Europe LA UNE Politique panorama 6 mai 2020 (0) (476)

France > Covid-19: Édouard Philippe tacle le professeur Didier Raoult devant le Sénat

Partager

Il faut dire qu’au-delà de cette découverte, l’infectiologue marseillais lance parfois des pics à l’encontre des autorités. Devant le Sénat lundi à l’occasion de la présentation du plan gouvernemental de déconfinement prévu le 11 mai, le Premier ministre français Edouard Philippe, a taclé le professeur marseillais.

Le Premier ministre Édouard Philippe a ainsi fait allusion à la déclaration du professeur Raoult selon laquelle une deuxième vague de coronavirus relevait «de la science-fiction».

Après le ministre de la Santé, qui avait condamné les propos de Didier Raoult sur l’impossibilité d’une deuxième vague du Covid-19, Édouard Philippe a également taclé le professeur marseillais le 4 mai devant le Sénat.

Le chef du gouvernement, qui présentait le plan de déconfinement du 11 mai, a rappelé en préambule de son discours qu’on ne savait pas tout à propos du coronavirus.
Il a cité les zones d’ombre qui demeurent, invitant les pouvoirs publics à la prudence, avant de lancer à la tribune: «Tel savant nous dit, affirmatif et catégorique, qu’il ne peut pas y avoir de deuxième vague et que le virus s’éteindra avec l’été, tel autre, tout aussi savant et respecté, nous dit l’inverse. L’Histoire nous dira qui avait raison. Mais je crains que nous n’ayons pas le temps d’attendre que l’Histoire se fasse juge».

Le premier «savant» fait référence ici à Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l’Ihu de Marseille.

Dans une interview au Parisien le 2 mai, Olivier Véran a jugé les récents propos du professeur marseillais qui avait déclaré dans une interview à BFM TV le 30 avril qu’il «ne croyait pas à une deuxième vague de l’épidémie» en la qualifiant de science-fiction. Le ministre de la Santé a affirmé que ce n’était «pas très responsable» de rejeter cette hypothèse comme il l’a fait.

Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *