Accueil Le Billet Cameroun > Gouvernance: Sur le chemin de la beauté

Cameroun > Gouvernance: Sur le chemin de la beauté

Qu’est-ce que le beau ? Je pense sincèrement, comme le philosophe Emmanuel Kant, que le beau est ce qui plaît universellement sans concept.

Par panorama
0 commentaire 216 vues

Par Léopold DASSI NDJIDJOU

On ne peut pas en soi dire comment et pourquoi, ceci ou cela est beau. Il est question d’une appréhension sensationnelle et ce de manière globale, de ce qui est. Pour autant, dire le beau, saisir le beau ne dit pas qu’il n’existe pas une face lugubre à l’envers.
C’est ainsi dit pour mieux illustrer une photographie des acteurs dans le système politique.

Derrière l’étage public, la belle face des lustres et de tous les éclats du pouvoir, se jouent régulièrement – là j’exagère un peu – des scènes les plus cocasses et les plus incroyables, qui une fois révélées à la grande opinion sèment la panique ou la psychose dans la conscience collective, au point où on se demande qui en réalité à travers la planète gouverne les peuples.
Le monde actuel est-il dirigé par des hommes qui ont perdu ou vendu toute leur honorabilité ? «Travaillons à la beauté des choses», aimait à rappeler Laurent Sadoux de regrettée mémoire, présentateur vedette d’Afrique midi sur Rfi. «La beauté des choses» devrait tenir, par-dessus tout, les hommes de première ligne dans leur déploiement au quotidien.
L’arrestation de Guy Nzouba-Ndama, de retour du Congo-Brazzaville à la frontière de son pays ce samedi 17 septembre 2022, lui l’ex-président de l’Assemblée nationale du Gabon de 1997 à 2016, interroge de manière pressante l’opinion sur au moins deux points.

Les portes de la politique sont-elles fermées aux hommes intègres ? Et pourquoi donc, chez nous en Afrique, c’est lorsqu’un acteur bascule dans l’opposition que ses péchés les plus immondes sont révélés au grand public ?
Sur la première question, rappelons-nous du roman «Les mains sales» de Jean Paul Sartre. Faut-il avoir nécessairement les mains sales, comme un crime dans la mafia, pour gage d’une entrée validée dans l’ordre politique stricto sensu ? Ça commence à bien faire ! La France est perçue sous les tropiques comme le modèle de la beauté, de la fluidité politique. Elle étale ces dernières décennies, avec concupiscence le sort fou des anciens chefs d’Etat et même parfois ceux en fonction.

Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et des accusations infâmantes convergent déjà vers l’actuel locataire de l’Elysée, sont quelques exemples frappants de cet état des choses. François Fillon, avec «les boules puantes» qui ne l’étaient pas du tout ; Pierre Bérégovoy qui se suicida le 1er mai 1993, sont des exemples de chefs de gouvernement en France rattrapés par les mains sales.
Aujourd’hui, chacun sait le verdict de la traque lancée depuis l’Hexagone contre les biens mal acquis par les chefs d’Etat africains.

Au Cameroun, la prison de Kondengui fourmille de hautes personnalités de l’Etat, déchus pour des faits avérés de corruption ou de détournement de deniers publics. Comment est-ce que cela se fait ? On est fondé à se demander si tous ces coupables arrivent aux affaires les mains toutes propres et, une fois installés le système les corrompt. Comment comprendre que Guy Nzouba-Ndama, pendant longtemps deuxième personnalité de l’Etat du Gabon, soit arrêté et menotté comme un vulgaire brigand avec 1 milliard et 180 millions de Fcfa en liquide dans ses valises ? L’homme qui pendant longtemps a été perçu sur la place librevilloise comme un «Monsieur propre», vient de dilapider en une fraction de seconde ce capital de crédit, construit inlassablement pendant des décades.

Tout homme politique est-il écartelé entre deux faces, deux personnalités, interdit de ce fait d’intégrité comme nous le percevons de manière simpliste ? Jean-Bertrand Aristide, en Haïti, Fulbert Yolou au Congo-Brazzaville, sont par exemple des prêtres ayant pris les rênes de leur pays. L’histoire sait qu’ils sont partis du pouvoir par des coups d’Etat ! Si même des hommes de Dieu, supposés intègres sont pris au dépourvu dans l’exercice du pouvoir, n’est-il pas temps d’ériger des lois inviolables, établies avec un maximum de consensus, comme le directeur de conscience des acteurs politiques ?
Au Cameroun, par exemple, le pouvoir traque les bandits à col blanc dans le vide de l’article 66 de la Constitution qui aurait été à la base de toute poursuite saine. Seules les lois encastrées dans du marbre peuvent nous aider à mieux arrêter les éventuels errements des hommes politiques ou des hommes aux affaires. Socrate disait que l’homme naît bon, mais l’environnement le corrompt. En politique, cette maxime vaut tout son pesant d’or.
Que c’est laid, d’être opposant !
La deuxième question soulevée au début de cette réflexion est de savoir pourquoi, chez nous en Afrique c’est lorsqu’un acteur bascule dans l’opposition que ses péchés, ses fautes parmi les plus immondes sont le plus souvent révélés au grand public. De ce point de vue, il convient de noter que l’infortuné Guy Nzouba-Ndama est entré en dissidence avec le pouvoir d’Ali Bongo Ondimba depuis 2016 et est, aujourd’hui à la tête du parti politique «Les démocrates». C’est donc d’office reconnaître que, par cette posture, il se tenait déjà sur l’autoroute des flèches, la cible du pouvoir.
Afficher publiquement ou ouvertement ses ambitions pour la quête du pouvoir revient, en quelque sorte à s’attirer tous les ennuis du monde. Une sorte de bête noire et, pourquoi pas la vermine qu’il faut écraser au plus vite ? Et dans ce sillage, c’est épris par le sentiment de beauté et d’humanisme que nous appelons de tous nos vœux à moraliser, à civiliser les mœurs en politique. Il est désormais question d’aménager des lois qui fondent les prédispositions, pour les tenanciers du pouvoir, à accepter sans encombre la saine concurrence en politique. En d’autres termes, il est question d’intégrer une fois pour toutes la démocratie, la matérialisation des divergences et donc des oppositions.
Il s’agit là d’une urgence, pour ceux qui tiennent le pouvoir, de se laisser gagner par l’esprit de gentlemen ou gentlewomen, comme on l’a vu ces derniers temps en Grande Bretagne avec le départ de Boris Johnson. Il s’en est allé, je voulais dire qu’il est parti du pouvoir pour une question d’honneur ou d’éthique en politique.
L’homme politique, comprend-on aujourd’hui, est in office. Il est un sacrificateur qui œuvre en faveur du peuple. Toute trahison est impardonnable. Boris Johnson a organisé juste une fête avec des amis en pleine pandémie du Covid-19, au moment où mourraient des Britanniques. Cela a été jugé d’une indécence insupportable, pour l’opposition. Et les siens qui l’ont lâché sans aucune faiblesse. Voici l’esprit, voici la beauté des choses ! Ce beau-là, il est encore si éloigné de nous, car chez nous c’est à qui couvrira mieux les errements du pouvoir, c’est à qui assénera mieux les coups de grâce aux opposants du prince ! Bien sûr, il arrive que ces opposants prêtent eux-mêmes le flanc à leurs multiples douleurs, comme c’est le cas actuellement pour Guy Nzouba-Ndama.
On sait, pour terminer l’ostracisme ambiant qui frappe Jean Ping au Gabon, Martin Fayulu en Rdc, Maurice Kamto au Cameroun ou Agbéyomé Kodjo au Togo, pour ne citer que ces exemples. Ils étalent à suffisance l’inélégance, la laideur de la pratique politique. Et c’est ici le lieu de lancer un appel pour un travail en commun pour la beauté des choses, pour une élévation au-dessus des considérations alimentaires, pour céder la place aux rayons de beauté dans le noir de nos penchants égoïstes et individualistes.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 06 10 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie