Afrique LA UNE Politique panorama 7 août 2020 (0) (512)

Côte d’Ivoire Meyway porte l’estocade à la candidature de Ouattara

Partager

Quelques heures après l’annonce de la candidature d’Alassane Dramane Ouattara (Ado), l’artiste monte au créneau dans une vidéo au vitriol pour prévenir des graves dangers encourus.

L’artiste musicien à succès en Afrique et au-delà, entre de plain-pied dans le giron politique de son pays avec fracas et détermination. Une vidéo sobre, un verbe incisif et glacial, vient doucher un pan important de l’euphorie populaire attendue à l’annonce de la candidature d’Ado.

“Toute ma vie d’artiste, au nom de la loyauté, j’ai milité pour le peuple. J’ai milité pour les plus faibles. J’ai sacrifié une grande partie de ma carrière pour défendre la paix, l’amour, l’unité et milité pour la prospérité dans mon pays. Par conséquent, mon intervention s’impose car l’heure est grave”,

darde la star ivoirienne dans un ton posé et ferme qui sied à ceux qui savent de quoi ils parlent.

Dans son exercice de communication politique qui révèle sur le même coup un homme politique de dimension certaine qui sommeille en l’auteur du tube à succès “100% zoblazo”, on comprend rapidement que la mise en garde est ferme et déterminée. Si celui qui annonce sa candidature pour un troisième mandat persiste dans son entêtement, Meyway assène à l’endroit de son président de la République que lui, il sait prévenir et non guérir.

Une autre façon de dire qu’il aura prévenu de la tempête qui s’annonce mais qu’il n’est en rien capacité à rebâtir les champs de ruine, de dévastation et de désolation après le passage de la tempête. Est-il compris à juste titre de la sonorité , de l’amplitude de son message au sein du Rhdp ? Une chose est sûre, dans les villes ivoiriennes, Meyway a parlé. Il a ouvert les vannes. D’ici le 31 octobre, date de l’élection présidentielle, beaucoup de surprises pourraient agitée l’écosystème politique ivoirien. 

Un troisième mandat révélateur d’échec d’Ado

S’il n’y a aucune personne dans la jeune génération, compétente, pour vous succéder, vous avez dès lors Mr le Président, échoué”, conclut sententieusement le musicien. Il explicite cette conclusion en déclarant que ce troisième mandat est de trop car ” le peuple ivoirien qui vous a porté,  qui vous a accompagné à la magistrature suprême pourra vous manquer de respect”. L’expression “bombe” est lâchée: “manquer du respect”.

Dans cette vidéo réquisitoire contre le régime qui court après un 3eme mandat, Meyway dresse aussi une sorte de bilan politique fait de manœuvres, de roublardises et de subterfuges. Dans ce sens, il commence par accuser Ado de se présenter à un nouveau mandat contrairement aux engagements qu’il avait solennellement pris devant le peuple ivoirien. Ensuite, il lui fait la leçon selon laquelle on ne bâtit pas un pays en exillant ses fils et en emprisonnant les porteurs d’idées opposées. Il poursuit la litanie de dérives politiques, en accusant Ado de

succomber à la tentation et à l’éternité politique, risquant de faire sombrer la Côte d’Ivoire dans un chaos que nous croyions éloigné à jamais”.

Il termine cette tirade en posant des questions au numéro un ivoirien.

Une sorte  d’entreprise maïeutique expédiée au palais présidentiel ? “Allez-vous sacrifier tout ce que vous avez bâti pour vous classer du mauvais côté de l’histoire de notre pays?”, Ou ” Allez-vous tomber sans résister dans le destin tragique des chefs d’État africains obsédés par le pouvoir?”.

Meyway prévient Ado qu’il “a encore une chance d’échapper aux prédateurs”  qui s’agitent autour de lui pour défendre leurs intérêts propres et non ceux du Président. Cette mèche allumée très tôt par l’artiste, bien avant les caciques en exil que sont Laurent Gbagbo, Guillaume Soro et Charles Blé Goudé, préfigure d’une météo politique électrique que s’apprête à vivre la Côte d’Ivoire.
Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *