Home Politique Afrique Cameroun > Séparatisme: Jour de panique dans le Nord-Ouest
Afrique - 30 septembre 2021

Cameroun > Séparatisme: Jour de panique dans le Nord-Ouest

Ce vendredi, 1er octobre 2021, marque le 60ème anniversaire de la proclamation de l’Indépendance du Cameroun occidental et la fusion des deux Cameroun.

24 heures avant cette célébration, il règne une atmosphère délétère dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Situation consécutive aux villes mortes décrétées par les séparatistes depuis le 15 septembre 2021. Mais depuis le 28 septembre, des autorités administratives ont, elles aussi, décidé de l’interdiction des manifestations publiques.

Le Préfet du département du Donga-Mantung, dans la région du Nord-Ouest, a interdit les manifestations et réunions publiques dans son territoire de commandement suite à cet événement commémoratif. Dans un communiqué rendu public le 28 septembre 2021, Simon Ndoh motive sa décision par le souci d’éviter les affrontements, facteurs de trouble à l’ordre public dans une aire culturelle déjà en butte à une crise sécuritaire, qui sévit depuis cinq ans. Cette autorité administrative met en garde toute personne qui violera cette décision tant elle ne sera guère à l’abri de toutes formes de persécutions des forces de maintien de l’ordre.

Depuis que cette mesure est rendue publique, les populations locales, d’après des sources crédibles, sont confinées dans leurs domiciles respectifs craignant des désagréments. La sommation du Préfet du département du Donga-Mantung est publiée deux semaines après que les sécessionnistes ont décrété les villes mortes du 15 septembre au 2 octobre 2021. Ces combattants séparatistes protestent contre la reprise des classes dans les zones anglophones. Deux semaines de « lockdown » ou de paralysie de toutes les activités. Cette mesure a été diffusée sur les réseaux sociaux par un communiqué de ces derniers. Ils appellent les populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à rester chez elles pendant cette période, dont la fin a lieu un jour après le 1er octobre 2021, date de proclamation de l’indépendance du Cameroun occidental et de fusion des deux Cameroun, dont le 1er gouvernement fédéral fut constitué le 20 mai 1961.

Il y a deux semaines, des populations locales s’étaient ruées dans les centres commerciaux la veille du lockdown. Question de s’approvisionner en stocks de denrées alimentaires et autres produits de première nécessité. Ces derniers jours, des rues et espaces marchands du Nord-Ouest sont restés déserts. Comme à l’accoutumée, les séparatistes menacent de représailles ceux qui dérogeront à leur consigne. Depuis l’enclenchement de la crise anglophone en octobre 2016, des groupes sécessionnistes ont imposé les villes mortes tous les lundis dans plusieurs localités. Une épreuve combattue en vain par les autorités officielles.

L’on se souvient que le 1er octobre 2017 avait été marqué par des manifestations indépendantistes. Au moins, sept personnes avaient été tuées ce jour-là dans les régions anglophones dans des incidents séparés, qui avaient eu lieu dans les régions quadrillées par les forces de maintien de l’ordre. C’était en marge d’une proclamation symbolique d’indépendance vis-à-vis du pouvoir de Yaoundé. Les séparatistes avaient choisi cette date, jour de la réunification officielle des parties anglophone et francophone du Cameroun en 1961 pour proclamer, unilatéralement, cette indépendance.

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…