Accueil Opinion Cameroun > Syndicalisme: Historicité du mouvement syndical dans le monde entier

Cameroun > Syndicalisme: Historicité du mouvement syndical dans le monde entier

Par panorama
0 commentaire 395 vues

Depuis l’essor de l’industrialisation, les travailleurs du monde entier s’agrègent pour décrier leurs conditions de travail précaires et dégradantes.

Par Serge Aimé Bikoi

Ce travail de dénonciation se fait sous la bannière des corporations syndicales. Le mot syndicat désigne une association de personnes exerçant le même métier dans l’optique de défendre leurs droits et intérêts professionnels, matériels et moraux. Leur but ne consiste pas à accéder au pouvoir, mais à favoriser l’éclosion des employés des différents secteurs d’activités.

La Révolution industrielle est à l’origine de la division du travail en deux classes conflictualistes: les bourgeois minoritaires, qui détiennent l’essentiel des capitaux, et les prolétaires majoritaires, qui vivent dans un misérabilisme ambiant, dans une paupérisation chancelante et qui sont asservis par les bourgeois compradores. A cause de ces formes de discriminations, de disqualifications et de minoration, les ouvriers vont se réunir, dans un premier temps, en lobby et, dans un second temps, en syndicats. L’enjeu étant de défendre leurs intérêts. Le premier mouvement est né, en effet, en Grande Bretagne en 1868 sous la dénomination de “Trade union congress”. A partir de cette période, les syndicats vont se multiplier dans le reste du monde pour se muer en une force réelle de revendications et de contestation de la société. Au fil de l’histoire, le mouvement syndical a évolué à travers trois courants :

  1. Le courant libéral, qui lutte fondamentalement pour l’amélioration des conditions de travail et de vie des ouvriers.
  2. Le courant marxiste, qui préconise des manifestations violentes, des grèves et des boycottes pour assurer l’hégémonie du prolétariat. Souvenez-vous, dans la dialectique des classes sociales, de la maxime : “Prolétaires du monde entier : unissez-vous !”
  3. Le courant chrétien, qui réclame la collaboration et l’équité entre les enfants de Dieu.

L’entame de ce déroulé argumentatif sur la vie syndicale a pour prétexte l’actualité courante de la tenue du 5ème congrès du Syndicat national des journalistes du Cameroun(Snjc), le 25 juin 2022 à Douala. Assise au terme de laquelle une manager d’une agence de communication a été élue par des employés de presse. Chose curieuse ! Alors, au-delà du paradigme historiciste et actionnaliste, nous allons, à partir de ce jour et ce jusqu’au dimanche, 3 juillet 2022, disséquer la problématique syndicale dans tous ses contours et dans toutes ses ramifications. Ainsi, allons-comprendre comment l’hétérogénéité des mouvements syndicaux s’est structurée, au fil du temps, d’une part, en syndicat de la dissidence et d’autre part, en syndicat de l’allégeance.

Tour à tour, nous dévoilerons la confrontation, au Cameroun, entre les syndicats de la contestation, de la protestation et de la dénonciation et les syndicats de la négociation, de la manducation et du positionnement. Cette bipolarisation mérite d’être exposée de fond en comble. Chacun(e) a vu, par exemple ces derniers mois, comment certains syndicat de l’éducation sont entrés en scène pour accréditer le deal du gouvernement camerounais, lequel a cassé le mouvement “Ots”(On a trop supporté). Nous y reviendrons substantiellement preuve à l’appui. En réalité, ces dernières années, certaines corporations syndicales “gombistes” engluées dans la quête du bifteck, des prébendes et du pécule sont nées dans l’espace public à la faveur de la Constitution de 1996 garantissant la liberté syndicale et le droit de grève. Il est aussi apparu, dans l’Agora ces dernières années, les syndicats spécialisés, curieusement, dans l’attribution et la distribution des prix, des lauriers et des awards à des personnalités publiques camerounaises. Personne ne sait, généralement, quand ces concours d’awards fantoches sont organisés et sur la base de quels critères scientifiques telle personnalité a été plébiscitée meilleur membre du gouvernement. Des récompenses fabriquées de manière alambiquée, biaisée et boursouflée. Des pseudos leaders syndicaux “gombistes”, affairistes, mercantilistes et capitalistes enclins au gain facile. Tout comme il y a des syndicats infiltrés, aujourd’hui, par des pseudos politiciens du dimanche, des agents de renseignements et par des agents de l’État, dont le dessein est d’informer leurs envoyés et de briser, au besoin, toute velléité de contestation nourrie à la base par des vrais acteurs membres desdits mouvements. Tous ces acteurs, auteurs des basses besognes, ont dénaturé et perverti les syndicats ces dernières années et doivent être débusqués et dénoncés sur la façade de la République tant ils sont connus aussi bien dans le monde du journalisme, de la communication, que dans les champs du transport, de l’éducation, de la musique, du sport, etc. Tous seront dévoilés cette semaine. Nous n’en sommes qu’à l’historicité ce jour. Accusés, levez-vous! Tenez-vous tranquilles et gardez votre mal en patience !

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 28 11 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie