Home Politique Afrique Cameroun > Rentrée parlementaire du 10 Juin: La session du gré à gré
Afrique - LA UNE - Non classé - Politique - 9 juin 2020

Cameroun > Rentrée parlementaire du 10 Juin: La session du gré à gré

Partager

La session parlementaire du mois de juin débute, ce mercredi, 10 juin 2020 au palais des congrès de Yaoundé.

Session du congrès du parlement pour recevoir le serment d’un membre du conseil constitutionnel, examen de textes législatifs, à l’instar de l’ordonnance modifiant la loi de finances, accueil de nouveaux députés, contrôle de l’action gouvernementale seront au menu des travaux.

Pour la première fois, depuis plus d’un demi-siècle, les parlementaires vont devoir siéger ailleurs que sur leur site mythique du palais des verres de Ngoa Ekellé. En effet, les grands travaux de construction du nouvel immeuble-siège de l’Assemblée nationale entrent dans une phase active. C’est la salle de 400 places vulgairement appelée ” salle tripartite”, qui va accueillir les 180 députés de la nation. Ces élus du peuple vont siéger non loin des sénateurs, qui vont conserver leur salle habituelle.

Le premier fait majeur de cette session parlementaire devrait intervenir, en principe, le 12 juin 2020 avec une session du congrès du parlement camerounais. La 2ème de l’histoire du parlement camerounais. Conformément aux dispositions de la constitution du Cameroun, notamment l’article 14 en son alinea 4. A la demande du président de la république, députés et sénateurs vont se réunir pour recevoir le serment d’un membre du conseil constitutionnel, le Pr Joseph Owona, nommé par décret du chef de l’Etat, le 15 avril 2020. La lutte contre le coronavirus va être, sans doute, au centre des préoccupations des parlementaires. En dehors de l’activisme de certains députés sur le terrain ces dernières semaines, bien d’autres doivent s’inscrire dans cette mouvance, mais cette fois-ci sur un plan législatif tant cette pandémie a une incidence négative sur le budget de l’Etat. D’où l’ordonnance prise le 3 juin dernier par le président de la république. Celle-ci a pour but de modifier et de compléter la loi du 24 décembre 2019 portant loi des finances de la république du Cameroun pour l’exercice 2020, en ramenant l’enveloppe globale de 4951 milliards de Fcfa à 4409 milliards de Fcfa. Toute chose qui entraîne une baisse de l’ordre de 542,7 milliards de Fcfa.

Mais, en dehors de cette réduction, il y a la création d’un Fonds spécial de lutte contre le coronavirus et ses répercussions, doté d’une enveloppe de 180 milliards de Fcfa. Suivant les usages établis, si cette ordonnance entre en vigueur dès sa signature, les parlementaires, selon les dispositions de l’article 28 de la constitution du Cameroun, sont appelés à la ratifier. Question d’avoir force de la loi. D’autres projets de loi pourraient être soumis par le chef de l’Etat ou alors des propositions de loi émanant des députés ou des sénateurs. L’initiative des lois appartenant conjointement au président de la république et aux membres du parlement selon l’article 25 de la loi fondamentale.

Le contrôle de l’action gouvernementale, à travers les questions orales et les autres mécanismes prévus, ne devrait pas être en reste. Pour cette session parlementaire, trois députés sont frappés d’incompatibilité, à l’instar de Patricia Tomaino Ndam Njoya, Ousman Aman Saaly et Boubakari Djida, respectivement maires des communes de Foumban, de Pitoa et du Mayo-Oulo.

Serge Aimé Bikoi


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *