juridiques, ce qui fait obstacle à la plénitude de l’exercice d’un droit fondamental, le droit de vote, puis, à l’éventualité d’une alternance pacifique et démocratique.”

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Crise anglophone: Les Etats-Unis incontournables dans la résolution du conflit

Une nouvelle lettre ouverte des députés Camerounais, adressée à la nouvelle Administration…