Home Politique Amerique Cameroun#Usa: Les Américains démentent un projet d’intervention militaire
Amerique - Politique - Une - 11 octobre 2020

Cameroun#Usa: Les Américains démentent un projet d’intervention militaire

La mission diplomatique du pays de l’Oncle Sam à Yaoundé, a publié un communiqué de presse intitulé “Les Etats-Unis n’ont aucun intérêt à une intervention au Cameroun” vendredi dernier.

C’est en réponse aux allégations “des récents articles de presse factices” selon lesquelles, il ne serait plus attendu que la ratification et la signature du locataire de la Maison Blanhe à cet effet.

L’ambassade des États-Unis dément catégoriquement les affirmations contenues dans des récents articles de presse truqués selon lesquels l’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Kelly Craft, aurait récemment annoncé des prétendues intentions des États-Unis concernant une éventuelle intervention militaire au Cameroun”,

explicite le communiqué.

La sortie de la mission diplomatique va plus loin en précisant que la première puissance mondiale n’a aucun intérêt ni aucune intention de cette nature. En outre si l’ambassadrice Kelly Craft a soulevé au sein des Nations unies, ainsi que d’autres hautes fonctionnaires américains,

des préoccupations concernant les besoins humanitaires et des violations des droits de l’homme au Cameroun”,

il n’en demeure pas moins vrai qu’elle n’a pas fait

de commentaires sur le Cameroun au cours des périodes récentes, tels qu’indiqués dans certains organes de presse et n’a jamais déclaré ni laissé entendre que les États-Unis envisageraient une intervention militaire de quelque nature que ce soit au Cameroun”.

Tout ce grabuge est né dans les couloirs de la 75ème session de l’Onu où l’intervention de Paul Biya n’a pas eu lieu, mais représentée du haut de la tribune de l’Assemblée générale par le ministre des Relations extérieures du Cameroun, Le Jeune Mbella Mbella.
Les articles de presse factices
Sur les réseaux sociaux, la semaine dernière, il y a eu une production radiophonique accusant les Etats-Unis de Donald Trump d’une intervention militaire imminente au Cameroun.

Sur le site de “Washington post” cité dans la publication qui a suscité le communiqué de l’ambassade des Etats-Unis au Cameroun, il n’est fait aucunement mention du Cameroun. Le dernier article date du 16 avril 2020 où le journal parlait du mystère Paul Biya, qui faisait sa réapparition au bout de 35 jours d’absence. Si les Américains n’ont aucun projet d’intervenir militairement au Cameroun, comment donc comprendre ou interpréter cet extrait d’une publication radiophonique virulente faisant état d’une intervention militaire imminente des Etats-Unis au Cameroun ? Tenez en un extrait pour éclairer la lanterne.

Au Cameroun, les Etats-Unis jouent une dernière carte pour prendre le contrôle des zones anglophones. L’Opération Bamenda Clean lancé par le gouvernement le 8 septembre dernier par le gouvernement de Yaoundé est visiblement un succès pour ramener la sécurité attendue par tous les Camerounais. Depuis la dernière tentative américaine qui était de nommer le Président Biya persona non grata en Suisse, ce que la Suisse a refusé, donc les plans de démembrement américain sont entièrement contrariés et lyre de l’Administration Trump se fait entendre car elle décide maintenant d’attaquer militairement ces zones pour forcer le président Paul Biya à reconnaître la minorité séparatiste financée par Washington et donc de provoquer le démembrement tant attendu.
L’Administration Trump prétend donc ne plus avoir maintenant besoin d’un mandat onusien pour intervenir dans la crise qui secoue le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun afin de mettre fin à ce qu’ils prétendent un pseudo génocide et promouvoir le dialogue entre le gouvernement camerounais et les combattants séparatistes.
Les termes utilisés sont forts et parlent de génocide, de crime contre l’humanité et la nouvelle est tombée la semaine dernière dans les coulisse de la 75ème Assemblée générale de l’Onu qui se tient actuellement à New-York. Selon le magazine New-York Times et Forbes news, l’information c’est l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies qui en fait la révélation. Que Kelly Craft a laissé entendre au cours d’une intervention, se situant dans le cadre des débats actuellement en cours au sein des Nations Unies, portant sur les grandes questions mondiales que les Etats-Unis interviendraient de manière unilatérale dans les régions anglophones du Cameroun du fait de la détérioration du climat sécuritaire, du crime contre l’humanité, du génocide et de violation flagrante des droits de l’homme dans les régions prétendent-ils.
La décision de l’Administration Trump s’adossait sur des prétendus rapports bidouillés par les Ong qui sont à la solde de Washington comme le Conseil norvégien des réfugiés, Amnesty international et d’autres organisations de défense des droits humains. Rapports donc qui dénonceraient de manière récurrente les Forces de sécurité camerounaises de même que les séparatistes pour les atteintes répétées aux droits des libertés des citoyens.
Selon l’ambassadeur américain auprès des Nations Unies, le Sénat et le Congrès américains auraient déjà marqué leur approbation sur ce projet d’intervention militaire américaine dans la crise anglophone du Cameroun.
Il ne resterait plus que la décision de ratification et de signature du Président Trump pour entrer dans sa phase d’application prévient donc Kelly Craft. L’intervention américaines dans les régions anglophones du Cameroun sera acté pour mettre fin au génocide et promouvoir le dialogue entre le gouvernement et les combattants séparatistes. Même si cette décision est objectée par d’autres membres du Conseil de sécurité.
Pour rappel, le fait de faire asseoir à une même table le gouvernement de Yaoundé et les séparatistes changerait la donne au niveau de la communauté internationale. Les séparatistes seraient donc reconnus et auraient donc le droit d’imposer leurs conditions et même d’avoir une place au sein du gouvernement.
Ce qui est impensable pour Yaoundé, c’est légitime, car ces séparatistes sont non seulement des terroristes mais ils sont une minorité qui prétend représenter toute la communauté anglophone. De plus, ils sont pilotés par les Etats-Unis et le Cameroun ne veut plus être considéré comme un pré carré ou un nouveau territoire à coloniser. Une intervention militaire américaine serait une catastrophe pour l’avenir des Camerounais. C’est dire si les relations entre les Etats-Unis et le Cameroun pourraient connaître de nouveaux développements dans les tous prochains jours particulièrement si Donald Trump parvenait à être réélu”.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…