Home Société Afrique Cameroun > Wilpf: Domestiquer la masculinité violente pour la paix
Afrique - 15 juin 2021

Cameroun > Wilpf: Domestiquer la masculinité violente pour la paix

Un atelier de deux  jours s’est ouvert à cet effet ce 14 juin 2021 à Yaoundé

 « L’une des causes profondes des conflits est la prédominance sans cesse croissante du pouvoir masculin, une attitude qui au fil des temps a établi la force, la violence, y compris la violence armée comme moyen d’expression des hommes. C’est ce qu’on entend généralement par « masculinité », 

a lancé d’entame Sylvie Jacqueline Ndongmo, la présidente de Wilpf-Cameroon, dans son discours de bienvenue.

Elle a poursuivi en indiquant que pour analyser les masculinités, son organisation au niveau mondial mène depuis juillet 2020 une recherche pour comprendre davantage ses causes, ses manifestations, ses implications afin de proposer des stratégies pour y faire face et amener les hommes à utiliser leur pouvoir pour la paix. Au nombre des pays pilotes, en plus du Cameroun, on peut citer l’Afghanistan, la Colombie, la Rdc, la Rca, le Sri Lanka, le Soudan,  le Zimbabwe et le Liban. Le projet, confie la présidente de Wilpf-Cameroon à la presse est 

«celui d’engager les hommes et les garçons pour la promotion de la paix. Nous voulons renforcer leurs capacités sur les questions de masculinité. La masculinité est à l’origine de nombreuses violences. Elle est un ensemble d’attitudes, de comportements associés à la force. En général on associe la masculinité aux hommes parce que les construits sociaux font en sorte qu’on puisse trouver normale l’usage de violence et c’est à ce niveau qu’elle représente un problème ».

La masculinité, toujours selon elle,pousse les hommes et les jeunes garçons à poser des actes qui contribuent à alimenter de nombreuses violences.

« Nous avons mené ce projet avec les organisations partenaires pour déconstruire, confronter cette masculinité afin de permettre aux garçons et aux hommes d’utiliser ce pouvoir pour la paix, de s’allier aux femmes pour la paix »,    

a-t-elle conclu.

Les attentes de Wilpf-Cameroon

Selon l’étude de base mené par Wilpf-Cameroon sur l’évaluation du niveau de connaissance de la résolution 1325 du conseil de sécurité de l’Onu et de l’impact des conflits armés sur les femmes et les enfants au Cameroun en 2017, les hommes et les femmes sont tous détenteurs du pouvoir,

« les hommes utilisent le leur pour promouvoir la violence et les injustices tandis que les femmes l’utilisent pour la promotion de la paix et la résolution des conflits ».

De ce fait, pour atteindre les objectifs dressés par Sylvie Jacqueline Ndongmo et son association qui chapeaute cet atelier, les participants à cet atelier devront être en mesure d’organiser dans leur région, des sessions de dialogues et autres activités visant à identifier les causes profondes et les manifestations des masculinités militarisées, y compris les forces sociales et structurelles qui poussent les hommes à adopter des idées militarisées de la masculinité.

Il sera dès lors proposé des stratégies pour confronter des masculinités militarisées et faire progresser la paix au niveau local et national. L’atelier qui regroupe les participants venus des régions de l’Est, de l’Ouest, du Centre, du Littoral, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest vise à

« renforcer la compréhension des masculinités afin d’envisager ensemble les organisations partenaires, une analyse profonde de ces pratiques dans le contexte camerounais, car au sein des sociétés comme le nôtre, les masculinités entrainent des conséquences pour les femmes, les enfants et la société dans son ensemble »

On comprend de ce fait que les masculinités varient selon les époques, les contextes socioculturels et au sein des groupes et des réseaux. L’atelier qui s’achève ce jour consacre une autre approche pour le règlement des conflits au sein des communautés. Les organisations venues des deux régions troublées plus que les autres, auront à mettre à contribution leurs précieux acquis pour ouvrir dans cette partie du pays, la paix construite sur une masculinité domptée.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…