Accueil Le Billet Conjoncture > Cameroun: Personne n’a tort, personne n’a raison…?

Conjoncture > Cameroun: Personne n’a tort, personne n’a raison…?

La société camerounaise tangue sur les flots de la mondialisation, avec aux commandes un leadership qui semble prôner le statut quo au gré des situations et des contingences, conscient de la précarité et donc de la volatilité dans certaines circonstances.

Par panorama
0 commentaire 885 vues

Par Léopold DASSI NDJIDJOU 

Les évènements abruptes des deux régions anglophones du pays, la tenace gangrène de Boko Haram dans le septentrion, l’affolement des produits de première nécessité sur le marché, la guerre en Ukraine et ses conséquences macroéconomiques incompressibles, place le Cameroun ipso facto, illico presto, au carrefour de multiples défis nimbés d’incertitudes. Et précisément, parce que le pays traverse dira-t-on l’œil du cyclone, n’est-il pas indiqué de saisir cette opportunité pour tirer la meilleure partie à court ou moyen terme ? S’il faut continuer à rafistoler, à jouer à coups de nerfs aux équilibristes pour joindre les deux bouts, à satisfaire péniblement aux charges minimales de fonctionnement de l’Etat, n’est-il pas indiqué de revoir le modus operandi face aux différents défis qui obèrent gravement la stabilité de l’Etat ?

Au regard de notre Adn collectif de déploiement, n’avons-nous pas plus tendance à nous accommoder tristement et complaisamment, à l’autruche, aux situations de crises multiformes ? Ne sommes-nous pas devenus un peuple de résignés, conscient depuis des lustres que nous ne pouvons pas par notre engagement atteindre les aspirations les plus légitimes ? C’est désormais une lapalissade bien connue que les Camerounais ne se battent plus pour la cause commune, chaque citoyen encastré dans la recherche égoïste et individuelle d’un bonheur personnel somme toute fugace. Sous ce prisme, comment donc exiger quoi que ce soit aux dirigeants qui peuvent dès lors sombrer dans le sommeil sans fin ? Ne dit-on pas que chaque peuple a un leadership à son image ?

L’inertie ou l’immobilisme  

L’inertie est de toute évidence le carburant multisectoriel de notre société. Nous sommes dans une société qui fonctionne comme si elle était hors du temps. Hors du temps, anachroniques, semblent être les faits sociaux qui émaillent l’actualité de notre pays, déconnectés des réalités en cours dans les pays démocratiques ou supposés tels. Qu’on se comprenne sur ce point. Le Cameroun a mal à sa pratique politique, à l’aménagement de son territoire et par conséquent à la bonne gestion des hommes. C’est avant tout cela l’objectif de la politique, le bien-être des citoyens dans un pays. En ce mois de juillet 2022, c’est un euphémisme d’avouer que le bonheur partagé tarde à venir au pays de Paul Biya. C’est d’ailleurs là les propos de Cavaye Yeguie Djibril, le président de l’Assemblée nationale, le jour de la prestance de serment de Paul Biya en 2018 pour le mandat en cours. Pour le chef de l’Etat camerounais, l’inertie qui caractérise la société camerounaise serait la source du mal collectif. Elle s’incruste malheureusement dans nos cellules, telle une pathologie récalcitrante faute d’une cure décisive. Et la société entière, généralement passive, mordue par l’égoïsme et l’individualisme, visiblement formatée à suivre de manière moutonnière et gloutonne les cris rassurant de ses leaders, sombre dans un somnambulisme sans fin. Pour être davantage explicite, personne n’ignore que ça va mal, mais ce qui compte pour chacun est ce qu’il peut tirer à compte personnel de ce grand malaise. Ce n’est pas que les erreurs, les manquements, les limites et les errements de nos leaders soient cachés, tant et loin s’en faut, ils nous pètent quotidiennement en plein nez. Cette puanteur indispose, et chacun se pince les narines, fonce tête baissée, dans la course effrénée du gain personnel. Comment peut-on accélérer la course sur une piste qui conduit à l’impasse ? Qui faut-il plaindre dans cette situation incroyable où dans une embarcation les pieds sont dans l’eau et chacun se préoccupe à arracher son morceau de pain? Les leaders sont conscients que leur pouvoir est lié à cette urgence et espèrent vivement en même temps une assistance providentielle des maîtres du monde. Faut-il blâmer la cupidité d’une société égoïste et fragmentée, déconnectée du sens commun, de l’intérêt général? Que faut-il en dire de plus dans une société où chacun voit midi à sa propre porte? Qu’attendre d’une société où le sens du consensus est interprétée comme volonté de trahison? A quoi servent les cris de détresse, alors que c’est aujourd’hui et maintenant qu’il vider courageusement l’eau de l’embarcation et boucher les fuites ? Une dernière image: quand nous aurons fini de dépecer sauvagement le grand mammouth malade, chacun à sa façon et ses capacités, que nous restera-t-il? Avec la haine collective et gratuite de l’un contre l’autre, nous mettons un peu le feu à notre case commune. De ce fait, ne faudrait-il pas se préparer à dormir à la belle étoile ou sous toutes les intempéries? Et dans tout ce micmac, le fait le plus incroyable et plus encore incompréhensible est le silence complice des uns et des autres, naïvement convaincus qu’ils peuvent survivre à la furie des eaux ou du feu! Pendant qu’on y, qu’il soit permis à nouveau de reformuler la question. Personne n’a tort, personne n’a raison? C’est à voir.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie