Home Opinion Politique France > Sommets Afrique-France: Montpellier comme La Baule ?
Politique - 1 semaine ago

France > Sommets Afrique-France: Montpellier comme La Baule ?

Le 08 octobre 2021 s’est tenu à Montpellier, le 28ème sommet Afrique-France suivant une formule inédite avec notamment pour objectif de rompre avec le passé.

Pour la première fois en effet depuis 1973, date de la tenue du 01er sommet, aucun Chef d’Etat du continent noir n’a été convié.
Le Président Français Emmanuel Macron leur a préféré environ 3.000 membres de la société civile africaine parmi lesquels de nombreux jeunes, avec qui il a mené un dialogue informel sur diverses thématiques à l’instar de l’engagement citoyen et la démocratie ou encore la culture et le patrimoine.

« Demandez pardon au continent africain pour les crimes de la colonisation. Et cessez de coopérer et collaborer avec ces Présidents dictateurs ! Et programmer un retrait progressif et définitif de vos bases militaires en Afrique » ;

cette interpellation du Président Macron par le blogueur Sénégalais Cheikh Fall, résume la plupart des griefs que les Africains ont vis-à-vis de la France.

Comme tous les pays impérialistes, la France s’est installée en Afrique et s’y est maintenue par la force en commettant de nombreuses atrocités sur des populations locales.

Le 03 août 2015, en visite à Yaoundé, le Chef de l’Etat Français d’alors, François Hollande a reconnu que son pays avait mené « une répression terrible » contre les nationalistes Camerounais dans ce qui était sur le plan administratif de l’époque, la région du Bamileké et la région de la Sanaga Maritime. Plusieurs sources affirment que cette répression barbare a coûté la vie à des dizaines de milliers de Camerounais.

La France et le Cameroun n’ont pas encore eu l’occasion de solder ce compte, comme ceux de plusieurs autres dossiers sensibles en lien avec la présence française au Cameroun sous mandat de la Société des Nations, puis sous tutelle des Nations Unies. La situation du Cameroun est valable dans de nombreuses autres anciennes possessions territoriales françaises en Afrique.

Au plan de la démocratie, la volonté proclamée de Paris au sommet de La Baule en 1990 n’a pas permis d’instaurer de véritables démocraties dans la plupart des pays francophones d’Afrique.

Des dictatures savamment maquillées en démocraties y survivent avec le soutien ouvert ou tacite de Paris, qui n’hésite pas parfois à mettre à contribution ses troupes présentes dans plusieurs bases militaires sur le continent, pour défendre et protéger des autocrates qui lui sont inféodés et contre leur propre peuple.

La politique opaque et mafieuse de la françafrique dont la situation ci-dessus décrite n’en est qu’une des illustrations, permet à la France en contrepartie de son soutien aux régimes totalitaires, de bénéficier des parts de marchés conséquents et d’importants contrats d’exploitation des matières premières, négociés à des conditions défavorables pour des pays dans lesquels se trouvent ces ressources.
La France tire aussi grandement profit de l’utilisation du Franc Cfa comme monnaie par 14 pays Africains.

Il faut de ce fait être naïf pour croire qu’un Chef d’Etat Français dont la mission est de protéger et défendre les intérêts de son pays ,puisse volontairement renoncer à tous ces avantages qui permettent à la France d’être une puissance sur la scène internationale, ou même que ce dernier puisse offrir aux pays concernés, des véritables clés pour sortir de la domination de la France.

Il ne faut donc pas croire que la création d’un fonds d’innovation pour la démocratie, qui vise à soutenir les acteurs du changement, notamment sur les questions de gouvernance et de démocratie, annoncée par la France lors du sommet de Montpellier, puisse forcement apporter la démocratie où il n’y en a pas en Afrique.

A la vérité, un pays véritablement démocratisé représente une menace pour les prédateurs et autres adeptes des pratiques maffieuses dans les relations entre Etats sur la scène internationale.

Car un dirigeant arrivé au pouvoir par la volonté et surtout le soutien de son peuple, aura à cœur de le servir et non chercher à plaire aux dirigeants d’autres Etats.
Aux citoyens de chaque pays de se battre pour avoir de telles personnes à leur tête.

Eric Boniface Tchouakeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Usa > Tribute to Colin powell: It was true, of course, but he was far more than that

Years ago, when he was asked to reflect on his own life, General Colin Powell described hi…