Afrique Info continue LA UNE Politique panorama 18 juillet 2020 (0) (108)

Côte d’Ivoire > Transition: Ouattara se prépare à mourir au pouvoir

Partager

Selon des indiscrétions, la France n’est pas d’accord pour un 3ème mandat, mais l’ex-mantor de Sorro Guillaume aurait peur de se faire rattraper par son passé.

L’issue de ce questionnement ne fait pourtant guère de doute : ADO se représentera. « À l’heure actuelle, compte tenu des délais, je ne vois hélas pas d’autre solution pour préserver la stabilité du pays », nous a-t-il confié le 15 juillet, lors d’un entretien à sa résidence de Riviera-Golf, tout en précisant poursuivre sa réflexion. Car, évidemment, le changement de cap est pour le moins brutal.

« Pour de multiples raisons, le président ne peut concevoir qu’un autre prenne la place d’Amadou, décrypte l’un de ses proches. D’abord parce qu’il estime que Gon était le meilleur d’entre nous. Ensuite parce que personne ne peut se prévaloir du même niveau de confiance. AGC au palais, Alassane Ouattara serait demeuré à ses côtés et Amadou l’aurait écouté attentivement, les yeux fermés. Un tel scénario n’est pas garanti avec d’autres. Enfin, et ce n’est pas anodin, il estime que tout autre candidature dans les délais impartis, qui sont très courts puisque la date de l’élection est maintenue, serait susceptible de créer des clivages et pourrait plonger le pays dans l’instabilité. Le plan AGC, même s’il n’a été officialisé qu’en mars, est lancé depuis de longs mois, il est minutieusement préparé. La machine électorale mise à sa disposition n’a qu’à être rebranchée pour le chef de l’État. Avec un autre candidat, quel qu’il soit, ce serait beaucoup trop compliqué en seulement cent jours… ».

D’après nos informations, Alassane Ouattara devrait rendre publique sa décision dans la seconde moitié du mois d’août, une fois écoulés les quarante jours du deuil musulman. La suite ne s’annonce pas de tout repos. Il lui faudra trouver les bons arguments pour motiver un choix que ses détracteurs ne manqueront pas de présenter comme une forfaiture.

Iliassou Chirac Kpoumié, Avec Jeune Afrique


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *