Home Politique Amerique Canada: Le procès de l’ex-chef des renseignements saoudiens embarrasse les États-Unis
Amerique - 28 juillet 2021

Canada: Le procès de l’ex-chef des renseignements saoudiens embarrasse les États-Unis

Un consortium d’entreprises publiques saoudiennes accuse Saad Aljabri d’avoir détourné des millions de dollars de la lutte contre le terrorisme. 

C’est le dernier bras de fer entre le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, et l’ancien chef des renseignements du pays. La plainte a été déposée au Canada où l’ex-espion en chef vit en exil. Pour se défendre dans cette procédure, ce sont des informations gênantes pour les États-Unis que Saad Aljabri pourrait révéler. C’est une lettre envoyée par le département de la Justice des États-Unis à l’avocat de Saad Aljabri que l’Afp a pu consulter.

Dans ce courrier, le procureur du ministère américain demande à la Défense de l’ancien chef des renseignements saoudiens de « reporter toute transmission de documents » jusqu’au 30 septembre. La demande vise à permettre à Washington de prendre les mesures nécessaires pour protéger ses secrets liés à la sécurité nationale.

Une holding liée au renseignement américain

Car pour répondre aux accusations qu’il rejette, Saad Aljabri a demandé à la justice canadienne de s’intéresser à Sakab Saudi Holding, l’une des sociétés qui a porté plainte contre lui. Or celle-ci serait liée à plusieurs programmes menés par des agences américaines : la Cia, le renseignement extérieur, mais aussi la Nsa chargée de la sécurité nationale et le département de la Défense.

La démarche est inhabituelle et traduit l’embarras des États-Unis. Dans cette lettre, Washington affirme ne « pas prendre position » dans ce dossier judiciaire et se préoccuper seulement de sa sécurité nationale. Mais en 2020, les États-Unis avaient apporté un soutien public à Saad Aljabri, engagé dans un combat contre Mohammed ben Salman. L’ex-espion était un proche conseiller de l’ancien prince héritier du royaume et assure être une cible de Mohammed ben Salman au même titre que l’était le journaliste Jamal Khashoggi.

Avec Rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …