Home Opinion Politique Cameroun > Sdf: Fru Ndi comme bouclier de protection pour Osih
Politique - 3 semaines ago

Cameroun > Sdf: Fru Ndi comme bouclier de protection pour Osih

Au cours de la dernière réunion du National Executive Comittee (Nec), le Comité Exécutif National du Social Democratic Front (Sdf) tenue à Yaoundé le 08 mai 2021, les participants ont décidé de confier le sort du député Joshua Osih, par ailleurs Vice-Président national du Sdf, à la cellule juridique du parti pour avis, après avoir jugé recevable, la décision du Comité exécutif régional du Littoral du 21 mars 2021 concernant ce dernier.

Réuni en effet ce jour là à Douala en session extra-ordinaire, les membres dispositions de l’article 8(2) des statuts du Sdf, l’auto-exclusion de Joshua Nambangi Osih.
Selon cet article du Nec régional du Littoral avaient décidé de constater en application des 8(2):

«est considéré comme auto-exclu, tout militant qui crée son parti politique, adhère à un autre parti, ou qui pose des actes ou fait des déclarations manifestement contraires à la ligne politique du parti. »

Le Nec régional du Sdf Littoral pour en arriver à constater l’auto-exclusion de Joshua Osih , reproche à ce dernier, sa

«gestion calamiteuse de la campagne de l’élection présidentielle de 2018, assortie d’une lettre de félicitations à son adversaire»,

candidat du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc), Paul Biya, déclaré vainqueur par le Conseil Constitutionnel,

« alors que le Sdf dénonçait et continue de dénoncer les fraudes massives qui ont émaillé le processus. »

En rappel, Joshua Osih n’était arrivé qu’en 04éme position lors de ce scrutin présidentiel fortement contesté, avec un peu moins de 05% des voix, le plus faible score réalisé par un porte-flambeau du Sdf à une présidentielle en quatre participations.

Les membres du Comité exécutif régional du Sdf Littoral dénonce aussi chez le 01er Vice-Président national du parti, sa participation à la cérémonie de prestation de serment du candidat du Rdpc ,et surtout sa

« rébellion contre les résolutions du Comité exécutif national du 13 mars 2021,à travers l’organisation d’une campagne médiatique pour démontrer qu’il a eu raison de signer la pétition »

des députés Camerounais, essentiellement membres du parti au pouvoir, rendue publique le 22 févier 2021 et adressée au Président des Etats-Unis Joe Biden.
Cette déclaration des députés Camerounais dénonce une autre pétition envoyée le 17 février 2021 toujours au patron de la Maison Blanche, par 42 membres du Congrès américain, dans laquelle ils demandent à leur Président, de suspendre le processus de rapatriement des Camerounais en situation irrégulière aux Etats-Unis, notamment parce qu’il y a, à leurs yeux des violations des droits de l’homme et la persistance de la crise anglophone au Cameroun entre autres.

Le 13 mars 2021,le Comité exécutif national du Sdf a de manière irréaliste, demandé aux députés du parti signataires de la pétition, à savoir Joshua Osih et 02 autres personnes sur les 05 élus du Sdf à l’Assemblée Nationale, de déployer la même énergie pour convaincre des parlementaires du parti au pouvoir, de signer une autre pétition permettant de faire inscrire la question de la crise anglophone en débat au parlement, ce qui n’a jamais été fait depuis le déclenchement de cette crise en octobre 2016 ; ou dans le cas contraire, de retirer publiquement leurs signatures de la pétition du 22 février 2021.

Or Joshua Osih continue depuis lors à soutenir qu’il a eu raison de signer la pétition querellée, et par conséquent n’envisage en aucun cas de retirer sa signature.
De même, comme il était prévisible, lui et ses autres camarades du parti n’ont pas réussi à convaincre les députés de la majorité, de signer une autre pétition pour faire inscrire un débat sur la crise anglophone à l’Assemblée Nationale.

Ces éléments auraient dû conduire les membres du Comité exécutif national du Sdf à prendre rapidement une décision le 08 mai 2021 allant dans le sens de la confirmation de l’auto-exclusion du 01er Vice-Président national des rangs du parti, comme ce fut par exemple le cas dans le passé, pour Pierre Kwemo, exclu dans un premier temps par le Comité exécutif régional de l’Ouest, alors qu’il occupait le poste de 01er Vice-Président du Sdf.

Mais quelque soit l’avis de la cellule juridique, il est fort probable que le Comité exécutif national du Sdf désavoue la représentation du parti dans le Littoral sur le cas Osih.
La très grande proximité de ce dernier avec le charismatique et inamovible leader du parti, John Fru Ndi, lui sert de bouclier de protection. Ce dernier devrait être au préalable informé des actes politiques majeurs que le premier cité posent en vertu de cette proximité.

Joshua Osih a d’ailleurs à ce titre, eu à accompagner John Fru Ndi dans de nombreux rendez-vous pour des tractations politiques secrètes ou à découvert au sommet, comme lors de la rencontre avec le très influent Directeur du Cabinet de Paul Biya de l’époque,

Éric Boniface Tchoukeu, Journaliste éditorialiste. Chef de Chaîne Radio Siantou. Conseiller Editorial et founding father panorama papers

Martin Belinga Eboutou, pour discuter de l’organisation des élections sénatoriales de 2013, ou encore au cours de la rencontre entre le Président Français d’alors, François Hollande, et certains leaders politiques au Cameroun, le 03 juillet 2015,précisément dans les locaux de l’ambassade de France à Yaoundé.

Après la disparition de Joseph Mbah Ndam, Joshua Osih est probablement l’une des personnalités qui maîtrise le mieux le fonctionnement du Sdf dans ses rapports avec les autres en dehors de John Fru Ndi.
Difficile dans ces conditions pour le Chairman du parti de se séparer de lui surtout en ce moment où on parle de réconciliation entre militants au sein du Sdf.
Le temps pris qui s’apparente au dilatoire, pour étudier le cas Osih préfigure déjà de l’issue qui sera finalement réservée à son sort.
Jean Michel Nitcheu, le patron du parti dans le Littoral finira t-il pas s’en accommoder ou par se réconcilier avec ce dernier ? Just wait and see.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…