Home Société Afrique Gabon > Fin de parcours pour des malfaiteurs: Deux faussaires en arrêt d’activités à Libreville 
Afrique - 28 janvier 2022

Gabon > Fin de parcours pour des malfaiteurs: Deux faussaires en arrêt d’activités à Libreville 

Ils ont été appréhendés par les éléments de la direction générale des recherches  (dgr) pour fabrication et la vente de faux documents administratifs. 

Par Gabrielle Mekoui 

À chaque métier ses risques, deux gabonais ayant fait d’une activité illicite leur gagne pays ont été pris par les éléments de la direction générale des recherches. Cette arrestation sonne une cessation d’activités pour eux avec poursuite judiciaire à l’appui. 

Ces jeunes gens excellaient dans la fabrication et la vente de faux documents administratifs. Le duo de faussaires est composé d’un informaticien, chef de gang nommé Lionel Jumpsy Metou Eyi. Son complice n’est en effet que son principal client, il s’agit du sieur Hermann Mounanga, membre d’un cabinet ministériel.

L’informaticien était doué dans la falsification et la contrefaçon des documents administratifs, et avait à sa possession près d’une centaine de cachets de plusieurs structures de l’État, à l’instar de ceux du procureur de la République, de la police, des impôts, de l’agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre (Anuttc), de la direction générale des transports terrestres (dgtt), de la société nationale immobilière (Sni), de la société d’énergie et d’eau du Gabon (Seeg), du ministère de la santé et celui de l’éducation nationale… Bref il était bien fourni en cachets nominatifs.

Il excellait également dans la fabrication de faux ordres de mission, permis de conduire, cartes grises, convocations, bulletins scolaire et mettait également à la disposition des personnes désireuses des relevés bancaires pour obtention de visa. 

Ce faussaire est vraiment doué car il est presque impossible de dissocier le faux du vrai parmi ces documents, ces faux documents sont «de très bonne qualité» volés puis falsifiés, soit créés de toutes pièces. Une vraie entreprise de prestations de services avec un matériel d’appoint  (tout était fait à partir des logiciels informatiques et de faux tampons reproduits avec soin).

Après avoir été arrêtés et auditionnés, ils auraient reconnu les faits. Les deux faussaires, en attendant d’être présentés au procureur de la République sont en garde à vue dans les locaux de la direction générale des recherches (Dgr).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…