Accueil Le Billet France > Macron, déjà dans l’obsession de l’héritage ?

France > Macron, déjà dans l’obsession de l’héritage ?

Terrible piège que celui d’un deuxième mandat ! Les prétendants à la succession du président sont déjà sur les starting-blocks, attendant le départ. Macron, lui, à peine élu, a une hantise : quelle trace va-t-il laisser à la postérité ? Est-ce vraiment raisonnable ?

Par panorama
0 commentaire 216 vues

Par Arlette Akoumou Nga Avec Serge Raffy

Ah, ce deuxième mandat, quelle plaie, quel moment étrange ! A peine élu, le président est déjà en préretraite, observant malicieusement le jeu des déjà prétendants, traînant avec lui ce spleen du chef d’Etat qui veut laisser une trace, au moins une. Mais laquelle ? Dans l’entourage d’Emmanuel Macron on le dit obsédé par ce syndrome de la fin de partie, de la date fatidique de 2027, une forme de mort lente, un poison lancinant qui vous travaille aux tripes, vous renvoie à la question essentielle : que restera-t-il de ces dix années trépidantes et tumultueuses ? De quelle mémoire Macron sera-t-il le nom ? Pas de pyramide du Louvre en magasin, pas d’œuvre monumentale, pas de cabane de berger dans les Pyrénées, pas de symbole révélateur, limpide et définitif, de l’action de ce président tombé du ciel. On le dit tenaillé par la peur de livrer le pays aux hordes lepénistes, de devenir l’homme qui a donné les clés de l’Elysée à Marine Le Pen.

Autour de lui, on phosphore pour le sortir de cette mélancolie passagère. Faut-il relancer la machine à réformer, même au ralenti, au risque de réveiller la rue, avec son cortège de violence version « gilets jaunes » ? Faut-il chiraquiser ce quinquennat, le placer sous chloroforme, et finir dans un mode sortie en douceur, genre père peinard qui a tout donné dans son premier mandat ? Il y a, bien sûr, d’autres voies. La première est de se mettre résolument en action, mais pas forcément là où l’attendent ses contempteurs. Mettre en pratique le discours que le chef d’Etat avait tenu au terme de la pandémie du Covid, au printemps 2021. Son propos ? Tenir fermement les rênes du pays en l’emmenant sans traîner vers un nouveau modèle de développement, vers une plus grande souveraineté industrielle, énergétique, alimentaire, sanitaire, toujours attelé à l’Europe. Ce discours, plus que novateur, avait, semble-t-il, disparu de l’agenda présidentiel, accaparé par l’invasion russe en Ukraine, l’inflation galopante et la crise énergétique. Autant de préoccupations majeures, mais qui ne donnent pas un cap au pays. Or, Jupiter est bien là pour donner une boussole à des Français désemparés et inquiets. Mais le locataire de l’Elysée traîne des pieds. Il gamberge face au vide d’un mandat qui, à peine démarré, résonne déjà du chant des adieux. Comment échapper au piège ?

Certains de ses amis lui conseillent de ne pas se perdre dans des réformes au contenu inflammable, retraites ou assurance-chômage, de ne pas s’attarder dans les brouillards du Technoland, ce pays imaginaire anxiogène et illisible, dont la langue officielle est un sabir inaccessible au citoyen lambda. « Manu », selon eux, doit se concentrer sur l’essentiel, dévoiler enfin sa feuille de route. Le « chemin » du président. Vers quelles terres veut-il conduire le bateau France ? Ses mêmes amis lui suggèrent d’agir vite, de ne pas subir les événements, avant d’être contraint, dans les prochains mois, de provoquer une dissolution aux conséquences politiques périlleuses, voire calamiteuses. Et surtout de défendre bec et ongles son bilan, erreur commise par François Hollande et ses soutiens, lesquels ont abandonné ainsi un espace à l’extrême gauche qui a l’occupé sans coup férir.

La politique a horreur du vide. Emmanuel Macron n’a donc pas besoin de construire un monument à sa gloire, un panthéon inutile et vain. Il n’a qu’une seule mission : ne pas laisser ce pays en lambeaux, relancer son industrie, réconcilier les Français, les protéger, certes, mais aussi les rassurer. Cela veut dire leur parler, non pas à tort et à travers, au gré de l’actualité, mais dans un moment solennel, ce qu’il n’a fait ni durant la campagne électorale ni après son élection. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens, sans mécène pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie