Home Santé Afrique Cameroun >Trafic d’organes à l’hôpital central de Yaoundé : Manaouda au chevet de la famille d’Hilaire Ayissi
Afrique - 30 septembre 2021

Cameroun >Trafic d’organes à l’hôpital central de Yaoundé : Manaouda au chevet de la famille d’Hilaire Ayissi

Le Ministre de la Santé s’est rendu mercredi, au domicile familial de ce jeune qui est décédé dans des conditions troubles et dont la disparition fait couler beaucoup d’encre depuis plusieurs jours.

« Vous n’êtes pas seuls, je suis avec vous, vous pouvez compter sur moi. Nous allons nous investir afin que la vérité éclate ».

C’est le message dont le ministre Manaouda Malachie était porteur en après-midi d’hier, lui qui est allé personnellement présenter ses condoléances à la famille éprouvée.

Sur les visages, l’émotion est encore vive, les cris de la maman attestent de la douleur que provoque cette situation peu ordinaire. Après avoir écouté d’une oreille attentive le déroulement des faits, selon la famille, qui ont conduit au décès de l’enfant, le ministre de la Santé a tenu à les rassurer de toutes les démarches prises à son niveau pour la manifestation de la vérité.

À cet effet, il les a informé de la mise en place en interne d’une équipe, indépendamment de la procédure judiciaire, pour qu’une enquête approfondie soit menée et que les responsabilités soient dégagées. En rappelant qu’à ce stade, il n’est pas possible de ramener le défunt à la vie, Dr Manaouda a déclaré à la famille que pour lui et tous les camerounais, il est important de savoir ce qu’il s’est réellement passé. C’est pourquoi la commission d’enquête devra travailler à savoir qui a fait quoi, et lorsque les responsabilités seront établies, chacun devra répondre.

IInstallation

Un peu plus tôt, le Minsanté s’est rendu à l’hôpital central avec pour objectifs de présenter et installer la commission interne d’enquête conduite par l’Inspecteur général des services médicaux et paramédicaux, Dr Yves Mathieu Zoa, mais aussi d’apporter sa solidarité au directeur de cette structure hospitalière et à tout son personnel qui selon eux ont subi la colère de la famille. Ici aussi, le Pr Eugène Sobgwi parlant au nom du Pr Pierre Joseph Fouda, directeur de l’hôpital, fait un résumé du suivi du cas, historique de sa prise en charge, depuis son arrivée le 10 septembre jusqu’à sa mort le 19 septembre 2021. De ce récit, il ressort que l’hôpital aurait fait tout ce qu’il lui a été possible de faire pour préserver la vie du disparu.

Responsabilités

En invitant l’administration et le personnel à plus de vigilance, à l’amélioration de ce qu’il y a lieu, à la continuation du service sans céder au découragement ni à la peur, mais aussi et surtout à plus d’ouverture et de communication avec les familles des patients, Manaouda Malachie a appelé à la collaboration des uns et des autres afin de permettre à la mission d’enquête d’en comprendre davantage pour avoir le fin mot de l’histoire et établir les responsabilités afin que des affaires comme celle-ci ne se répètent plus.

Rostand TCHAMI avec le Minsanté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …