Home Politique Afrique Cameroun > Tuerie des soldats au Nord-Ouest: Désapprobation collective des pistes vers la paix
Afrique - 21 septembre 2021

Cameroun > Tuerie des soldats au Nord-Ouest: Désapprobation collective des pistes vers la paix

De la réaction des différents acteurs politiques et de la société civile, il est plus qu’évident que la tuerie de la quinzaine de soldats est venue comme la goutte d’eau qui fait largement déborder le vase de l’apparente indifférence des camerounais au sujet de la désolation, de la dévastation en cours dans les deux régions anglophones du pays. Coups de désarroi ou de colère des camerounais déterminés à la paix.

Patricia Adamou Ndam Njoya, présidente de l’Udc

« Des solutions consensuelles et durables »

Patricia Ndam Njoya, Maire de Foumban, se rebelle contre son musèlement

L’escalade de la violence dans notre pays a atteint le niveau de l’inacceptable : une dizaine de nos soldats ont été abattus à bord des véhicules d’assaut à Bamessing par des groupes séparatistes du Nord-Ouest ; des postes de Douanes incendiés dans l’Extrême-Nord ; nos Fmo en proie aux lynchages des populations. La problématique de l’insécurité, des crimes, de violence généralisée se pose chaque jour avec plus d’acuité. Les citoyens vivent désormais dans une psychose permanente.

L’Udc tient à exprimer son extrême inquiétude et sa préoccupation face à cette situation qui nous conduit chaque jour davantage vers un contexte de fragilisation des Institutions républicaines. En effet, de plus en plus, la question de la prise ou de l’abandon de ses responsabilités par l’État du Cameroun revient sur les lèvres. L’Udc réitère avec insistance à S.E Monsieur le Président Paul Biya d’instruire son Gouvernement des actions franches et sincères avec toutes les forces vives de la Nation, avec nos Partenaires et Amis, avec nos frères et sœurs du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, débouchant sur des solutions consensuelles et durables afin que le Cameroun retrouve sa sérénité perdue.

Maurice Kamto, président du Mrc

« L’urgence d’un débat au sujet des propositions de sortie de la guerre civile. Il est plus que temps d’arrêter le bain de sang »

Maurice Kamto, président du Mrc

Des images insoutenables de soldats abattus à bord de véhicules blindés, dénudés et exposés font actuellement le tour des réseaux sociaux. Ces images horribles sont accompagnées de commentaires ainsi que d’éléments qui laissent penser qu’il s’agirait d’une scène de guerre civile survenue dans l’une des régions anglophones de notre pays. Sous toutes réserves, au nom des militants et sympathisants du Mrc, au nom de la Résistance nationale et en mon nom propre, je présente aux familles des victimes nos condoléances les plus attristées.

Et si par miracle il y a eu des survivants ou des blessés, je leur souhaite un prompt rétablissement. Ces événements font suite au weekend sanglant du 10 au 12 septembre 2021 au cours duquel plus d’une vingtaine de Camerounais ont été tuées, parmi lesquelles des civils et des soldats. Il n’a pas lieu de rappeler ici tous les morts, civils et militaires, tués dans ce conflit armé interne inutile. Que de souffrances pour les pauvres populations des deux régions anglophones de notre pays ! Que de pertes pour la Nation ! Dès le début de la crise anglophone, j’ai conseillé publiquement au gouvernement d’éviter d’engager la guerre contre sa propre population. En effet, le problème que posaient nos compatriotes anglophones était et demeure légitime.

A ce problème légitime il fallait une réponse politique. Mais en raison de l’arrogance, du sentiment de toute-puissance du pouvoir, des intérêts bassement égoïstes de certains milieux et du triomphe des extrémistes au sein des cercles dirigeants du pays, la guerre a été déclarée avec une légèreté déconcertante. Le pouvoir s’est trompé dans cette affaire. Cependant, nul ne pourrait lui faire le reproche s’il venait à se ressaisir, au nom de l’intérêt national. Car l’heure est grave. Ce sont nos fils et nos filles, frères et sœurs, nos parents, qui s’entre-tuent. Il est évident que le Grand dialogue National a été un échec. Pouvait-il en être autrement?

Nul ne fera la partition du Cameroun. Personne ! Nous avons les ressources et l’intelligence nécessaires pour faire régner dans ce beau pays la paix et la concorde, gages de la sécurité et d’une stabilité durables. Il suffit de reconnaître nos erreurs et de faire appel à notre fraternité, notre patriotisme et à notre génie collectif. Dans cet esprit, il est plus que temps d’arrêter le bain de sang et ce spectacle macabre à répétition qui endeuillent les familles et la Nation, et de mobiliser toutes les énergies et les ressources de notre pays vers un progrès partagé et le rayonnement international qu’il mérite.

Me Nouga Secrétaire national chargé des affaires juridiques et du contentieux au Pcrn

« En finir avec les tueries sans apport au progrès commun »

Me Nouga Jean, Conseillé Municipal Pcrn

Dix soldats de trop, morts d’une guerre que personne n’a déclarée contre un peuple par ses propres enfants. Dans la confusion d’une population doublement prise en otage par un gouvernement extraverti d’une part et par une milice terroriste qui utilise tous les prétextes pour être, pour paraître dans une société internationale sans vertu. Sans doute le moment est venu d’y mettre un terme. De lever le peuple pour faire bouger les lignes. Pour interpeler les acteurs mais aussi les économistes de la guerre. Le peuple du Noso doit se lever dans ses différentes composantes pour dire « assez de ces tueries parmi nous ».

Pour exiger au gouvernement l’implémentation de son devoir de protection et pour dénoncer les ingérences malsaines de la communauté internationale. Le peuple du Cameroun doit accompagner cette réaction exaspérée et organiser non seulement les manifestations de protestation mais aussi les actions qui isoleront les initiatives terroristes et politiciennes qui entretiennent la mort dans le Noso.

Il est temps d’envisager la création d’un Etat des communautés fondé sur notre propre vision et notre désir de constituer une nation camerounaise. Il est temps de tourner le dos au jacobinisme et de se prendre en charge en tant que peuple indivis. C’est la nation camerounaise entière qui doit maintenant affirmer sa souveraine volonté d’en finir avec les tueries sans apport au progrès commun. D’en finir avec un Etat qui ne protège pas son peuple. Avec une communauté internationale qui s’ingère dans nos affaires pour déstabiliser notre pays.

Cyrille Rolande Bechon, directrice des Nouveaux droits de l’homme

« Il est plus qu’urgent de faire taire les armes »

Cyrille Rolande Bechon, Secrétaire exécutif Ndh

Les dernières vidéos de propagande des groupes armés séparatistes dont les faits sont corroborés par plusieurs sources dignes de foi nous plongent une fois de plus dans la consternation et la désolation la plus totale. Il en ressort qu’une quinzaine de militaires ont été tués le 16 septembre 2021 par un groupe armé séparatiste se revendiquant de l’Ambazonie ;- que des armes et treillis militaires ont été saisis par le même groupe ; – que des biens militaires dont un véhicule ont été incendiés. Nous condamnons sans réserve cette folie meurtrière qui constitue à tuer pour tuer. Nous ne cesserons jamais de rappeler que les belligérants dans un conflit armé sont tenus de respecter le Droit International Humanitaire (Dih). Dans le cas d’espèce, c’est le principe clé relatif à l’interdiction des maux superflus et des souffrances inutiles qu’il faut convoquer. Selon ce principe, il faut éviter de causer des dommages ou des souffrances qui ne sont pas nécessaires pour atteindre un but militaire.

Dans lesdites vidéos, ces « déclarés » combattants séparatistes auraient pu épargner les militaires d’une mort atroce en les gardant comme prisonniers au regard du Dih dès l’instant que l’on peut voir qu’ils les avaient neutralisés. Les combattants séparatistes doivent être tenus pour responsables de ces violations graves des droits de l’Homme perpétrés le 16 septembre 2021 dans le Noso. Ndh tient à rappeler qu’elle condamne avec fermeté ces atteintes à la vie et à la dignité humaine dans cette inutile guerre qui sévit dans les régions anglophones depuis bientôt 04 ans. Elle pense qu’il est plus qu’urgent de faire taire les armes.

Hyomeni Paul Guy, Coordonnateur national Réseau camerounais des organisations des droits de l’homme (Recodh)

« Il est impératif de privilégier un véritable dialogue »

Paul Guy Hyomeni, Coordonateur national des organisations des droits de l’homme. ( Recodh)

La tuerie de ces soldats qui est une atteinte grave aux droits de l’homme, est la preuve du regain de violence dans ces localités. Chaque citoyen civil ou militaire qui meurt dans cette crise est une mort de trop. Il est plus que jamais temps de trouver une solution durable à la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest. L’option militaire ayant montré ses limites, il est impératif de privilégier un véritable dialogue, y compris sur la forme de l’Etat, dans le sens d’un retour au fédéralisme3.

Bapooh Lipot, Secrétaire général de l’Upc

« L’Upc garde la ferme conviction que le Cameroun gagnera cette guerre ».

Robert Bapooh Robert, Secrétaire général de l’Upc

Face à la déclaration de guerre contre le Cameroun par les groupes Sécessionnistes- Terroristes, l’Upc appelle le Président Paul Biya à user des prérogatives afférentes à ses fonctions pour défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale du Cameroun. Les attaques barbares et meurtrières perpétrées par les groupes sécessionnistes-terroristes contre les Forces de Défense et de Sécurité, sur l’axe Bamessing et Sabga arrondissement de Ndop le 16 septembre 2021 après celles de Kumbo dans la région du Nord-Ouest relèvent par leurs cruautés et les armes utilisées d’une déclaration de guerre contre l’Etat du Cameroun et ses Institutions. Au regard de la gravité de cette situation l’Upc invite S.E. Paul Biya, Président de la République, Chef de l’Etat et Chef Suprême des Armées à prendre acte de cette déclaration de Guerre contre le Cameroun et ses Institutions. Et d’user de toutes les prérogatives afférentes à ses fonctions pour sauvegarder l’Unité Territoriale, la Souveraineté et la Sécurité de nos Populations.

Apporte un soutien sans réserve aux Forces Armées Camerounaises pour leur sacrifice, leur Courage et leur Détermination à combattre sans relâche les groupes sécessionnistes-terroristes qui sèment la désolation au sein des populations Camerounaises.Adresse ses condoléances aux familles des Forces de Défense et de Sécurité endeuillées, Et, appelle le Peuple Camerounais dans son ensemble, à redoubler de vigilance face aux actions terroristes et de déstabilisation du Cameroun menées par les groupes sécessionnistes ; à se mobiliser pour soutenir les Forces de Défense et de Sécurité et, le Chef suprême des Armées, S.E. Paul Biya.

Confirme que notre pays, le Cameroun, doit garder sa cohésion face aux multiples actions terroristes visant la déstabilisation totale de ses Institutions. Rappelle à juste titre, le devoir des pays étrangers qui hébergent les leaders des groupes sécessionnistes-terroristes à les mettre à la disposition du gouvernement camerounais pour qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. L’Upc la ferme conviction que le Cameroun gagnera cette guerre.

Propos recueillis par L.D.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Canada > Barreau de Montréal:  Me. Olivier Chi Nouako radié du Barreau de Montréal.

Par Junior Atogo’togo C’est dans le dossier No 56- 17 – 03101 du 05 février 2021 qu’est co…