Europe LA UNE Politique panorama 28 février 2020 (0) (791)

France > Saccage de l’Ambassade du Cameroun: Le procès renvoyé au 20 novembre 2020.

Partager

Il leur est reproché des faits d’association de malfaiteurs, cambriolage par effraction, dégradation volontaire et vol aggravé.

La décision est tombée en fin de matinée de ce vendredi, 28 fevrier 2020. Abdoulaye Thiam, l’activiste qui a interpellé le président français, Emmanuel Macron, dans les couloirs du salon de l’agriculture à Paris le 24 février 2020 pour lui faire état de la situation des droits de l’homme au Cameroun, s’est présenté ce jour l’air serein et souriant. La tête emblématique de la Bas était accompagnée de son compagnon Waffo dit “Général Wanto”, président du conseil des Camerounais de la diaspora, et de Azonsop Tchetchago Nelson dit Maître Corbeau.

Ces trois figures sont présumées soupçonnées d’être à l’origine du saccage de l’ambassade du Cameroun en France le 26 janvier 2019. Selon les précisions apportées par le diplomate camerounais contenues dans un communiqué rendu public le 21 fevrier 2020, “des individus conduits par le Général Wanto ont fait irruption devant l’ambassade du Cameroun en France. Deux d’entre eux vont escalader les grilles de la clôture, défoncer les portes d’entrée de l’ambassade pour s’y introduire et faire entrer leurs complices. Une fois à l’intérieur, explique Alfred Nguini, ces vandales sont employés à neutraliser le système de vidéo surveillance. Ils vont alors procéder, dit-il, à un “saccage minutieux et méthodique” des installations pillant et emportant, au passage, tout objet de valeur. L’ambassade déclare avoir alors perdu 590 passeports ordinaires, 16 passeports européens et une somme de 72000 euros, soit un peu 47 millions de Fcfa.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *