Selon lui, les combats sont maintenant ailleurs. “Je mène d’autres combats pour la libération de mon pays. Je sais que tout ça me vaut les tomates pourries et les peaux de banane de la minorité qui pense que critiquer le régime génocidaire de Paul Biya, c’est être devenu un ennemi du Cameroun. Soit! Le plus curieux dans mes prises de position c’est le tollé que tout cela provoque parmi ceux qui sont convaincus que défendre une cause juste c’est également trahir”, a-t-il confié.

Réaffirmant son engagement contre “le régime génocidaire” du président Paul Biya; Cyrille est revenu sur sa relation avec la Crtv mais aussi avec ses anciens collègues: “j’aime à le dire et je le réitère ici, je n’ai jamais été lié à la Crtv par un pacte mystique. C’est un simple contrat de travail qu’on résilie dès lors qu’on a le sentiment de servir des causes qui ne rentrent pas en droite ligne de ses intimes convictions.”

Le rédacteur en chef de la Crtv Sud dit ne pas en vouloir à ses anciens collègues : “je n’en veux pas à mes anciens collègues de manger et de se taire ou de manger pour soutenir le régime qui tue les innocents du NoSo. À chacun sa vision du monde. Mais par essence, j’ai en horreur toutes formes d’injustices et toute volonté de diviser pour mieux régner. Inutile de vous rappeler que la Crtv pour moi relève définitivement du passé. C’est de l’histoire très ancienne. Cette page est à jamais tournée.”