Home Société Afrique Cameroun > Enseignement supérieur: Débrayage dans les universités d’Etat
Afrique - 6 février 2021

Cameroun > Enseignement supérieur: Débrayage dans les universités d’Etat

Les enseignants entrent, à nouveau, en grève ce lundi, 8 février 2021. C’était au terme d’une réunion tenue, ce samedi, 6 février 2021 à Yaoundé.

Le Bureau exécutif du Syndicat national des enseignants du supérieur (Synes) décide d’arrêter les cours avec cessation des activités d’enseignement et d’évaluation (proposition de sujets, surveillance et correction).

Après avoir, au cours de cette session extraordinaire du Ben-Synes, examiné l’état de paiement de l’allocation spéciale pour la modernisation de la recherche, cette entité syndicale constate que jusqu’à présent, « il n’y a pas eu évolution dans le paiement de l’allocation spéciale pour la modernisation de la recherche ». « De plus, ajoute Blaise Mtopi Fotso, Secrétaire général du Ben-Synes, plus de 2000 enseignants des universités d’Etat attendent toujours le paiement de leur allocation ». Il y a, pourtant, eu, le 5 février 2021, une concertation entre le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup) et cette corporation syndicale. Cette assise a consisté à tabler sur cinq points suivants:

1-Les allocations spéciales pour la modernisation de la recherche

2-Les prestations dues aux enseignants dans les différentes universités d’Etat

3-Les collègues Pr Sango et Ngalim révoqués et suspendus

4-Les recommandations du dernier cadre de concertation permanente

5-L’assurance qualité au Cciu

Concernant l’allocation spéciale pour la modernisation de la recherche, le Ben-Synes a été informé qu’une délégation du Minesup est attendue à la Direction générale du trésor le 9 février 2021. Pour ce qui est de la dette académique, le syndicat a obtenu que le ministre d’Etat, ministre de L’Enseignement supérieur renouvelle les correspondances à l’adresse des chefs des universités publiques. Question de faire un état des sommes dues aux enseignants, car aux dires de Jacques Fame Ndongo, seules deux universités (Dschang, Maroua)ont envoyé les dossiers de ces dettes académiques. Pour le Synes, la solution envisagée est celle consistant à recourir à la Caisse autonome d’amortissement (Caa) comme ce fut le cas en 2006.

Au terme de cette concertation, quelques résolutions consensuelles ont, néanmoins, été formulées: régularité des concertations entre le Minesup et le Synes; suivi assidu des dossiers relatifs à l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants auprès des administrations compétentes; suivi rigoureux du processus d’apurement progressif de la dette académique en vue de l’arrimage intelligible des universités camerounaises à l’espace scientifique planétaire.

Serge Aimé Bikoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Magouille autour des visas: L’Ambassade d’Allemagne décline toute responsabilité

Par Antoine Bivana En cas de paiement, l’Ambassade d’Allemagne invite les usagers à faire …