Home Politique Afrique France > Tourments du Mrc: Valsero quitte le navire
Afrique - Afrique - Info continue - 25 janvier 2022

France > Tourments du Mrc: Valsero quitte le navire

L’artiste «révolutionnaire» au timbre incisif et au verbe violent vient abandonne le combat dans une série de confessions en live sur sa page Facebook.

Jean Pascal Eyebe Mpesse

Dans une vidéo devenue virale sur la toile, le rappeur camerounais Gaspard Abé de son vrai nom, affirme qu’il a été méchant en croyant bien faire. Il affirme également qu’il est temps pour lui de prendre une pause dans ce combat qu’il a mené contre son pays. «Et comme une bougie, je me suis en même temps consumé. Parce qu’une bougie éclaire, une bougie se consume aussi. Je me suis consumé fondamentalement. En fait la clinique m’a aussi bouffé, ensuite mon énergie. Chaque enseignement, chaque leçon, chaque prise de position faisant partie de mon âme se consument», constate l’artiste du s’est fait bombarder le leader des jeunes du Mrc.

Il fait donc défection comme avant lui, feu Eric Kingué, Célestin Djamen, Me Michèlle Ndoki… «Je n’ai pas que eu de bons jugements, j’en ai eu aussi de pas très bons. J’ai aussi parfois fait des choses très agressives, j’ai aussi perdu beaucoup de choses, frères et amis dans le cadre de la clinique. La clinique ne m’a pas seulement permis de vous éclairer, mais m’a aussi rendu seul et solitaire. J’ai été méchant parfois en croyant bien faire. Mais gentil aussi… J’ai été consumé pendant deux ans à faire ce travail. J’ai traversé pas mal de paris personnels. J’ai commis des fautes qui méritent que je m’arrête en moi. A rechercher à comprendre, pour analyser, reconstruire ma vie, mes amis, du moins ce qui en teste», se résout Valsero, comme au bout du rouleau!

D’un ton monocorde, Valsero passe en revue toutes les fautes et abus par lui perpétrés durant son séjour au sein du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). Lui qu’in s’est voulu envers et contre tout, le pourfendeur en chef du régime en place au Cameroun. Lui le sans-limite, tantôt contre ses alliés d’hier, ses amis et sa famille qu’il a abandonnés au profit de son adhésion et son militantisme  au sein du Mrc. Aujourd’hui, comme Aimé Césaire dans le «Cahier d’un retour au pays natal», Valsero «revient vers la hideur désertée de ses plaies».

Et la saillie qu’il vient de déposer dans les réseaux sociaux, ne lui vaut pas des félicitations. Notamment de ses partisans du Mrc. Qui, confirmant sa tendance et sa tradition à l’extrémisme, dévore le natif de Nkolkosse à toutes les sauces. D’ailleurs, aux quolibets succèdent des menaces de mort et tous les noms d’oiseaux. Valsero abandonne donc le combat à ceux qui, comme Christian Tchambou soutiennent que «si Kamto trahit la cause, il meurt. La cause étant la conquête du pouvoir, et la trahison une éventuelle démission».

Dans ce chassé-croisé de démissions en cascades, menaces, violences verbales, haine, trahison et tendance à l’extrémisme, les observateurs avertis s’interrogent sur les perspectives du Mrc. En attendant, beaucoup soutiennent avec le directeur administratif du Pnud pour l’Afrique, Abdoulaye que «prévenir et combattre l’extrémisme violent en Afrique c’est se protéger soi-même contre ces extrémismes. Il s’agit d’une forme de serpents qui dévorent leurs propres géniteurs ou leurs propres parents», extrait de «L’Extrémisme en Afrique». Et un lecteur de demander: pour qui sonne le glas?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…