Home Politique Afrique Cameroun > Steve Fah a choisi son camp: « Si je dois mourir pour défendre ce peuple, tuez-moi »
Afrique - 14 avril 2021

Cameroun > Steve Fah a choisi son camp: « Si je dois mourir pour défendre ce peuple, tuez-moi »

Le torchon brûle entre Steve Fah et certaines voix du régime qui disent avoir contribué à changer la vie du Facebookeur. N’ayant pas du tout apprécié les menaces de mort qui ont été proférées contre lui, Steve Fah est sorti de ses gongs et répond encore une fois au régime sur sa page Facebook.

« ‘Encore une réponse car celui-ci est allé loin! Désormais c’est « le peuple d’abord » !!! La pire des choses que vous puissiez me faire c’est me tuer ! Alors, ayant raté la mort à kolofata en 2015 et à Ndu en 2020 par amour pour mon pays, ça ne sera pas une nouveauté ! Si je dois mourir pour défendre ce peuple qui a fait de moi ce que je suis, tuez moi ! Même si ce peuple m’insulte après comme il sait bien le faire, ça ne sera pas grave car j’aurais fait ma part !

Alors très cher, dégage de ma page !

C’est parce que vous avez donné 500 mil à ma grand-mère que je vais mettre le bon sens au frigo ? ( déjà que tu mens en disant que c’est à moi qu’on a remis l’enveloppe…)

C’est quoi ce comportement de clochard ?

« Toutes les portes lui sont ouvertes  » c’est toi qui as ouvert ces portes ? Tu connais un Ministre qui peut dire qu’il m’a déjà donné 100 f ? Tu m’as déjà vu dans vos histoires de marchés publics ou tripatouillage à la con ? Faut arrêter ça mon Frère, je suis ce que je suis par la force de mon travail et ma créativité. D’ailleurs à chaque fois qu’un membre du gouvernement m’appelle pour un travail, je dis toujours que je travaille gratuitement ! C’est pour qu’on ne m’impose jamais une ligne de conduite ! En plus, ces gens qui m’appellent n’ont pas trop de choix : je suis présentement l’un des jeunes sur le digital qui n’est pas dans les histoires de gombo, qui peut parler de certains sujets en toute objectivité, qui est créatif et qui peut gérer les grands dossiers sans jacasser comme tu viens de faire en affichant le Sgpr.

Pour les force le défense faut laisser stp, tu t’adresses à un fils de militaire et tu ne sais même pas depuis quand je travaille avec elles. Je suis et je fonctionne comme un militaire mon ami, je soutiens et soutiendrai toujours le peuple et les institutions quelques soit le président.

Maintenant va demander aux ministres qui me connaissent et ils te diront pourquoi ils aiment travailler avec moi ! Contrairement à vous les béni-oui-oui, quand ça ne va pas, je te le dis respectueusement et on avance… c’est le Cameroun qui gagne !

Tu as vu ta capture d’écran ? On y voit 400mil abonnés, ça veut dire que tu avais gardé ça à l’époque comme preuve pour me faire chanter, c’est mal me connaître !

Dans cette capture, tu reconnais « ce que je fais pour pacifier les cœurs » et aujourd’hui je suis un ennemi parce que j’ai osé dire que certaines choses ne marchent pas dans mon pays. Tu m’avais dit que tu es au ministère des finances non ? Attends-moi là-bas, tu sentiras mon passage.

Joel Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cinquantenaire de l’unité nationale en moins de 50 minutes: La nécessité de la réforme du format et du contenu.

Par Éric Boniface Tchouakeu A Yaoundé, la parade civile et militaire présidée par le Chef …