Home Politique Afrique Cameroun > Sortie de Macron > Robert Bapooh Lipot: « La souveraineté du peuple camerounais est l’absolu »
Afrique - Politique - Une - 1 décembre 2020

Cameroun > Sortie de Macron > Robert Bapooh Lipot: « La souveraineté du peuple camerounais est l’absolu »

La dernière sortie du Président Français Emmanuel Macron dans Jeune Afrique parlant du Cameroun n’a pas encore fini de faire des vagues au sein de la classe politique. L’Upc monte au créneau.

 Une certaine classe d’hommes politiques en France aux élans néocolonialistes  intègre  mal le devoir de  respect de la souveraineté des pays africains. Voilà pourquoi ils ont de la peine à révolutionner le regard longtemps porté sur le peuple africain par les idéologues de la colonisation voire de l’esclavage ».

s’irrite le Secrétaire général du parti historique

Dans la foulée, il reconnaît que par cette option, avec Emmanuel Macron, 

 la France  semble s’éloigner  du devoir de pardon qu’elle a vis-à-vis de la Nouvelle génération africaine, créant pour ainsi dire des dynamiques de son rejet comme partenaire dans le développement effectif de l’Afrique.

Or, pour une nouvelle approche des relations de confiance entre l’Afrique et l’Europe, relève-t-il, la France doit prendre en considération la maturité du peuple africain. Il est de ce fait de l’intérêt  de la France

 d’accepter et de respecter l’expression de cette maturité qui peut se réaliser par l’attachement des pays africains à leur souveraineté et l’exigence d’une nouvelle pensée politique Africaine ».

Plus loin, il lance ceux qui veulent croire et faire accepter aujourd’hui que la France sera toujours le souffleur des décisions des leaders politiques africains, à une nouvelle génération éduquée à l’école occidentale et qui comprend les enjeux de la nouvelle géopolitique internationale. Aux yeux de l’homme politique, « c’est verser soi-même dans une naïveté épaisse ».

Il est pour lui un impératif, une urgence que

 la politique de la France en Afrique doit sortir de la mafia des réseaux  françafriques  pour se purifier aux normes de la politique responsable, respectueuse de la souveraineté des Etats Africains ».

Pour lui, qu’on le veuille ou non, par la ruse de l’histoire, aujourd’hui en Afrique, il y a une classe d’hommes politiques qui s’interrogent sur le passé colonial de la France sur le continent et qui s’engagent à opposer à la France des réseaux néocolonialistes, un Discours du Non libérateur, respectueux de la Souveraineté et de la dignité des peuples et, promoteur de l’Interdépendance existentielle.

 Emmanuel Macron doit savoir qu’aujourd’hui plus qu’hier, il revient à la France d’écouter l’Afrique.  C’est l’Afrique qui doit parler à la France et exiger d’être écoutée. Ce Nouveau Paradigme  est plus respectueux de la dignité humaine et de la Souveraineté de nos peuples respectifs ».

martèle-t-il

Aplysie de la dignité des peuples

 L’histoire politique et culturelle que nous partageons depuis un siècle et demi nous impose des relations conviviales comme fondement des rapports entre la France et l’Afrique. Certes, unetelle approche sonnerait le glas à l’option néocolonialiste des relations avec l’Afrique, mais, Il s’agit bel et bien d’un impératif existentiel pour les peuples et les Nations qui aspirent au développement et non à l’assistanat permanent, véritable anesthésie estampillée Françafrique ». 

prescrit-il avec emphase

En ce qui concerne la Coopération Internationale, il reconnaît qu’elle se fonde sur la convivialité et la convergence existentielles et non la « loi nationale internationalisée », fille de la colonisation. Cette coopération à son sens,

 doit se libérer des convulsions qui asphyxient la dignité des peuples afin que nous sortions de la coopération–distraction  mise en place pour renforcer les normes de la dépendance de l’Afrique vis-à-vis de la  civilisation de l’Avoir, semant la misère, la mort et la désolation ».

 Il insiste par ailleurs que la France et l’Afrique sont   condamnées à vivre ensemble et « cette vie ne peut intégrer le principe de l’Harmonie que lorsque la France se démarque d’un discours qui infantilise l’Afrique ». S’il n’en est pas ainsi,

 les démons de la Françafrique seront une véritable menace pour la présence de la France en Afrique, dans un contexte où les générations actuelles d’Africains peuvent se permettre de choisir les multiples partenaires pour assurer la construction de leur Avenir ».

On comprend confesser-t-il, que sans ignorer les contradictions  internes à la marche de l’Afrique vers son plein épanouissement et les exigences de l’Histoire,

 les propos d’Emmanuel Macron qui manquent de courtoisie voire de sagesse soient considérés comme l’expression d’une nostalgie ». 

Pour Robert Bapooh Lipot,

 il faut de ce fait combattre ces propos au même titre que l’option pour un retour à la colonisation ou à  l’esclavage ».

Redéfinir les bases de la Coopération France – Afrique,

 L’union des Populations du Cameroun, invite la France à sortir  de ce jeu de mots qui cultivent les maux  que véhiculent  les propos d’Emmanuel Macron  et, accepter  les exigences de la marche du monde ».

assène le leader du parti historique

L’Afrique a compris, poursuit-il, les exigences de la ruse de l’Histoire.

 La France doit par conséquent intégrer cette Nouvelle donne pour abandonner un certain élan impérialiste qu’elle supporte pourtant très mal lorsqu’il s’agit des autres puissances, mais admet et pratique  lorsqu’il s’agit de l’Afrique.

Il propose dans la même veine que la relation avec l’Afrique doit se construire sous un ciel nouveau où seule la démocratie réelle se devra de servir de base à l’Harmonie véritable.

 Tout discours de la classe politique française  qui n’intègre pas cet impératif, n’est en réalité qu’une forme de recolonisation qui sera comprise comme telle par la jeunesse éveillée des peuples d’Afrique  et combattue sans rémissions ».

prescrit l’homme politique avant d’ajouter que les ponts de la convivialité existentielle doivent alors être établis entre les nouvelles générations pour redéfinir les bases de la coopération France – Afrique

 Dans cette optique, rien ne pourra plus jamais être comme avant ».

soutient-il

 Le Cameroun est un Etat qui entend assumer sa Souveraineté et se faire respecter comme tel. Un Ami du Cameroun ne devrait pas parler à ceux qui incarnent sa souveraineté à travers la presse ».

proteste le Secrétaire général de l’Upc

Son parti assure-t-il, réitère son soutien à la sauvegarde de la souveraineté du peuple camerounais et aux Institutions de la République. Et,

 réaffirme sans ambages que le Président Paul Biya mérite le soutien de tous les Amis du Cameroun pour ramener la Paix dans notre pays et ouvrir les perspectives d’Avenir plus rassurants ».  

conclut-il

Léopold DASSI NDJDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Mrc : Valsero met les militants en garde

Le rappeur a fait une sortie sur Facebook, en réaction aux critiques de Michèle Ndoki form…