Home Société Afrique Gabon > Eglise catholique: En quête de ses terres de la vallée de Sainte-Marie occupées illégalement
Afrique - 18 septembre 2021

Gabon > Eglise catholique: En quête de ses terres de la vallée de Sainte-Marie occupées illégalement

En ce mois de septembre, lasse de l’occupation anarchique de ses terres et par souci de rentrer en possession de son patrimoine, l’archidiocèse de Libreville a décidé de faire partir tous ces occupants illégaux sur leurs terres de la vallée Sainte-Marie par voie de déguerpissement et de casse.

A titre de rappel, les faits remontent en 1970. L’église catholique avait octroyé des lopins de terre de la vallée Sainte-Marie aux personnes travaillant pour elle. L’occupation était à titre temporaire c’est-à-dire pendant l’exercice de leur fonction et non définitive. Ainsi donc les descendants de ceux-là en ont « hérité» de leurs parents clament-ils; au point de s’opposer à leur déguerpissement. Mecontents de la démarche entreprise par l’archidiocèse de Libreville , ils vont se constituer en collectif pour contrecarrer l’action de cette dernière.

« Grande a été notre surprise de recevoir de la part de la procure de l’archidiocèse de Libreville une note nous signifiant un délai de déguerpissement allant de janvier à mars 2021. Malheureusement toutes nos tentatives de dialogue ont été rejetées par l’archidiocèse de Libreville »

a expliqué un membre du collectif des habitants de la vallée.

Cependant, l’église catholique du Gabon détentrice du titre foncier de la vallée Sainte-Marie (située entre le Port-Môle et le boulevard Bessieux à Libreville) a décidé de passer à la vitesse supérieure pour faire partir ces occupants d’un autre genre (les squatteurs).

« Nous avons un titre foncier pour ce qui est de la vallée Sainte-Marie. Sans doute il y a une faiblesse de notre part, c’est-à-dire que les personnes venant travailler chez nous, nous les avons logées mais nous n’avons pas donné à ces personnes de vivre là de manière pérenne. Nous allons lire le droit et signifier à ces personnes qu’elles doivent partir »,

a indiqué l’abbé Serge Patric Mabikassa, coordonnateur des médias catholiques.

En dépit de tout, ces familles ont été sommées depuis le début de l’année encours de libérer les lieux après un travail minutieux fait par le clergé sur sa parcelle. Compte tenu du délai largement dépassé et non respecté par ceux-ci; l’archidiocèse de Libreville a donc décidé de passer à l’action.

« Suite à l’opération de recensement des occupants sans titre ni droit de la Vallée Sainte-Marie et auxquels des préavis de déguerpissement ont été remis depuis le mois de janvier 2021, nous les informons que la phase d’expulsion et de démolition est imminente. Ils sont donc priés de quitter le site avant le début des opérations de démolition qui auront lieu au cours de ce mois de septembre »,

clame un communiqué de l’Archidiocèse de Libreville.

En conclusion ses « squatteurs» seront cassés et déguerpis sans ménagement ; et ne bénéficieront d’aucune assistance c’est-à -dire pas de recasement ni aide financière par l’archidiocèse de Libreville.

Gabrielle Mekoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Usa > Tribute to Colin powell: It was true, of course, but he was far more than that

Years ago, when he was asked to reflect on his own life, General Colin Powell described hi…