Accueil PolitiqueAfrique Cameroun > Rosange Jimegni: Le symbole de la contestation féminine au sein du Mrc

Cameroun > Rosange Jimegni: Le symbole de la contestation féminine au sein du Mrc

Parmi les Hommes qui ont décidé de faire face aux forces de maintien de l'ordre le 8 octobre dernier au quartier 8 sis au siège du parti à Nkongsamba IIIème, il y a une lionne du département du Nde nommée Rosange Jimegni.

Par panorama papers
0 commentaire 406 vues

Par Serge Aimé Bikoi

Celle qui est, aujourd’hui, secrétaire de la fédération départementale du Mrc dans le Nde fait partie des quatre figures du parti de Maurice Kamto qui ont, délibérément, accepté, dès le départ, de se livrer aux bidasses comme une espèce de chair à canon. Certes, il y avait trois militants(Albert Dzongang, Arnaud Manga et Kevin Tiokou) du Mrc ayant formé une muraille devant un car anti-émeutes autour duquel étaient réunis près d’une centaine d’hommes en tenue, prêts à en découdre avec les manifestants. Mais en dehors de ces trois figures masculines, il y a aussi une militante invétérée et patentée qui était au devant de la scène : R. Jimegni. Combattante, résistante et décisive, elle ne s’est pas confinée dans le second rôle d’animatrice politique réduite à chanter, danser, applaudir le leader national du parti, ainsi qu’à le couvrir de dithyrambes, mais Rosange s’est montrée engagée, active et téméraire au point d’investir le sentier routier comme ses trois camarades de parti. Au départ au nombre de quatre, ils ont été rejoints, quelques instants après, par une cohorte de militants subjugués par leur bravoure et leur détermination à surmonter la résistance armée.

A certains moments, R. Jimegni était debout. Alors qu’à d’autres instants, elle s’asseyait en même temps que ses camarades de parti décidés à ne pas quitter le site du déroulement du meeting d’installation du bureau régional du Littoral II. Alors que le sous-préfet de l’arrondissement de Nkongsamba IIIème les avait contraint à déserter ce lieu. Peine perdue. Personne n’a bougé. Rosange scandait : “Tuez-nous! Tuez-nous! Tuez-nous!”. Elle a su contester et faire retentir ses cris stridents. Question de demander aux éléments des Fmo de les laisser tenir leur manifestation publique pacifique.

En jetant un regard holistique et rétrospectif sur la trajectoire de cette lionne du Nde, l’on découvre que Rosange est une résistante dans l’âme depuis sa posture de militante. En effet, cette femme mariée et mère de deux enfants a commencé à militer au sein du Mrc à la fédération communale de Yaoundé II, où elle a été membre du bureau communal femme de Yaoundé II. Par la suite, Rosange est devenue membre du bureau départemental Mrc du Nde à partir de 2018. Depuis le mois d’août 2022, R. Jimegni a été élue secrétaire de la fédération départementale du Mrc du Nde.

Une vie de combattante farouche parsemée de vicissitudes

Le fait d’assumer sa posture de militante engagée au sein du Mrc l’a exposée, ces dernières années, à des situations malencontreuses au point où elle a failli perdre la vie lorsqu’elle était enceinte. Cette jeune femme politique camerounaise avait été arrêtée le 1er juin 2019 à Yaoundé lors des manifestations pacifiques liées à l’organisation des marches blanches. Comme ses nombreux camarades de parti, elle avait été torturée dans les geôles du Secrétariat d’État à la défense (Sed) pendant 72h au point où ses tortionnaires lui avaient dit qu’il était l’heure, pour elle, de rejoindre ses ancêtres. Quel message affreux empreint d’un caractère mortifère!

Au-delà de la torture qu’elle avait subie de manière effroyable, Rosange et ses camarades de parti gardés à vue au Sed avaient été privés d’énergie électrique et d’eau durant 48h. Le 3ème jour, leurs bourreaux leur ont servi du pain sardines par cynisme .

“Je marchais avec peine à cause des coups de fouet. Moi qui suis déjà myope, ma vue était floue à cause de plusieurs paires de giffles reçues à tour de rôle; des cicatrices de matraque partout sur le corps et le poignet enflé. Jusqu’aujourd’hui, je garde encore une cicatrice de ce passage au Sed. À l’époque, je n’avais pas voulu que des photos de mes séquelles circulent sur la toile et je ne le veux pas toujours, mais elles ont bien été envoyées à qui de droit pour les poursuites judiciaires”,

relate R. Jimegni.

Après avoir passé 72 heures de garde à vue dans les cellules du Sed, Rosange a recouvré sa liberté le 4ème jour. Elle a la certitude qu’un jour, les responsables de cette barbarie rendront compte tôt ou tard.

Sept mois plus tard, la militante infatigable du Mrc, toujours sur la brèche, a vécu une autre épreuve douloureuse. Sur ces entrefaites, elle était enceinte.

“En janvier 2020, raconte R. Jimegni, lors d’une campagne de boycott du double scrutin législatif et municipal du 9 février 2020 que j’avais initiée dans le département du Nde, j’ai fait le tour des villages Bamena, Balengou, Bangoua, Bassamba, Bazou et Bangangte. J’ai été stoppée à la gare routière de Bangangte en partance pour Bantoum pour expliquer les raisons du boycott des élections par le Mrc aux populations”.

En état de grossesse, cette jeune mère mariée et militante déterminée avait été inculpée et avait passé quelques mois à la prison de Bagangte. Selon des sources proches de l’administration pénitentiaire, il lui avait été dit que c’est la grossesse qui l’avait sauvée. Sinon, elle aurait écopé, au moins, de deux ans de prison de ferme. Cette dernière n’avait été condamnée qu’à une fourchette de mois de prison avec sursis.

Après avoir été élue au poste de secrétaire de la fédération départementale du Mrc-Nde, cette lionne politique estime que c’est le moment de se concentrer dans le Nde parce que, explique-t-elle,

“il y a beaucoup de travail de terrain à faire dans ce département et j’en appelle à tous les fils de ce département disséminés à travers le monde, soucieux du changement, à me tenir la main pour qu’ensemble, nous relevions le défi d’assainir la scène politique dans notre aire culturelle”.

Pour cette militante et résistante du Mrc, qui fait des émules depuis son intégration dans le champ politique camerounais,

“Maurice Kamto est une chance inouïe pour le Cameroun. C’est la lumière dont notre pays a besoin pour sortir des ténèbres. Il est la meilleure alternative pour la paix et la stabilité de notre pays. C’est pourquoi il a mon soutien inconditionnel”.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 01 02 2023

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen