Home Politique Amerique Etats-unis > Keisha Lance Bottoms: La mairesse d’Atlanta ne va briguer un second manda
Amerique - 10 mai 2021

Etats-unis > Keisha Lance Bottoms: La mairesse d’Atlanta ne va briguer un second manda

La mairesse d’Atlanta Keisha Lance Bottoms a annoncé jeudi soir qu’elle ne se présenterait pas aux élections municipales de novembe prochain.

“En tant que (mari) Derek et moi avons prié et réfléchi à la saison qui nous attend, c’est avec de profondes émotions que je garde la tête haute et que je choisis de ne pas me représenter pour un autre mandat en tant que maire”, a écrit Bottoms dans une lettre publiée en line.

“Bien que je ne sois pas encore certain de ce que l’avenir nous réserve, je suis convaincu que ma prochaine saison continuera d’être une saison pleine de passion et de détermination, guidée par la conviction que chacun de nous a le pouvoir et la responsabilité de faire une différence positive dans la vie des autres »,

a-t-elle écrit.

Bottoms a écrit que sa décision n’était pas basée sur une incapacité à collecter des fonds, la conviction qu’elle ne gagnerait plus, ou la peur de la concurrence pour un deuxième mandat en tant que 60e maire d’Atlanta, a rapporté CNN.

“Je me suis engagé dans plusieurs élections, face à plusieurs candidats, et je n’ai jamais été lâche”,

a écrit Bottoms.

Une source a déclaré à CNN que la maire avait fait cette annonce lors d’un appel virtuel auquel participaient des membres de son équipe des finances jeudi soir.

En tant que l’un des premiers bailleurs de fonds du président Joe Biden et un prétendant au poste de vice-président, Bottoms est devenu une étoile montante du Parti démocrate. Elle a utilisé à plusieurs reprises sa plate-forme en tant que maire d’une grande ville américaine pour peser sur un grand nombre de questions très médiatisées à travers le prisme de leur impact sur Atlanta, des droits de vote aux directives en matière de pandémie.

Face à un test de haut niveau pour son leadership à la maison, Bottoms est passée sous les feux des projecteurs l’été dernier en dénonçant le vandalisme dans sa ville comme et en le présentant comme un «chaos» quand les manifestations pour la mort de George Floyd sont devenues violentes et destructrices.

“Ce que je vois se passer dans les rues d’Atlanta n’est pas Atlanta. Ce n’est pas une protestation. Ce n’est pas ça l’esprit de Martin Luther King, Jr.”, avait déclaré Bottoms toute furieuse lors d’une conférence de presse à l’époque. “C’est le chaos”,

s’était-elle indignée.

Cette année, alors que les législatures contrôlées par les républicains dans tout le pays ont adopté des lois électorales jugées restrictives par les démocrates, Bottoms a exhorté en avril ceux qui cherchaient à boycotter les entreprises basées en Géorgie au sujet de la nouvelle loi électorale de l’État à voter à la place et à soutenir la législation électorale fédérale. Le maire a critiqué la loi géorgienne, qui impose de nouvelles exigences d’identification des électeurs pour les bulletins de vote par correspondance, habilite les représentants de l’État à prendre en charge les commissions électorales locales, limite l’utilisation des urnes et fait un crime d’approcher les électeurs en rang pour leur donner de la nourriture et de l’eau, rapporte CNN.

Elle a également évoqué le mobile d’un tireur présumé qui aurait tué huit personnes, dont six femmes asiatiques, dans les spas de la région d’Atlanta en début d’année, affirmant qu’elle pensait que le racisme était au premier plan dans les motivations du tueur.

Comme d’autres législateurs confrontés à des tensions intra-étatiques pendant la pandémie, Bottoms s’est heurté au gouverneur républicain de l’État, Brian Kemp, à propos des conduites à tenir pour se prémunir du coronavirus. Kemp a intenté une action en justice contre elle en juillet pour la décision sur le port obligatoire de masque à Atlanta qui, selon lui, avait violé ses ordonnances d’urgence interdisant aux actions locales d’être plus prohibitives que les exigences de l’État. Au début de ce mois-là, Bottoms – qui avait été testé positif au coronavirus a également décidé d’annuler la réouverture de la ville, invoquant une augmentation alarmante des cas de coronavirus et suscitant la colère de Kemp.

Ilyass Chirac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…