Afrique Afrique LA UNE People Santé panorama 18 avril 2020 (0) (438)

Coronavirus: les personnalités africaines décédées

Partager

Depuis le décès d’un enfant de 6 ans au Kenya, des patients plus âgés dans la plupart des cas et des personnes de la tranche des jeunes.

Alors que chaque décès est signalé avec une humeur sombre et des condoléances aux familles touchées, certaines des victimes ont uni un pays dans la douleur, dans d’autres cas, le continent et des personnes au-delà des frontières de l’Afrique.

Des politiciens de haut niveau – anciens présidents, premiers ministres et législateurs aux icônes du divertissement et sportifs de haut niveau, le virus a laissé dans son sillage des victimes de premier plan qui pourraient difficilement obtenir l’expulsion qui leur aurait été accordée en «temps normal». Cet article décrit brièvement autant de victimes que possible:

Le principal assistant du président du Nigeria succombe

Le chef de cabinet du président nigérian Muhammadu Buhari est décédé vendredi 17 avril, a confirmé la présidence dans un communiqué publié samedi matin par le porte-parole de Buhari. Le porte-parole Garba Shehu a publié sur les réseaux sociaux: «La présidence regrette d’annoncer le décès du chef de cabinet au président Mallam Abba Kyari. Le défunt avait été testé positif au Covid-19 ravageur et recevait un traitement. Mais il est décédé le vendredi 17 avril 2020. »

Kyari qui était dans ses 70 ans était une figure influente dans l’administration Buhari. Il a été signalé que la gestion des affaires gouvernementales tournait largement autour de lui. Il occupe ce poste depuis que Buhari est président, depuis 2015. On lui avait diagnostiqué le coronavirus qui aurait été contracté pendant son service officiel en Allemagne. Il a été transféré de la capitale Abuja à Lagos pour des soins médicaux. Les rapports indiquent que Kyari avait des antécédents de complications médicales, y compris le diabète. Il est identifié comme le gardien du président. Beaucoup de ceux qui souhaitent traiter avec Buhari devaient passer par Kyari, y compris les meilleurs politiciens et chefs d’entreprise du Nigeria.

Amadou Salif Kebe: le patron des élections en Guinée décède

Amadou Salif Kebe, président du corps électoral de la Guinée, est décédé du coronavirus. La Commission électorale indépendante, la CENI, dans un communiqué a confirmé que Kebe était décédé le vendredi 17 avril 2020. il n’a pas mentionné la cause du décès.

Cependant des personnes proches du défunt confirment qu’il est décédé du virus qu’il aurait contracté lors des dernières élections forcées, tenues dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Les sondages du 22 mars ont impliqué un référendum controversé fermement opposé à l’opposition et une élection partielle au Parlement. Il a été confronté à des violences qui ont fait des morts. Au 18 avril, le dossier de la Guinée comptait 477 cas confirmés avec 59 guérisons et trois décès.

Benoît Somi Vilakazi: l’Afrique du Sud pleure un célébrant de l’histoire

Benoît Somi Vilakazi était entouré d’histoire. Son grand-père a été le premier professeur noir d’Afrique du Sud à l’Université de Witswatersrand et a produit un dictionnaire anglais / zoulou, d’énormes réalisations dans un pays divisé ensuite par race. La rue la plus célèbre de Soweto partage son nom, et deux lauréats du prix Nobel de la paix – Nelson Mandela et Desmond Tutu – l’ont cotoyé.

Vilakazi était fier de ce passé et a mis une peinture murale sur son grand-père dans son café qui était populaire auprès des touristes et des habitants. Certains d’entre eux se sont rassemblés, soigneusement, en gardant une distance et beaucoup portant des masques faciaux, jeudi pour pleurer Vilakazi, 57 ans, décédé de COVID-19. Les porteurs portaient des combinaisons de protection complètes.

« Somi a su accueillir les gens, leur servir un bon café et les faire rire« , a expliqué son cousin Sipho Vilakazi, qui a une boutique de cadeaux à côté. «Il manquera tellement de gens. Notre famille, nos voisins et bien d’autres. » Vilakazi avait pris la menace du coronavirus au sérieux, avait observé les précautions tout en servant les clients et avait fermé la boutique bien avant que l’Afrique du Sud ne se confine le 27 mars, ont indiqué des membres de la famille. Il est décédé le 11 avril, laissant une femme et deux enfants.

Emeka Chugbo: un médecin nigérian infecté en service, décède

Le médecin nigérian, Emeka Chugbo, a succombé au COVID-19 après avoir contracté le virus tout en prenant en charge un patient infecté dans sa clinique privée. Le médecin a été admis à l’hôpital universitaire de Lagos lundi et est décédé mercredi, selon le directeur de l’hôpital Chris Bode.

M. Bode a déclaré que le médecin avait été amené à l’hôpital avec des symptômes graves. L’Association médicale nigériane (NMA) a déclaré que le défunt avait été exposé lors de la prise en charge d’un patient décédé vendredi. L’association est citée par le journal Vanguard disant que le médecin de 51 ans était asthmatique. Dans le passé, la NMA a exhorté les gouvernements des États à fournir suffisamment d’équipement de protection à tous les agents de santé.

Ahmed Ismail Hussein Hudeydi: père de la musique somalienne moderne

Ahmed Ismail Hussein Hudeydi, le deuxième Somalien à mourir en quelques jours de la pandémie de COVID-19, est réputé être l’un des fondateurs de la musique somalienne moderne. Il est décédé à Londres à l’âge de 92 ans, selon des informations

Connu sous le nom de «roi d’Oud» – l’instrument qu’il a joué – Hudeydi est devenu une figure clé «pendant le mouvement anti-colonial et la période de décolonisation» en Somalie, selon Hanna Ali, directrice de l’organisation artistique londonienne Kayd Somali.

« En bref, sa musique incarnait le son de la longue lutte pour la liberté et l’indépendance », a-t-elle ajouté dans un communiqué. Les Somaliens ont profité de la plateforme de médias sociaux Twitter pour envoyer leurs condoléances à leur famille et à leurs frères et pour célébrer la mémoire du défunt musicien.

L’ex-Premier ministre libyen qui a servi après l’éviction de Kadhafi

Mahmud Jibril était un ancien chef du gouvernement rebelle qui a renversé le chef libyen Mouammar Kadhafi en 2011. Il est décédé des coronavirus dans un hôpital égyptien, a confirmé son parti le 5 avril. L’ancien Premier ministre de 68 ans était au Caire où il avait été hospitalisé pendant deux semaines, a déclaré Khaled al-Mrimi, secrétaire du parti de l’Alliance des forces nationales fondée par Jibril en 2012.

Les rapports indiquent qu’il a été admis à l’hôpital le 21 mars après avoir subi une crise cardiaque, avant d’être testé positif pour le nouveau coronavirus et mis en quarantaine. Il a été chef du gouvernement intérimaire en mars 2011, quelques semaines après le déclenchement du soulèvement du printemps arabe en Libye.

L’ex-Premier ministre somalien «Nur Adde»

La semaine dernière, des Somaliens se sont unis sur Twitter pour rendre hommage à l’ancien Premier ministre Nur Hassan Hussein, également connu sous le nom de «Nur Adde», décédé des suites d’un coronavirus à Londres. Agé de 82 ans, il a été Premier ministre entre novembre 2007 et février 2009. Il était procureur général sous le mandat du président Siad Barre, renversé en 1991.

C’était un officier de police formé comme avocat, des connaissances l’ont salué pour son leadership pratique. « Nous adressons nos plus sincères condoléances au peuple somalien, à ses amis et à la famille endeuillée de l’ancien Premier ministre somalien, SE Nur Hassan Hussein, décédé à Londres, au Royaume-Uni », a déclaré le Premier ministre somalien sur Twitter.

Journaliste sénégalais, administrateur sportif – Pape Diouf

Le Sénégal a pleuré sa première mort de coronavirus, qui est venue avec une douleur supplémentaire car il impliquait un fils illusoire de la terre, journaliste et administrateur des sports, Pape Diouf. L’homme de 68 ans était un ancien président du club de football français de Marseille entre 2005 et 2009. Les autorités ont confirmé qu’il avait été en soins intensifs à Dakar. Le président du Sénégal, Macky Sall, a écrit sur son compte Twitter officiel qu’il avait suivi de près la santé de Diouf après son admission en traitement.

Diouf était un leader charismatique et populaire proche des supporters et des joueurs de Marseille, seule équipe française à remporter le titre de club européen. « Pape restera à jamais dans le cœur des Marseillais et (est) l’un des grands architectes du club », a écrit Marseille sous une photo de Diouf.

Aurlus Mabele – ‘Roi de Soukous’ congolais

En Afrique centrale, le coronavirus a revendiqué une star de la musique congolaise réputée par ses fans comme «le roi du soukous» – une musique de danse à rythme élevé appréciée à travers le continent.

Le vrai nom d’Aurlus Mabélé est Aurélien Miatsonama, était originaire du Congo-Brazzaville et a déménagé en France dans les années 1980. Il est décédé dans un hôpital parisien, à l’âge de 67 ans.

L’ancien président congolais Yhombi-Opango

Fin mars, un ancien président de la République du Congo est décédé après avoir contracté un coronavirus. Jacques Joaquim Yhombi-Opango a respiré son dernier à 81 ans dans un hôpital parisien. Sa famille a confirmé qu’il avait des problèmes de santé sous-jacents avant de contracter le virus. Yhombi-Opango a été président du Congo-Brazzaville d’avril 1977 jusqu’à ce qu’il soit renversé en février 1979 par l’actuel président Denis Sassou Nguesso.

Il a passé des années en prison jusqu’à ce que le pays introduise la démocratie multipartite en 1991. Il a été Premier ministre sous le gouvernement de Pascal Lissouba entre 1992 et 1997, jusqu’à l’éclatement d’une guerre civile en 1997. Il s’est exilé en France, avant d’être autorisés à rentrer chez lui 10 ans plus tard.

Icône de la musique africaine, Manu Dibango du Cameroun

Légende afro-jazz camerounaise, la mort de Manu Dibango est celle qui a frappé le continent et au-delà. L’auteur de «Soul Makossa» est décédé à l’âge de 86 ans. Sa famille a révélé dans un message sur Facebook que le chanteur et saxophoniste célèbre était décédé du nouveau coronavirus.

Dibango est célébré pour l’un des plus grands succès planétaires de la musique du monde, «Soul Makossa» (sorti en 1972). il aurait été la première célébrité mondiale à mourir du virus. Il est décédé dans un hôpital parisien.

  • Né en 1933 dans la ville de Douala, il est allé à l’église d’où il a perfectionné ses compétences musicales.
  • Célébré pour un mélange unique de jazz, de funk et de musique traditionnelle camerounaise.
  • Groupes influencés de Kool and the Gang dans les années 1970 au hip-hop dans les années 1990.
  • Mieux connu pour son succès Soul Makossa.
  • Il a été le président pionnier de la Cameroon Music Corporation.
  • L’UNESCO l’a nommé Artiste pour la paix en 2004
  • Il a collaboré avec plusieurs artistes, dont la pionnière Afrobeat du Nigeria Fela Kuti et la pianiste américaine Herbie Hancock.

Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *