Home Société Afrique Cameroun > Trafic: Cinq présumés trafiquants d’ossements humains interpellés à Malentouen (Ouest)
Afrique - 7 mai 2021

Cameroun > Trafic: Cinq présumés trafiquants d’ossements humains interpellés à Malentouen (Ouest)

Ils ont été arrêtés avec un sac d’ossements après avoir profané deux tombes dans cette localité.

Ils sont jugés au parquet de Foumban depuis le début du mois de mai en cours. Cinq présumés trafiquants d’ossements humains ont été interpellés par la gendarmerie à Malentouen dans le département du Noun, région de l’Ouest. Agés de 20 à 57 ans, ils ont été arrêtés après avoir profané deux tombes dans une concession au village Mantoum, dans la nuit du 27 avril dernier, renseignent nos confrères de la Crtv.

Grâce à la collaboration des populations et du chef du village Mantoum, la brigade de gendarmerie est alertée et met la main sur l’un des suspects. Son exploitation va permettre d’interpeller ses quatre complices qui passent aux aveux complets. Une perquisition dans leur cachette a permis de saisir un sac d’ossements humains prêt à la livraison.

Des observateurs indiquent que le trafic des ossements humains prend de l’ampleur et tend à se banaliser dans le Noun. En effet, apprend-on des populations, il ne se passe pas un mois sans qu’un trafic d’ossements humains ne soit démantelé dans plusieurs localités de ce département. Une mauvaise pratique qui déteint sur sa réputation, regrette le commandant de brigade la gendarmerie de Malentouen.

On se souvient que le 20 mai 2020, trois trafiquants d’ossements humains avaient été arrêtés à Foumbot et condamnés à 5 ans de prison. Pour freiner ce trafic qui s’amplifie, les autorités administratives invitent les chefs de villages, de quartiers et parents, à accentuer la sensibilisation auprès des jeunes, principaux auteurs de ces actes odieux répréhensibles par la loi.

Paul Tcheck

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…