Accueil EconomieAfrique Financement – Cameroun: Le Fmi précise le planning de suppression des subventions sur les carburants

Financement – Cameroun: Le Fmi précise le planning de suppression des subventions sur les carburants

L’augmentation progressive des prix à la pompe débute en janvier prochain sous peine, prévient l’institution financière, de voir l’économie nationale s’effondrer davantage.

Par panorama
0 commentaire 405 vues

Par Mon’Esse

Les autorités camerounaises vont poursuivre l’assainissement budgétaire et la réduction progressive de la politique de subventions aux carburants à compter de 2023. Ainsi se présente l’une des annonces fortes du conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI), au terme des deuxièmes revues des accords avec Yaoundé au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) et du mécanisme élargi de crédit (MEDC).

Dans le souci de protéger les personnes vulnérables, cette suppression du soutien des prix à la pompe sera accompagnée d’un système de renforcement des filets de protection sociale. A travers ce passage, le Fonds voudrait indiquer qu’il entend réactiver un mécanisme fort controversé, usité depuis trois années sur fond de détournements de deniers publics.

Il s’agit de ce système discriminatoire, consistant à recenser des grappes de citoyens dans certaines zones, puis à leur octroyer de modiques envois d’argent par voie électronique pour leur permettre – c’est du moins l’argument officiel – de mieux supporter les problèmes de pouvoir d’achat. Dans la plupart des cas, cet argent parvient partiellement aux destinataires ou pas du tout.

A côté de cette méthode qui ne résout rien, le gouvernement et quelques partenaires financiers explorent également des pistes de solutions à travers des mécanismes d’exemptions de droits de douane, et d’allègement de multiples autres charges en faveur des importateurs. Pour l’instant, l’impact économique et social attendu de la suppression des subventions sur les carburants fait l’objet de moult simulations des autorités, qui craignent des remous sociaux dès l’avènement de la mesure. Laquelle ne peut engendrer que la flambée des coûts des produits de première nécessité sachant que leur prix est intimement indexé à celui du prix du carburant à la pompe.

Pour le reste, le Fmi ne semble pas très enthousiaste quant aux perspectives économiques du Cameroun. S’il indique que celles-ci «demeurent positives» pour l’année en cours, c’est pour aussitôt mentionner qu’«elles sont entourées de grandes incertitudes» avec une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel à 3,8%, contre 4,5% tel qu’escompté au moment des premières revues du programme FEC et MEDC, en fin juillet 2021. De même, prévoit-il une inflation en augmentation à 4,6% en 2022, c’est-à-dire très loin des 3% de norme communautaire, même si ledit taux et appelé à baisser «à moyen terme».

«L’économie du Cameroun a démontré sa résilience face au choc causé par la COVID-19, mais la reprise fait désormais l’objet d’incertitudes accrues, compte tenu des pressions inflationnistes, des faibles taux de vaccination et du durcissement des conditions financières mondiales, résume le FMI qui invite les autorités à accroître la viabilité extérieure et budgétaire à moyen terme, à renforcer la viabilité de la dette et à mettre en œuvre leur stratégie de réforme structurelle en faveur d’une croissance soutenue, plus inclusive et diversifiée.

Les risques liés au conflit armé entre la Russie et l’Ukraine ont certes aggravé les risques liés à la pandémie du coronavirus et ces dangers comprennent la hausse et la volatilité des prix des produits alimentaires, des engrais et de l’énergie, les perturbations d’approvisionnement, de nouvelles flambées de variants du Covid-19 mortels et hautement contagieux. Le fonds redoute aussi une forte augmentation des primes de risque à l’échelle mondiale, suite au durcissement de la politique monétaire en cours dans les pays développés ainsi que des progrès insuffisants s’agissant des subventions aux prix des carburants.

Avec de nouveaux décaissements équivalant à 72,9 millions de dollars, pour une enveloppe totale de 346,1 millions de dollars au titre de la FEC et du MEDC, Yaoundé sait désormais ce qui lui reste à faire pour ne pas s’attirer les foudres du Fmi.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 06 12 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie