Home Opinion Politique Cameroun > Upc: La difficile quête de l’unité et de résurrection politique
Politique - 26 juillet 2021

Cameroun > Upc: La difficile quête de l’unité et de résurrection politique

Les 11, 12, et 13 septembre 2021 aura lieu à Yaoundé, le prochain congrès de l’Union des Populations du Cameroun (Upc) si rien ne change.

Ainsi en ont décidé les instances dirigeantes de l’Upc qui souhaitent à cette occasion, rassembler tous les courants qui se disputent généralement la direction de la plus ancienne formation politique du Cameroun, dans une seule et même organisation.

Les tendances dirigées par Pierre Baleguel Nkot et Robert Bapooh Lipot, deux hommes qui se revendiquent chacun, Secrétaire Général de l’UPC et qui se disputent la légalité du parti, se sont accordés sur le principe, pour l’organisation d’un congrès commun qui se veut unitaire.

Toute une commission chargée de réconcilier les « upécistes » est en ce moment à pied d’œuvre dans cette perspective. Mais il faut déjà noter qu’il ne sera pas évident pour cette commission, de convaincre ceux qui se réclament de l’Upc dite « des fidèles », courant qui n’a jamais été partie prenante du jeu électoral à cause de la non satisfaction de ses préalables concernant les règles du jeu.

Par ailleurs, les fidèles se positionnent comme un véritable mouvement d’opposition au régime en place qu’il considère comme néocolonial, incarné par Paul Biya et son parti, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc).

Et pourtant, les courants de l’Upc qui participent aux élections sont des alliés du parti au pouvoir. Il est donc difficile de réconcilier à ce niveau des positions diamétralement opposées en ce qui concerne la ligne politique.
Il est cependant plus facile aux tendances incarnées par Pierre Baleguel Nkot et Robert Bapooh Lipot de s’entendre, car il n’y a que des luttes personnelles de positionnement qui les éloignent dans le fond.

La délicate situation politique du Cameroun de l’heure et surtout l’état dans lequel se trouve l’Upc, les pousse à s’unir pour leur propre survie politique et celle du parti.
Les dissensions internes à l’Upc, surtout après le décès de l’ancien Secrétaire Général, Augustin Frédéric Kodock, avait occasionné l’absence du parti aux premières élections sénatoriales du 14 avril 2013.

Il aura ensuite fallu une médiation du Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation de l’époque, Réné Emmanuel Sadi, pour que les trois (03) courants qui s’étaient entre temps formés, prennent part en un bloc unique aux élections législatives et municipales couplées du 30 septembre de la même année.
En dépit du congrès qui a suivi en 2014 et qui avait connu la participation de la quasi-totalité des ténors de l’Upc, excepté Robert Bapooh Lipot alors député, le parti a continué à être divisé.

A l’approche de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, le Ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji a même décidé à travers un communiqué de ne reconnaître que Robert Bapooh Lipot, Secrétaire Général de l’Upc au détriment de Pierre Baléguel Nkot élu Secrétaire Général au congrès de 2017, organisé avec l’accompagnement des pouvoirs publics.

Eric Boniface Tchouakeu, Chef de Chaîne Radio Siantou. Conseiller éditorial à Panorama papers

Cette décision du Ministre a depuis été annulée par la justice.
Lors du double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020, les quelques listes de l’Upc admises en compétition ont été investies par deux directions émanant de deux courants différents pour un résultat nul, aucun élu au finish.

C’est la première fois que le parti historique n’a pas pu obtenir d’élu depuis qu’il participe aux élections pluralistes au Cameroun.
Entre temps, le Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (Pcrn), a séduit un certain nombre d’anciens militants et sympathisants et a même conquis des fiefs de l’Upc.
On ne voit pas comment cette donne pourrait changer en faveur du parti historique s’il se présente encore en rangs dispersés aux prochaines échéances électorales.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…