Home Enquêtes Afrique Cameroun > Exploitation forestière à grande échelle: Les autochtones Baka forcé à quitter les forêts
Afrique - 3 semaines ago

Cameroun > Exploitation forestière à grande échelle: Les autochtones Baka forcé à quitter les forêts

Expulsés de la forêt à l’arrivée de l’entreprise forestière Pallisco, les Baka de Bidjoumam sont actuellement vulnérables à l’exploitation, à la poussière, à la maladie et à la perte de terres.

Mindourou, dans le Cameroun oriental, environ 300 peuples autochtones des forêts vivent à Bidjoumam, le hameau de Baka, qui abrite les communautés affectées par les activités d’exploitation forestière de Pallisco. Ils avaient tout ce dont ils avaient besoin dans la forêt, maintenant les choses ont changé à cause des activités d’exploitation forestière massives menées par Pallisco. Ils ont quitté la forêt en 1977 et se sont déplacés le long du bord de la route boueuse.

Propriétaire de trois unités forestières d’aménagement (Ufa): 10-030, 10-031 et 10-047B, Pallisco opère au Cameroun depuis 1972 et son bail expire en 2045.

Le 5 janvier 2021, la société forestière a signé la concession 1083 pour exploiter 1 450 arbres entre janvier et décembre 2021. La même année, le gouvernement camerounais et un Observateur forestier indépendant ont découvert que Pallisco avait enfreint les réglementations forestières et était impliqué dans l’exploitation forestière illégale, et exploitation forestière excessive de Sapelli et d’autres espèces non autorisées jusqu’à 4 019 mètres cubes.

La vie dans une communauté naissante a incité certains Baka de Bidjoumam à parler français tandis que leurs enfants fréquentent une école de chaume avec un enseignant masculin pour près de 18 élèves. Ces communautés de Bidjoumam tirent leur eau potable d’un nouveau puits à pompe manuelle construit par Fairmed, une organisation non gouvernementale œuvrant pour l’éradication des maladies liées à la pauvreté.

Pas d’accès aux ressources forestières

Il y a quarante-quatre ans, les Baka possédaient les fruits de Moabi, dont ils dépendaient beaucoup à de nombreuses fins. Le moabi est considéré par les Baka comme un bon fruit qui pousse dans les forêts primaires qu’ils appellent Mandja.

Nous mangions le Moabi et utilisions les graines pour faire de l’huile, les pailles étaient utilisées par nos femmes pour faire du feu. Nous utilisons également la paille de Moabi pour attraper du poisson dans la rivière.

explique Daniel, un agriculteur baka local et chef de la communauté

L’abondance des produits forestiers non ligneux (Pfnl) a permis aux Bakas de récolter des fruits de Moabi et des mangues de brousse, jusqu’à ce qu’ils soient contraints de quitter leurs maisons dans la forêt, lorsque l’entreprise forestière Pallisco a démarré ses activités.

Le Moabi est un arbre remarquable au fût cylindrique parfaitement droit. Il peut atteindre plus de 30 mètres de haut et plus de 2 mètres de diamètre. L’entreprise forestière Pallisco est autorisée à abattre le Moabi pour le bois de toutes ses Ufa. Cependant, la société n’a pas publié les volumes de Moabi enregistrés depuis son exploitation.

Pallisco n’a pas tardé à détruire la maison de Daniel, qui avait tout ce dont il avait besoin dans la forêt. Les pygmées de Bidjoumam ont quitté la forêt pour vivre au bord de la route avec l’aide de feu Mdoumbé, un vieux Baka qui dormait à Abong-Mbang et travaillait avec les étrangers.

Depuis l’arrivée de Pallisco, le Moabi est coupé pour le bois et nous n’avons plus de fruits Moabi. Nous n’avons plus grand-chose à ramasser dans la forêt. La seule chose que nous obtenons de la forêt, ce sont les mangues de brousse et les fruits de Mbalaka, et c’est parce que Pallisco n’exploite pas beaucoup de ces types d’arbres.

explique Daniel

En mai 2005, le Forest Peoples Programme, une organisation non gouvernementale travaillant avec les peuples autochtones des forêts pour garantir leurs droits fonciers, a appris comment les Bakas sont affectés par les arbres Moabi dont ils dépendent et qui sont abattus par Pallisco. Moabi est d’une importance vitale pour les pygmées, en raison de sa polyvalence dans l’approvisionnement en médicaments, nourriture et autres produits de subsistance.

Intimidations

Dans la forêt, les Baka sont des chasseurs traditionnels qui avaient une autonomie sur la chasse à la viande de brousse pour se nourrir. La viande est importante dans l’alimentation des Baka car c’est leur principale source de protéines. Depuis leur expulsion de la forêt, la répression des gardes de la faune de Pallisco a miné leur accès à la viande de brousse traditionnelle.

Lorsque Poumpoum Pierre, agriculteur et chasseur de Bidjoumam revient de la chasse au petit gibier, autour de l’Ufa 10-047B, sa viande de brousse est souvent saisie par les gardes-faune de Pallisco qui patrouillent autour de leurs concessions. Lorsqu’il était dans la forêt, il se déplaçait librement avec son jeu, mais actuellement la situation a changé.

Nous ne sommes pas des chasseurs de gros gibier, les gardes de la faune de Pallisco le savent. Même si parfois ils nous laissent traverser leurs routes et aller pêcher dans la rivière.

explique Poumpoum

Il n’y a pas eu de réponse à un courrier électronique adressé à Michel Rougeron, directeur du site d’exploitation forestière de Pallisco à Mindourou, destiné à s’enquérir, avant cette publication.

Le 17 juillet 2013, Survival International a rapporté qu’un Baka a déclaré: “Pallisco a embauché des gardes de la faune, qui chaque année brûlent nos camps forestiers et disent aux gens: vous n’avez pas de terre ici.”

De sa voix avide, Emini Timothée, jeune Baka et juriste à Okani – une organisation non gouvernementale travaillant avec le peuple autochtone Baka, craint que si le peuple Baka n’a pas accès aux forêts, il ne puisse transférer ses connaissances et sa culture traditionnelles à leurs enfants.

Poumpoum craint que la culture de la chasse Baka ne disparaisse. Contrairement à ses enfants qui n’ont jamais vécu dans les forêts et n’ont pas de compétences de chasse, il peut facilement reconnaître de nombreuses espèces fauniques. Il s’inquiète de la disparition des compétences de chasse Baka.

“Nous perdons rapidement notre héritage,” déclare Bridgette, agricultrice et mère, alors qu’elle ajuste son bébé allaité. Elle pense que la solution est d’essayer de transmettre aux enfants la dextérité Baka dans la chasse, la pêche et la récolte du miel.

Il y a trop de bruit dans la forêt aujourd’hui et nous ne pouvons pas accomplir nos rituels traditionnels. Il nous est difficile de chasser le petit gibier dans la forêt, comme nous le faisions avant l’arrivée de Pallisco. Au début, la forêt était calme et paisible.

avoue Poumpoum

Transformés en agriculteurs

Pendant longtemps, les Bakas ont vécu de chasse et de cueillette. Par conséquent, certains d’entre eux qui sont impliqués dans l’agriculture, ont copié les pratiques de leurs voisins agriculteurs. Cependant, l’impact de l’exploitation forestière par Pallisco ne laisse aux Baka de Bidjoumam d’autre choix que de se lancer dans la culture.

Julienne Malenge, agricultrice et mère de six enfants a quitté la forêt avec sa famille et s’est installée au bord de la route. Actuellement, elle connaît une nouvelle vie complètement.

Nous n’étions pas des agriculteurs dans la forêt, nous ne faisions que cueillir des ignames sauvages, des mangues et du gibier de chasse dans la forêt. Maintenant, nous cultivons pour manger et prendre soin de nos enfants.

explique Julienne

Pallisco a fait don d’un sac d’arachides et de maïs aux Baka pour les planter dans la ferme communautaire. Il s’agit d’une parcelle de 1 hectare qui a été mise de côté par les pygmées pour contribuer à leurs pratiques agricoles. L’initiative de ferme communautaire a commencé à l’été 2021 pour aider les pygmées à atténuer le problème de disponibilité de la nourriture. D’ici 2050, la population du Cameroun est estimée à 51,9 millions de personnes, dont 0,4 pour cent de la population forestière. Les peuples autochtones sont les plus pauvres, vivent sous le seuil de pauvreté et sont vulnérables.

Daniel a révélé que la récolte sera utilisée à deux fins: une partie sera partagée entre eux tandis que l’autre partie sera vendue pour un revenu qui pourrait aider en cas de maladie et d’autres problèmes sociaux.

Alcool et maladies

Le premier jour de visite à Bidjoumam, on sentait la brume du silence qui avait recouvert les maisons de brique crue. Un homme autochtone baka adulte est décédé des suites de complications de santé.

Les dirigeants des communautés autochtones ont déclaré que Pallisco coupait la plupart des arbres médicinaux des Bakas de Bidjoumam. L’exploitation forestière industrielle a amené les Bakas dans un mode de vie inhabituel, affecté par l’impact de l’abattage des arbres sur leurs terres ancestrales riches en diversité biologique.

Julienne a du mal quand ses enfants sont malades, il y a très peu de feuilles médicinales dans les forêts. Lorsque la maladie persiste, elle emmène ses enfants à la clinique, qui se trouve à environ 4 kilomètres.

Ils étaient habitués aux traitements à base de plantes contre les maladies comme leurs ancêtres qui utilisaient cette médecine traditionnelle pour les maintenir en vie dans les forêts. Mais, “les herbes sont très rares aujourd’hui,” ajoute Daniel.

Ils dénoncent également le grand nombre de décès dans la communauté autochtone Baka, dus à la consommation d’alcool. Il y a plus de quatre décennies, leur forêt contenait un tabac traditionnel doux appelé ‘Ndako’, consommé uniquement par les hommes plus âgés. Vivant maintenant hors de la forêt en raison des activités d’exploitation forestière à grande échelle de Pallisco, de nombreux hommes, y compris ceux de moins de 15 ans, sont exposés à l’alcool et aux cigarettes.

En 2019, entre Abong-Mbang et Mindourou, plus de 30 hommes Baka ont perdu la vie à cause de leur consommation d’alcool, a révélé Emini. Cela a eu de sérieuses implications pour la communauté Baka.

Le déplacement forcé a affecté le comportement social des hommes traditionnels Baka au point que la famille en souffre.

Certains d’entre eux deviennent presque irresponsables, ils préfèrent travailler pour un salaire ou vendre des plantains et dépenser de l’argent en alcool.

explique Adolf Itoe Njume, responsable de l’Ecogarde au ministère des Forêts et de la Faune (Minfof), avant-poste de Mindourou, qui a suivi la situation.

Conflits fonciers

En raison des restrictions imposées par Pallisco à l’accès aux forêts, les conflits fonciers entre les Bakas et les Bantous s’intensifient. La pression croissante des Bantous pour contrôler les terres et les droits d’usage est aujourd’hui une source d’exploitation à bien des égards. Pour les Baka de Bidjoumam, ce n’était pas le cas avant l’arrivée du bûcheron en 1972.

Naye Michel, une jeune agricultrice de la communauté Baka de Kenjo, mariée à Akamba de Bidjoumam, a déclaré ceci: “Nous n’avons pas d’eau à Kenjo, et l’entreprise forestière nous a promis une clinique, mais rien n’a été fait jusqu’à présent.”

Le jeune homme, Naye, qui a visité Bidjoumam avec sa femme, dit que les Bantous qui vivent près d’eux à Kenjo ont encore des problèmes avec eux car ils [les Bantous] se considèrent comme une tribu supérieure et les premiers propriétaires de la terre.

“Ils nous paient moins quand nous travaillons dans leurs fermes,” a admis Naye. Les Bantous disent que ce n’est pas le territoire Baka. Aujourd’hui, les Bantous et les Bakas vivent toujours ainsi, sans résoudre le conflit foncier.

Okani continue de collaborer avec les sociétés forestières pour s’assurer que leurs politiques reflètent les droits des communautés Baka. Cependant, on peut voir le long de la route, dans certains hameaux Baka, il y a des écoles, mais cela ne suffit pas; il devrait également y avoir une sorte de compensation pour les Bakas. Emini raconte également que parce que les Baka ne possèdent pas la terre qu’ils occupent maintenant; les Bantous les exploitent dans leurs fermes et leur refusent l’accès aux terres arables pour cultiver des cultures.

Le gouvernement camerounais essaie d’identifier les hameaux regroupés de Baka, afin qu’ils puissent être organisés sous une chefferie unifiée.

explique Adolf

Okani en a discuté avec le gouvernement pour s’assurer qu’il y aura bientôt une chefferie pour les Bakas. Il protégera les Bakas et conduira des projets de développement dans leurs communautés.

C’est pourquoi une plate-forme appelée ‘Gbabandi’, qui signifie en Baka l’unité des peuples autochtones, a été formée pour s’engager activement avec le gouvernement et garantir que d’ici cinq à dix ans, les communautés de Baka soient reconnues par l’État et aient accès aux forêts, dit Emini.

Le Cameroun a voté en faveur de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en 2007, mais n’a pas encore ratifié la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (Oit) qui comprend, entre autres, la reconnaissance du droit des peuples autochtones à la terre.

Francis Annagu, Avec le soutien du Rainforest Journalism Fund en partenariat avec le Pulitzer Center.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…