Home Santé Afrique Cameroun > Santé: La saison des évacuation recommence
Afrique - 2 semaines ago

Cameroun > Santé: La saison des évacuation recommence

Marcel Nyat Njifendji evacué il y’a quelques heures à Paris, après le cas Louis Paul Motaze. Ce qui renvoi au questionnement sur la fiabilité de notre système de santé au Cameroun ?

Le président du Sénat dont la santé reste balbutiante depuis plusieurs années est à sa nième évacuation sanitaire.
Sur ces faits , c’est la deuxième évacuation sanitaire du président du sénat en moins d’une année.

Il faut repréciser pour dire que le 14 mars 2021 déjà , Marcel Niat Njifendji avait été reconduit à la tête du Sénat camerounais alors que sa santé et son âge très avancé ne le donnait plus comme partant pour ce poste. Rempilant ainsi pour la sixième fois à la tête de la prestigieuse institution . Le président du sénat Camerounais s’est donc envolé pour l’ Europe pour des raisons médicales.

” L’Etat de santé de Niat Njifenji intéresse les Camerounais car il est le successeur de Paul Biya en cas de la vacance du pouvoir conformément à la constitution”

précise notre source

Mentionnant par ailleurs que :” l’annonce de l’évacuation sanitaire de Marcel Niat Njifenji intervient au moment ou le ministre des Finances, Paul Louis Motaze se trouve en France dans un état inquiétant.

Selon les révélations de Jeune Afrique, l’argentier du Cameroun souffre du Covid et a été évacué à Paris sous assistance respiratoire.

« La santé de Louis Paul Motaze s’est dégradée le 4 septembre. Le ministre camerounais des Finances a alors été hospitalisé au pavillon VIP de l’Hôpital central de Yaoundé et placé sous assistance respiratoire. Une première évacuation, autorisée par Paul Biya, dont il est le neveu, avait été envisagée le 7 septembre, mais elle a ensuite été reprogrammée »,

Comment comprendre donc que nos personnalités politiques et administratives ne soient pas autant interressées par nos hôpitaux ? Qu’est ce qui fait que ces personnalités qui sont pourtant celles qui en premier devraient susciter l’adhésion des populations a l’offre santé de notre pays puissent autant , plomber ce sentiment de confiance en nos médecins ?

Une chose semble être claire autour de cette crise de confiance et passe au révélateur la précarité de l’hôpital public. Près de 90 % des camerounais et des soignants font le constat d’un manque de moyens humains et financiers insuffisants. Et si les personnels se sentent « aimés » , les hospitaliers sont moins convaincus d’être considérés a leur juste valeur .

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Canada > Drame à Gatineau: la thèse du double meurtre suivi d’un suicide confirmée

Des membres de l’entourage du père qui a tué ses deux fillettes avant de s’enlever la vie,…