Afrique Economie LA UNE panorama 6 octobre 2020 (0) (196)

Cameroun > Trafique d’influence: Un Libanais malmène le Dg du port de Douala

Partager

Bou Hadir Nassar, Directeur général de Cana bois, puisqu’il s’agit de lui refuse de payer une dette de 150 millions au port autonome de Douala.

Le Directeur Général de l’Entreprise Forestière Cana Bois installé à Mbankomo et au Port de Douala est bien connu de l’Administration camerounaise comme un libanais de mauvaise foi, malhonnête et arrogant. Un vrai truand comme on en voit plus.

Tenez, Le 10 avril 2012, le Ministre des forêts, Philippe Ngole Ngwesse annulait l’autorisation d’exploitation de bois ARB 08010 60 pour exploitation illicite de bois à Yoko. Il va ester en justice le Ministre et perdra le procès.

D’après le Maire d’alors Annir Tina, Cana bois a enlevé pendant 2 mois (novembre-decembre 2011, environ 3000 m3 pour un chiffre d’affaires de 300 millions de Cfa, sans verser un radi à la mairie, encore moins prendre la peine d’entretenir les routes qu’il contribue à détériorer. Il va même incriminer le Ministre Sadi, élite de Yoko, l’accusant d’être à la tête d’une mafia visant à l’evincer au profit d’une entreprise italienne.

Le 14 décembre 2014, pris une fois de plus en flagrant délit d’exploitation illégale des ressources forestières au mépris de la législation, il s’empressera de porter plainte contre Awa Fonka Augustine (gouverneur de l’Ouest), alors préfet du Mbam et Kim, l’accusant d’acharnement et de favoritisme envers ses concurrents italiens.

Au Port de Douala où Cana Bois est installé depuis 2015, sur une superficie de 24 521 m2, il se refuse de payer la redevance domaniale. Malgré la révision des tarifs portuaires ordonné par le gouvernement camerounais, il entend toujours payer 715 Fcfa/m2.

Son ardoise s’élève aujourd’hui à plus de 150 millions Fcfa. De plus, le libanais dont les affaires sont en difficulté, se permet, en violation de la règlementation en vigueur, de sous louer son espace. Après la mise en demeure du Pad, lui rappelant que les ressources du Pad sont des deniers publics et face à son obstination de ne pas se plier à la nouvelle tarification, des scellés ont été posés par les responsables du secteur.

Bou Hadir Nassar crie au complot en parlant de la chasse aux sorcières des libanais. Mais le Dg. du Pad, Cyrus Ngo’o semble imperturbable et bien décidé à se faire payer.

Joël Onana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *